Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Akamai publie son Rapport « État des lieux de l’Internet » pour le 1er trimestre 2015

juin 2015 par Akamai

Akamai Technologies, Inc. publie son Rapport « État des lieux de l’Internet » du 1er trimestre 2015. Établi à partir des données recueillies par Akamai Intelligent Platform™, ce rapport permet de mieux comprendre les principales statistiques mondiales, notamment les vitesses de connexion, l’adoption du haut débit sur les réseaux fixes et mobiles ainsi que la transition d’IPv4 vers IPv6.

À compter de ce trimestre, les informations relatives à la sécurité, précédemment incluses dans le Rapport « État des lieux de l’Internet », notamment les données concernant le trafic d’attaques observé sur la plate-forme Akamai et les analyses de failles de sécurité et attaques de grande ampleur, sont désormais publiées séparément dans le document « État des lieux de l’Internet » - Rapport de sécurité. Le rapport est disponible sur le site d’Akamai consacré à l’Etat des lieux de l’Internet et sur l’application mobile pour iOS et Android. La communauté Akamai organise par ailleurs des débats sur ce sujet.

« D’une manière générale, nous avons observé des résultats positifs sur tous les principaux indicateurs au cours du 1er trimestre 2015 », commente David Belson, auteur du rapport. « L’augmentation des vitesses de connexion en haut débit au niveau mondial démontre un engagement constant à un rehaussement des standards. Si les capacités de connexion continuent de varier suivant les zones géographiques, nous enregistrons les débits les plus élevés dans les pays ou régions à forte densité démographique, qui bénéficient d’un soutien marqué des pouvoirs publics ou encore qui encouragent la concurrence entre les fournisseurs d’accès Internet. »

Vitesses de connexion moyennes et maximales : poursuite des tendances positives de croissance sur le long terme en Europe

Au 1er trimestre 2015, la vitesse moyenne de connexion dans le monde a atteint pour la première fois 5 Mb/s, soit une progression de 10 % par rapport au trimestre précédent. La moyenne parmi les 10 premiers pays mondiaux demeure bien supérieure à 10 Mb/s ; six d’entre eux dépassent même 15 Mb/s, l’Irlande (17,4 Mb/s), la Suède (15,8 Mb/s) et les Pays-Bas (15,3 Mb/s) ayant rejoint la Corée du Sud (23,6 Mb/s), Hong Kong (16,7 Mb/s) et le Japon (15,2 Mb/s) en franchissant ce seuil de référence au 1er trimestre.
Tous les pays européens étudiés au 1er trimestre affichent des vitesses moyennes de connexion supérieures à 4 Mb/s, seuil du « haut débit », et 13 d’entre eux au total dépassent 10 Mb/s (Irlande, Suède, Pays-Bas, Suisse, Norvège, Finlande, République tchèque, Danemark, Roumanie, Belgique, Royaume-Uni, Autriche et Allemagne). Avec une progression trimestrielle exceptionnelle de 37 %, l’Irlande (17,4 Mb/s) devance le précédent leader du 4ème trimestre, la Suède, pour se hisser en tête.

En glissement annuel, l’évolution des vitesses moyennes de connexion a été une fois encore constamment positive en Europe, où des progressions annuelles supérieures à 30 % ont été relevées en Irlande, en Norvège, en Pologne, au Portugal, en Roumanie et en Suède. L’Autriche est le pays qui a le moins progressé (10 %), tandis que l’Irlande et le Portugal enregistraient les plus nettes avancées (respectivement 63 % et 43 %). Ces tendances fortement positives à la croissance sur le long terme soulignent la poursuite des améliorations de l’accès Internet dans les pays européens étudiés.

Au 1er trimestre 2015, les vitesses maximales moyennes de connexion au niveau mondial ont augmenté de 8,2 % pour atteindre 29,1 Mb/s. Les pays européens ont vu leurs vitesses moyennes de connexion nettement progresser par rapport au 4ème trimestre 2014, depuis 3,6 % en Belgique jusqu’à 22 % en Norvège. La Roumanie détient le record, avec une vitesse maximale moyenne de connexion de 71,6 Mb/s, tandis que neuf autres pays européens ont atteint des vitesses maximales moyennes de connexion supérieures à 50 Mb/s : la Suède (62,8 Mb/s), les Pays-Bas (61,5 Mb/s), l’Irlande (60,7 Mb/s), la Suisse (59,7 Mb/s), la Belgique (53,5 Mb/s), la Finlande (53 Mb/s), la Norvège (51,9 Mb/s), le Royaume-Uni (51,6 Mb/s) et la Hongrie (50,4 Mb/s).
Une fois encore, en glissement annuel, les évolutions pour les pays européens étudiés ont été constamment positives, avec des progressions allant de 20 % (en Belgique) à 57 % (en Irlande).

Accès haut débit : observation de nets progrès dans l’adoption du haut débit à 25 Mb/s

Pour la première fois, le Rapport « État des lieux de l’Internet » relève le pourcentage d’adresses IP se connectant à Akamai à des vitesses moyennes supérieures à 25 Mb/s. Au niveau mondial, 4,6 % des adresses IP distinctes se sont connectées à Akamai à des vitesses moyennes d’au moins 25 Mb/s, soit une hausse de 12 % par rapport au trimestre précédent.

Tandis que la Corée du Sud occupe le 1er rang mondial pour l’adoption du haut débit à 25 Mb/s avec un taux de 31 %, sept pays européens font leur apparition parmi les 10 premiers : tout d’abord la Suède (n°3) avec un taux d’adoption de 15 %, ensuite la Lituanie (n°5), la Lettonie (n°6), la Norvège (n°7), la Finlande (n°8), les Pays-Bas (n°9) et la Suisse (n°10). En glissement annuel, le taux d’adoption mondial des 25 Mb/s a progressé de 20 % ; en Europe, la Lituanie affiche une formidable progression annuelle de 271 % (pour atteindre un taux d’adoption de 12 %), suivie de la Suède (+69 %) et la Norvège (+60 %). Le pourcentage mondial d’adresses IP distinctes se connectant à Akamai à 4 Mb/s au minimum (seuil du haut débit) a augmenté de 6,6 % pour atteindre 63 %, contrairement au trimestre précédent où ce chiffre était en léger recul. En Europe, les Pays-Bas sont passés de la 4ème à la 1ère place ce trimestre avec une progression trimestrielle de 4,1 %, portant leur taux d’adoption à 95 %. Cinq autres pays européens présentent des taux d’adoption supérieurs à 90 % : le Danemark (94 %), la Roumanie (93 %), la Suisse (93 %), la Suède (91 %) et l’Autriche (91 %).

Au 1er trimestre 2015, 26 % des adresses IP distinctes au niveau mondial se sont connectées à Akamai à des vitesses moyennes d’au moins 10 Mb/s, soit une progression trimestrielle de 11 % nettement supérieure au gain modeste du trimestre précédent (2,9 %). En Europe, cinq pays comptent plus de la moitié de leurs adresses IP distinctes qui se connectent à Akamai à des vitesses moyennes dépassant 10 Mb/s : les Pays-Bas (61 %), la Roumanie (59 %), la Suisse (59 %), la Suède (52 %) et la Belgique (51 %). L’augmentation d’un trimestre sur l’autre va de 3,9 % en Suisse (taux d’adoption de 59 %) à 31 % en Allemagne (31 %). 14 % des adresses IP distinctes au niveau mondial se sont connectées à Akamai à des vitesses moyennes de 15 Mb/s ou plus, contre 12 % au 4ème trimestre 2014 en glissement annuel, le taux mondial d’adoption des 15 Mb/s a progressé de 29 %. En Europe, la Suède est une fois encore en tête, enregistrant un bond trimestriel de 11 % de son taux d’adoption, qui s’élève à 35 %. Elle est talonnée par les Pays-Bas (33 % d’adoption) et la Suisse (32 %) tandis que, dans cinq autres pays européens (Norvège, Roumanie, Finlande, République tchèque et Danemark), au moins un quart des adresses IP se connectent à Akamai à des vitesses moyennes égales ou supérieures à 15 Mb/s. En glissement annuel, les pays européens enregistrent de fortes augmentations de leur niveau d’adoption du haut débit à 15 Mb/s, allant de 17 % en Autriche à une envolée impressionnante de 270 % au Portugal.

Au 1er trimestre 2015, un certain nombre d’annonces à travers l’Europe ont souligné la progression continue des accès à très haut débit. Le gouvernement italien a ainsi approuvé un plan « très haut débit » sur six ans, pour un montant équivalent à 6,7 milliards de dollars, avec pour objectif de fournir l’Internet à 100 Mb/s dans les zones urbaines et à 30 Mb/s au minimum dans les régions moins densément peuplées. Au Pays de Galles, les pouvoirs publics collaborent avec l’opérateur britannique BT pour rendre le très haut débit à 30 Mb/s accessible sur l’ensemble du territoire, y compris dans les zones rurales moins bien desservies. Début mars, plus de 45 000 foyers avaient déjà accès au très haut débit grâce au projet « Superfast Cymru ».

IPv4 et IPv6 : les pays européens toujours en pointe dans le monde pour l’adoption d’IPv6

Dans la lignée de la tendance observée au 4ème trimestre 2014, le nombre d’adresses IPv4 distinctes se connectant à Akamai à travers le monde a progressé de près de 10 millions au 1er trimestre 2015. Parmi les pays se classant aux 10 premiers rangs au cours de ce trimestre, le Royaume-Uni et le Japon enregistrent les gains trimestriels les plus importants (respectivement 5,7 % et 5,1 %).

L’Europe continue de dominer le classement mondial des 10 pays ou régions comptant le plus grand pourcentage de requêtes de contenu adressées à Akamai via IPv6 durant le 1er trimestre 2015. À l’instar du trimestre précédent, la Belgique demeure nettement en tête, avec un tiers de requêtes IPv6, soit plus du double de la proportion relevée en Allemagne, classée deuxième. Le Portugal, avec un bond de 57 % de son trafic IPv6 d’un trimestre sur l’autre, a intégré le Top 10 ce trimestre, en en faisant du même coup sortir la Roumanie. Tout comme au trimestre précédent, les deux seuls pays non européens figurant parmi les 10 premiers sont les États-Unis et le Pérou.

Les câblo-opérateurs et opérateurs de téléphonie mobile ont continué de générer les plus gros volumes de requêtes IPv6. En Europe, l’opérateur belge Brutélé a envoyé 64 % de ses requêtes à Akamai en IPv6 ce trimestre, suivi de près par Telenet (49 %). Les opérateurs allemands Kabel Deutschland, Kabel BW et Unitymedia ont une fois encore adressé plus du quart de leurs requêtes à Akamai via IPv6.

Accès mobile : la vitesse moyenne de connexion a été la plus élevée au Royaume-Uni (20,4 Mb/s)

Dans le Rapport « État des lieux de l’Internet » du 1er trimestre 2015, 62 pays ou régions remplissaient les conditions requises pour figurer à cette rubrique. Le Royaume-Uni a pu se prévaloir de la vitesse moyenne de connexion mobile la plus élevée, soit 20,4 Mb/s, en hausse de 28 % par rapport au trimestre précédent. Le Danemark se maintient en deuxième position, à 10 Mb/s.
Les vitesses de connexion mobile maximales moyennes ont à nouveau couvert un large spectre, allant de 149,3 Mb/s en Australie à seulement 8,2 Mb/s en Indonésie. Au total, quatre pays - l’Australie (149,3 Mb/s), le Japon (126 Mb/s), Singapour (116,4 Mb/s) et la Thaïlande (105,4 Mb/s) - ont affiché des vitesses maximales moyennes supérieures à 100 Mb/s, contre deux au 4ème trimestre. En Europe, le Royaume-Uni obtient la vitesse maximale moyenne de connexion mobile la plus élevée, soit 90,9 Mb/s, suivi de l’Allemagne (69,4 Mb/s), l’Espagne (57,1 Mb/s) et l’Italie (53,7 Mb/s).

Le Danemark, avec un taux d’adoption de 98 %, se classe au 1er rang mondial en ce qui concerne la proportion d’adresses IP distinctes se connectant à Akamai via des opérateurs de réseaux mobiles, dans des pays ou régions remplissant les critères, à des vitesses moyennes dépassant 4 Mb/s. Ce pays est talonné par la Suède (97 % d’adoption), le Venezuela (97 %), l’Australie (96 %) et le Royaume-Uni (95 %).




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants