Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

ADISTA et Datafarm Energy développent le premier Datacenter alimenté à l’énergie issue des biodéchets

novembre 2021 par Marc Jacob

Adista et Datafarm Energy prévoient la mise en service, dès 2022, d’un Datacenter alimenté exclusivement en énergies renouvelables issues de la valorisation de biodéchets agricoles. Une première dans le monde du Datacenter, à la recherche perpétuelle de solutions énergétiques renouvelables, décarbonées et sécurisées sur le long terme. Les deux entreprises ont pour objectif la mise en opération de la première tranche en 2022, et ont bien l’intention d’accroître rapidement les capacités énergétiques du futur site.

Adista va opérer le futur centre de données dans son intégralité et déployer tout son savoir-faire en matière de gestion de Datacenter.

Grâce à Datafarm Energy, startup de l’énergie renouvelable, et sa Datafarm Box ©, concentré d’innovations énergétiques au service d’une data durable, le futur site d’Adista pourra être alimenté de façon continue en énergie renouvelable et tendre vers le « net zéro émission » en contribuant principalement à l’évitement des consommations électriques liées à la production de froid ; puis à la réduction des émissions en ayant recours au biogaz.

Répondre aux défis énergétiques et climatiques

La consommation énergétique des Datacenters devrait augmenter de 21% en 2025 par rapport à 2018* pour répondre à la massification du traitement des données numériques. Dans un même temps, les opérateurs comme Adista sont engagés dans une démarche de réduction de leur empreinte environnementale tout en devant garder un niveau de qualité de service continu 24/7, 365 jours par an. C’est dans ce contexte, que l’approche unique de Datafarm Energy a été choisie par Adista. Datafarm Energy utilise le biogaz issu du traitement des biodéchets agricoles grâce à la méthanisation, pour le régénérer en électricité et en froid de climatisation. Dans une démarche circulaire, le process de la startup permettra aussi la valorisation, sur place, de la chaleur résiduelle qui serait émise par les procédés du Datacenter.

Le biogaz, une solution durable et fiable

En s’adossant physiquement à une unité de méthanisation agricole, c’est-à-dire en installant le Datacenter directement à la ferme, les économies d’énergie sont nombreuses et permettent de réduire les émissions de GES jusqu’à 90% par rapport à une fourniture européenne.

La non-intermittence du biogaz permettra une totale autonomie du futur Datacenter d’Adista et l’émancipera de l’acheminement traditionnel de l’électricité depuis la centrale électrique en réduisant ainsi les pertes électriques et émissions carbone associées. Cette consommation locale et autonome est aussi encouragée par les sociétés en charge du transport et de la distribution de l’électricité (RTE et Enedis en France) qui y voient une opportunité au regard de l’équilibrage de leur réseau de plus en plus soumis à l’intermittence des parcs éoliens et solaires.

La source d’approvisionnement en biogaz auprès de l’agriculteur-méthaniseur est sécurisée pour une longue durée (5 à 10 ans) afin de faire bénéficier le client du même engagement.

Rien ne se crée, rien ne se perd

La circularité du modèle de ce futur Datacenter permettra de mettre en œuvre une véritable symbiose industrielle entre l’agriculteur et Adista, à travers laquelle les déchets thermiques (chaleur résiduelle) des différents procédés mis en œuvre seront captés et valorisés pour la production de froid nécessaire aux serveurs d’une part et les besoins de chaleur de l’agriculteur d’autre part. La valorisation thermique est souvent synonyme d’économie d’électricité, traditionnellement dédiée à la production de chaud ou froid, et donc de sobriété des installations.


*D’après le rapport de la Commission Européenne Energy-efficient Cloud Computing Technologies and Policies for an Eco-friendly Cloud Market publié à l’automne 2020




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants