Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

85% des internautes français préféreraient renoncer à 500 000 euros que de rendre les données de leur ordinateur publiques

décembre 2012 par Ipsos et Norton by Symantec

Ipsos et Norton by Symantec dévoilent aujourd’hui les résultats d’une nouvelle étude qui fournit un aperçu des habitudes en ligne des internautes français, de l’importance qu’ils accordent à leurs informations personnelles et de leur niveau de compréhension des meilleurs moyens pour les protéger.

Cette enquête, menée auprès de 1089 internautes en France, révèle que les informations personnelles sont considérées comme le bien le plus précieux en ligne, et que les Français attachent une grande importance à la protection et au caractère privé de leurs données personnelles. Plus de huit internautes sur dix (85%) préféreraient tirer un trait sur 500 000 euros, plutôt que d’accepter de rendre public sur Internet les informations que contient leur ordinateur [1].

« La grande valeur que les Français accordent à la protection de leur vie privée en ligne montre que nous commençons à comprendre à quel point notre information numérique est vraiment vitale », explique Raphaël Berger, directeur d’études chez Ipsos Media City. « Cependant, alors qu’il est clair que les Français sont prêts à prendre les précautions nécessaires quand il s’agit de protéger ces données précieuses, ils ont du mal à comprendre comment ils peuvent empêcher leurs informations personnelles de tomber entre de mauvaises mains. »

Les Français sont conscients des menaces en ligne mais manquent des connaissances pour s’en prémunir

Alors que près de six internautes sur dix se connectent au Web plusieurs fois par jour, les Français sont conscients que le monde en ligne n’est pas sans risque : en effet, neuf utilisateurs d’Internet sur dix (91%) indiquent qu’ils ont au moins un niveau basique de protection installé sur leur ordinateur. En outre, 92% de la communauté française en ligne déclare qu’il est très important de protéger ses renseignements financiers, tels que le compte bancaire ou la carte bancaire, contre les menaces en ligne. Un autre 90% pense qu’il est très important de protéger son identité contre les menaces en ligne.

Alors que les Français reconnaissent clairement la nécessité de protéger leurs informations et leur identité en ligne, de nombreux consommateurs indiquent qu’ils ne comprennent pas comment la plupart des menaces en ligne actuelles se propagent ; plus d’un utilisateur en ligne sur deux (56%) indique qu’il ne comprend pas les risques associés aux virus et autres menaces invisibles en ligne. En outre, un quart des internautes français (23%) ne reconnait pas l’importance de la protection contre les emails frauduleux ou des sites Web factices (menaces aussi connues sous le nom de « phishing »).

L’étude révèle également que les consommateurs français sont aussi désorientés quant à la façon de choisir la solution de sécurité la mieux à même d’offrir la protection dont ils ont besoin. La variété étourdissante de produits de sécurité fait s’interroger beaucoup de Français : chacun affichant des prix et des revendications différents, le tout dans un jargon compliqué,. Une majorité des internautes français (53%) indique qu’ils ont peu ou pas de compréhension des solutions de sécurité qui sont à leur disposition et deux sur cinq (39%) admettent qu’ils ne savent pas comment se protéger contre les menaces malveillantes. Beaucoup supposent également, à tort, qu’un logiciel antivirus de base comprend une protection complète lorsque l’on surfe sur le web (82%) ou lorsque l’on effectue des achats ou des opérations bancaires en ligne (49%).

« Ce qui est surprenant, c’est qu’il semble y avoir un écart de connaissance chez les internautes français », déclare Vonny Allaman, Directeur de Norton France. « Les internautes indiquent qu’il est primordial de protéger leurs informations personnelles et financières, et à juste titre. Mais ce que certains ne réalisent pas, c’est que, souvent, les cybercriminels sont en mesure d’accéder à ces informations, comme les numéros de carte de crédit et leur code de sécurité à trois chiffres, grâce à des attaques Web, telles que le phishing. Pour que les consommateurs préservent leur sécurité en ligne, il est important d’utiliser un logiciel de sécurité, comme une suite de sécurité, qui offre des fonctionnalités avancées de protection contre les attaques Web, tels que celles perpétrées sur les sites Web frauduleux mis en place par les cybercriminels ou sur les sites authentiques qui peuvent être infectés par un logiciel malveillant. Les consommateurs sont confrontés à un très large éventail d’options de sécurité Internet – des outils gratuits en passant par des antivirus plus poussés aux suites de sécurité. Un antivirus seul, qu’elle soit gratuite ou payante, n’offre généralement pas ce niveau de protection. »

Comment les utilisateurs peuvent-ils séparer le bon grain de l’ivraie et trouver la meilleure protection pour leurs inestimables données privées numériques ? Selon Vonny Allaman, les internautes devraient garder ces quelques conseils à l’esprit :

- Réfléchissez avant de cliquer ! Il faut toujours se méfier des e-mails ou autres messages en ligne, vous demandant d’entrer des informations sensibles telles que mots de passe, login ou informations de carte bancaire, par le biais d’un lien qui est fourni. Au lieu de cliquer, tapez manuellement l’adresse URL de l’entreprise dans votre navigateur et vérifiez que le site est sécurisé – une information généralement indiquée par la présence d’un signe de cadenas dans la barre d’adresse du navigateur.

- Méfiez-vous des offres suspectes : « Économisez 80% sur les jouets les plus vendus de l’année par rapport à un grand magasin » ou « Gagnez vos cadeaux de Noël et faites les livrer gratuitement chez vous ». Cela semble trop beau pour être vrai ? Eh bien, ce l’est probablement. Les cybercriminels sont pleinement conscients des recherches que nous effectuons en ligne au cours de certaines périodes de l’année et ils savent le genre de courriels que nous souhaitons voir atterrir dans notre boîte de réception. Il faut toujours se méfier de tous les courriels que vous recevez de destinataires inconnus ou qui semblent bien trop généreux.

- Un antivirus seul ne suffit plus aujourd’hui [2] : Les cybercriminels veulent s’emparer de nos renseignements personnels et les utiliser à leur profit. Pour ceux qui utilisent régulièrement Internet et font leurs achats en ligne, il ne faut pas compter sur un antivirus seul pour protéger un atout précieux comme leur vie privée numérique. Au contraire, il faut choisir une suite de sécurité, qui intègre un antivirus mais qui va au-delà en en intégrant des fonctionnalités qui protègent leurs informations des attaques les plus courantes sur le Web, tels que les attaques de phishing, les logiciels malveillants sophistiqués, ou encore les escroqueries sur les sites de réseaux sociaux. Une suite de sécurité robuste, comme Norton 360 Multi-Device, fournit une protection proactive contre les menaces connues et inconnues avant qu’elles ne nuisent à votre PC, Mac ou appareil mobile.

Visitez protegezcequicompte.com pour obtenir plus de conseils de la part de Norton, y compris des informations sur les risques les plus courants en ligne dans un langage simple, facile à comprendre. Vous pouvez également évaluer votre vulnérabilité à travers un quiz gratuit et acquérir les connaissances et les outils dont vous avez besoin pour surfer, faire des achats, et utiliser en toute sécurité des réseaux sociaux en ligne.

Méthodologie

Ipsos a interrogé 1089 internautes en France, âgés de 16 à 64 ans au cours du mois de mars 2012. Les résultats ont été redressés en fonction du sexe, de l’âge, du lieu de résidence, des CSP (catégories socioprofessionnelles) et de l’usage d’Internet, afin d’assurer une représentativité de la population des internautes


[1] « La sécurité informatique : Usages et attitudes en France », IPSOS, décembre 2012

[2] 43% des internautes français touchés par la cybercriminalité ces douze derniers mois n’ont pas été victime d’un virus ou logiciel malveillant, mais d’une attaque autre qu’un virus ou logiciel malveillant. Norton Cybercrime Report 2012, septembre 2012.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants