Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

85 % des entreprises françaises considèrent le cloud hybride comme le modèle informatique idéal

janvier 2021 par Nutanix

La pandémie a poussé 69 % des entreprises françaises à reconsidérer l’importance stratégique de l’IT, notamment pour s’adapter aux contraintes commerciales et RH tel que le télétravail massif souligne la dernière édition de l’étude annuelle Enterprise Cloud Index de Nutanix.

Les entreprises françaises sont encore nombreuses à être à un stade de déploiements du cloud hybride, étant donné que seulement 14 % d’entre elles ont déclaré l’utiliser en production et que 30 % des répondants s’appuient à date sur un mélange non intégré d’environnements datacenter et de cloud. San José, Californie — Le 21 janvier 2021 — Nutanix (NASDAQ : NTNX) un leader du cloud hybride et du multicloud présente aujourd’hui les résultats pour la France de sa troisième étude Enterprise Cloud Index qui mesure les progrès des entreprises françaises en matière d’adoption du cloud, privé, public, hybride et multiple. Une conclusion clé : selon 85 % des décideurs français interrogés, le cloud hybride reste le modèle d’infrastructure informatique idéale. C’est un point de moins que la moyenne mondiale mais 3 de plus que celle de la zone EMEA. C’est par ailleurs 10 points de plus qu’en 2019, preuve que le cloud hybride s’impose comme le modèle de déploiement de référence.

La majorité des répondants de la troisième édition annuelle de l’Enterprise Cloud Index (76 %) ont déclaré que la pandémie du COVID-19 a entraîné une vision plus stratégique de l’informatique au sein de leur organisation, et plus des deux tiers (69 %) des répondants français sont de cet avis.

Dans de nombreux cas, la pandémie a forcé les services informatiques à se tourner vers le cloud pour obtenir une infrastructure facilement disponible et capable d’accueillir un plus grand nombre d’employés travaillant à domicile. Alors qu’un cinquième des répondants français (20 %) déclaraient ne pas avoir de télétravailleurs régulier il y a un an, ce chiffre est tombé à seulement 7 % depuis l’apparition de la pandémie. À l’instar d’autres groupes, les répondants français s’attendent à ce qu’une partie des travailleurs à distance reviennent au bureau, mais pas tous, du moins pas dans les deux prochaines années.

Les entreprises françaises font ainsi un usage supérieur à la moyenne des clouds privés, des modèles informatiques mixtes et des clouds hybrides. Près d’un tiers (30 %) des entreprises françaises interrogées ont déclaré exploiter un mélange non intégré d’environnements datacenter et de cloud, et 27 % ont déclaré exploiter des clouds privés. La pénétration du cloud hybride est beaucoup plus faible (14 %) mais dépasse les moyennes de la région EMEA et mondiale. Le mélange d’utilisation de l’infrastructure en France reflète les transitions en cours alors que les entreprises mettent hors service les datacenters traditionnels en faveur de l’utilisation du cloud dans leur cheminement vers des environnements hybrides intégrés, qui prennent en charge la mobilité des applications ainsi que la gestion et la sécurité centralisée.

Les équipes informatiques françaises prévoient en outre d’accroître leur utilisation des services de cloud public. Alors que 44 % des entreprises françaises interrogées déclarent n’utiliser aucun service d’infrastructure de cloud public aujourd’hui, ce chiffre devrait chuter à seulement 20 % d’ici un an. L’utilisation du multicloud en France est également appelée à se développer : 41 % des entreprises déclarent utiliser deux services différents ou plus aujourd’hui, et 57 % disent qu’elles utiliseront plusieurs clouds publics d’ici l’année prochaine. L’utilisation d’un seul cloud public, exploité en tandem avec d’autres modèles informatiques, devrait passer de 15 % à 23 % au cours de la même période.

Du point de vue des défis à relever par les entreprises françaises dans leurs transition vers le cloud hybride, la sécurité (60 %) et la gestion des charges de travail dans différents environnements (41 %) figurent en tête. La France accorde en outre moins d’importance que les autres à l’intégration des données dans les différents environnements et à la disponibilité des compétences pour gérer l’environnement. Ses sentiments sur le coût, la mobilité des applications, la gouvernance et la conformité des données sont assez semblables à ceux du reste du monde.


Méthodologie
Pour la troisième année consécutive, Vanson Bourne a mené des recherches pour le compte de Nutanix, interrogeant 3400 décideurs informatiques du monde entier sur les infrastructure qui hébergent leurs applications professionnelles aujourd’hui, où ils prévoient de les utiliser à l’avenir, quels sont les défis qu’ils doivent relever en matière de cloud computing et comment leurs initiatives en la matière se comparent à d’autres projets et priorités informatiques. La base de répondants couvre de nombreux secteurs d’activité, des entreprises de différentes tailles et les zones géographiques suivantes : les Amériques, l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, ainsi que la région Asie-Pacifique et le Japon.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants