Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

82% des entreprises françaises envisagent d’interdire ChatGPT et les applications d’IA générative sur les appareils professionnels

août 2023 par BlackBerry

BlackBerry Limited publie les résultats de sa nouvelle étude visant à connaître l’avis des responsables IT sur l’utilisation des applications et solutions d’IA générative par leurs collègues.

Les résultats sont sans appel : 75% des entreprises à travers le monde - et 82% des entreprises françaises - envisagent d’interdire l’usage de ChatGPT et d’autres applications d’IA générative dans le cadre professionnel. Presque les deux tiers des entreprises françaises (62%) justifient cette décision et évoquent les risques liés à la sécurité des données et à la vie privée. De plus, 50% d’entre elles s’inquiètent des répercussions qu’un tel usage pourrait avoir sur leur réputation.

Malgré cette tendance à bannir ces applications, la majorité des décideurs IT français reconnait que leur utilisation dans un cadre professionnel peut accroître l’efficacité (54%), l’innovation (48%), et améliorer la créativité (50%). Concernant les solutions de cybersécurité intégrant de l’IA générative, ils sont plus de 8 répondants sur 10 à y être favorables (84%). Au regard de ces chiffres, il semble évident que les décideurs IT ne souhaitent pas se laisser distancer par les cybercriminels.

Shishir Singh, Chief Technology Officer, Cybersecurity, chez BlackBerry appelle les entreprises à avoir une approche prudente mais motrice de l’IA générative, et déclare : « Interdire les applications d’IA générative dans le cadre professionnel reviendrait à se priver de certains avantages commerciaux. En tant qu’acteur historique de la cybersécurité basée sur l’Intelligence Artificielle, BlackBerry s’appuie sur l’IA générative professionnelle pour innover. Nous nous concentrons sur la valeur ajoutée que cette technologie peut apporter, plutôt que sur le battage médiatique qu’elle génère, et nous restons très prudents face à des outils non-sécurisés à destination du grand public. »

« Au fur et à mesure, les plateformes gagneront en maturité et des cadres légaux seront définis, permettant ainsi plus de flexibilité au sein des politiques d’entreprises. La clé du succès résidera dans le choix et dans la mise en place des bons outils permettant d’assurer la visibilité, la surveillance et la gestion des applications utilisées sur le lieu de travail. »

Les résultats de l’étude révèlent également que 91% des décideurs IT français sont d’accord avec le fait que les entreprises puissent avoir un droit de regard sur les applications utilisées par leurs salariés à des fins professionnelles. Toutefois, ils sont 74% à estimer que l’interdiction des applications récréatives sur les dispositifs professionnels et BYOD (appareils personnels utilisés à des fins professionnelles), serait considérée par les salariés comme un « contrôle excessif » de la part des entreprises.

Si actuellement les outils d’IA générative « grand public » ne sont ni soumis à la législation - locale ou internationale - ni sécurisés, la gestion unifiée des terminaux (via BlackBerry UEM) peut être une solution pour les DSI et RSSI. En réalisant des contrôles sur les applications connectées à l’environnement de l’entreprise et en containerisant ses données, ils pourront garantir la sécurité et la confidentialité des utilisateurs tout en protégeant l’entreprise.


Méthodologie

L’étude a été menée en juin/juillet 2023 par OnePoll pour BlackBerry, auprès de 2 000 décideurs IT en Amérique du Nord (États-Unis et Canada), en Europe (Royaume-Uni, France, Allemagne et Pays-Bas), au Japon et en Australie.


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants