Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

73% des Françaises déclarent avoir déjà été harcelées ou discriminées lors d’un déplacement professionnel

novembre 2019 par SAP Concur

SAP Concur révèle les résultats de son étude mondiale sur les préoccupations et le sentiment de sécurité des voyageurs d’affaires

Les résultats de l’étude SAP Concur permettent d’identifier les préoccupations des voyageurs, en matière de sécurité personnelle et les frustrations auxquelles ils font face, lors des déplacements professionnels. Voici les faits marquants concernant la France.

Les voyageurs se sentent souvent en danger

Parmi les répondants, 2 Français sur 5 disent avoir déjà changé les modalités de leur voyage parce qu’ils ne se sentaient pas en sécurité sur le lieu de leur déplacement. C’est la génération Z qui est la plus sensible à l’actualité : au cours des 12 derniers mois, 41 % des voyageurs d’affaires de ce groupe d’âge ont réduit leurs déplacements en raison de troubles politiques ou de risques pour la santé sur place.

Par ailleurs, si les entreprises s’entendent sur l’importance de la sécurité durant un voyage d’affaires, 32 % des employés estiment que leur propre sécurité est le facteur le plus important à considérer lors d’un déplacement. Ainsi, une grande majorité des voyageurs d’affaires français (80%) sont disposés à partager des informations personnelles (nom, prénom, adresse mail, etc…) pour améliorer leur expérience de voyage d’affaires.

Les voyageuses signalent des niveaux élevés de harcèlement et de sexisme lors des déplacements

En France, 73% d’entre elles déclarent avoir été victimes de harcèlement, de discrimination ou de mauvais traitements lors de déplacements professionnels. Un harcèlement encore plus présent en fonction de l’âge et qui touche 3 femmes sur 4, lorsque l’on interroge les 25-39 ans. Par exemple, il est demandé aux femmes si elles voyagent avec leur mari (38 %), elles sont ignorées par le personnel de service (28 %) ou sont sifflées (26 %). En parallèle, 32 % des 25-39 ans ont déjà été ignorées par le personnel de service, contre 17 % pour les baby-boomeuses.

Les voyageurs français LGBTQ+ cachent des aspects de leur identité lorsqu’ils voyagent pour le travail

En France, 96% des voyageurs d’affaires déclarent cacher leur orientation sexuelle lors d’un voyage d’affaires afin de préserver leur sécurité. Près de la moitié (46 %) concerne les voyageurs LGBTQ+ qui ne se sentent ni en sécurité ni aptes à conclure des affaires s’ils révèlent leur orientation sexuelle.

Force est de constater que 85 % des répondants de la communauté LGBTQ+ déclare avoir déjà effectué des modifications quant à leur voyage pour des raisons de sécurité, contre seulement 41 % de leurs collègues non LGBTQ+.

Peu importe que votre société dispose ou non du programme de gestion des risques de voyage le plus complet. Ce qui compte, c’est que si un incident ou une menace à la sécurité compromet votre sécurité et votre bien-être vous sachiez immédiatement comment réagir”, commente Kim Albrecht, Directrice Marketing, SAP Concur.

Pour rappel, SAP Concur a co-construit avec Jamais Sans Elles une charte sur mesure et spécialement adaptée aux enjeux éthiques spécifiques de l’entreprise afin de s’engager sur les questions de mixité et de visibilité des femmes.

Par ailleurs, SAP Concur a également crée un “Guide de sécurité pour les femmes en déplacements professionnels” et ses technologies permettent de localiser dynamiquement les employés et d’évaluer avec le plus de précision possible leur exposition au risque. Les collaborateurs peuvent être visualisés partout dans le monde sur une carte alimentée par différentes sources de données. Grâce à ces solutions, l’envoi de messages de prévention est automatisé tout comme celui d’alertes pour confirmer un statut « safe » ou demander une assistance d’urgence. Ces dispositifs ont en outre l’avantage de proposer une communication bidirectionnelle, c’est-à-dire de l’employeur à l’employé et inversement, ce qui permet d’obtenir un maximum de précision sur le besoin et de prioriser les actions à mener pour y répondre.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants