Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

72 % des Français préoccupés par la confidentialité et la sécurité des données dans le cadre du passeport vaccinal numérique

avril 2021 par ExpressVPN

Alors que la France est le premier pays européen à lancer un pass Covid, l’OMS vient de donner un avis négatif à la mise en place d’un passeport vaccinal numérique. La récente étude d’ExpressVPN met en lumière l’opinion des Français sur ce sujet.

L’utilisation des données de santé éveille la méfiance de la population française. Telles sont les conclusions d’une étude menée par ExpressVPN, auprès du grand public en France. Cette enquête se concentre sur la confidentialité et la sécurité autour de diverses questions liées à la santé, notamment à travers l’utilisation des nouvelles technologies pour lutter contre la Covid-19, ou encore l’incursion des géants de la Tech mondiale dans le domaine sanitaire.

Des craintes concernant le passeport vaccinal numérique et l’utilisation de l’IA pour détecter le port du masque dans le métro

La lutte contre la pandémie de Covid-19 se poursuit au niveau mondial. Entre les mesures de confinement, de couvre-feu ou le port du masque rendu obligatoire dans de nombreux lieux de l’espace public, la vaccination est le sujet brûlant du moment. Aujourd’hui, plus de 12 millions de Français ont reçu leur première dose de vaccin, et la Commission européenne souhaite rendre obligatoire le passeport vaccinal pour tous les citoyens européens souhaitant voyager au sein des pays membres de l’UE.

Cependant, seulement 41% des Français se disent aujourd’hui prêts à utiliser le passeport vaccinal numérique. A titre de comparaison, et suite à une étude similaire réalisée par ExpressVPN outre-Rhin, 54% des Allemands sont d’accord pour utiliser le passeport vaccinal numérique.

En outre, 72% des Français déclarent être inquiets concernant la confidentialité des données et la sécurité du passeport vaccinal numérique. Parmi eux, 40 % se disent préoccupés de savoir qui aura accès à ces données sensibles, et combien de temps elles seront conservées ou avec qui ils seront autorisés à les partager. 37% craignent que ces données médicales puissent faire l’objet d’une fuite ou d’un piratage.

Au final, seuls 13% des Français seraient prêts à partager plus de données personnelles si cela leur permet de voyager, un contraste saisissant avec les 31% d’Allemands qui se disent capables de le faire.

Harold Li, Vice-président, ExpressVPN déclare :
« Le passeport vaccinal n’est en soi pas un problème, mais c’est de le rendre numérique qui l’est, surtout en l’absence de protections solides. Nous ne sommes pas tous égaux face à la technologie car certains sont plus à l’aise que d’autres et nous n’avons pas tous un smartphone. Le papier garantit à la fois cette égalité mais aussi la protection de la vie privée, contrairement au numérique. Pour les voyages internationaux, de nombreux pays exigent encore des passeports matérialisés pour des raisons de sécurité et de protection des données. Pour le passeport vaccinal, cela devrait être similaire.

Les craintes des Français concernent la sécurité des données de santé potentiellement contenues dans ce passeport numérique. Le gouvernement doit fixer des limites et des garanties claires pour protéger les données confidentielles de ses citoyens. »

Toujours dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19, il a récemment été annoncé que des caméras intelligentes allaient être installées dans le métro parisien pour contrôler le bon port des masques sur les visages, tout en promettant l’anonymisation de l’identification des usagers des transports en commun. Néanmoins, le scepticisme prévaut pour 31% de la population française quant à la garantie de l’anonymat à travers cette mesure. Par ailleurs, 42% estiment que cette initiative donnera du crédit pour accentuer une surveillance plus massive de la population dans son ensemble.

A contrario, seuls 20% des répondants estiment que cette mesure est un bon moyen de lutter contre la propagation de la pandémie.

L’entrée des GAFAM dans la santé et l’utilisation d’objets connectés ne rassurent pas les Français

Les consommateurs français s’inquiètent de l’hégémonie croissante des grandes entreprises technologiques dans le secteur de la santé, ce qui se justifie par leurs mauvais antécédents en matière de protection de la vie privée des consommateurs. 54% des personnes interrogées se disent extrêmement inquiètes de l’arrivée de grandes entreprises technologiques comme les GAFAM dans le secteur de la santé, à travers les objets connectés comme les bracelets et montres intelligentes ou encore les applications de nutrition et de sport. Leurs défiances sont partagées : en effet, 34 % craignent que ces entreprises ne deviennent de plus en plus puissantes, uniquement grâce aux données personnelles, qu’elles en apprennent davantage sur les consommateurs (28%), ou que leurs données soient utilisées dans des stratégies marketing et commerciales pour leur vendre des services tels que des assurances-vie (32%).

De même, 87% des Français sont inquiets des risques potentiels des objets connectés (IoT). Parmi eux, 47% pensent que les données collectées par ces dispositifs IoT peuvent être utilisées par des tiers à des fins marketing. Les craintes concernent également le risque de piratage ou de fuite de données personnelles (42%), voire l’utilisation de ces informations par les compagnies d’assurance pour adapter les offres aux clients (41%). Par ailleurs, 28% des personnes interrogées estiment que refuser de partager leurs données personnelles pourrait les désavantager et, au final, se voir proposer des contrats de prêt ou d’assurance plus restrictifs.

Méthodologie

Étude réalisée par OnePoll auprès d’un échantillon de 1000 répondants, représentatifs de la population française métropolitaine âgée de 18 ans et plus. Cette enquête a été effectuée sur internet entre le 24 et le 29 mars 2021.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants