Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

65% des entreprises ne font pas confiance à la protection de leurs données sensibles au cours des migrationsNouvel article

septembre 2012 par Varonis

Une étude menée par Varonis Systems Inc. révèle que, même si 95 % des entreprises déplacent des données au moins une fois par an, 65 % admettent ne pas avoir confiance dans la protection des données sensibles au cours des migrations.

Cette étude menée en août 2012 auprès de cadres supérieurs montre que, bien que les migrations et les consolidations touchent pratiquement toutes les entreprises, 96 % d’entre elles sont préoccupées lors de migrations de données, laissant souvent celles-ci surexposées et vulnérables. Selon les sondés, les aspects les plus difficiles et chronophages lors des migrations de données sont la disponibilité (68 %), l’identification et le nettoyage des données périmées, inutilisées ou redondantes (67 %) et la protection des données en s’assurant que les autorisations d’accès sont correctes (59 %).

En dépit de ces problèmes de sécurité, 65 % ne sont pas convaincus que les données sensibles soient accessibles aux seules personnes autorisées pendant la migration. En fait, 79 % des cadres admettent ne pas pouvoir garantir que leurs dossiers et sites SharePoint soient à l’abri dans des groupes d’accès ouverts. Les trois quarts admettent que les dossiers non protégés sont endémiques et inidentifiables. Ceci est particulièrement préoccupant car presque un tiers des migrations et consolidations se font à la suite de fusions et acquisitions, laissant souvent de nombreux dossiers sensibles non protégés accessibles à des milliers de personnes.

« Cette enquête montre bien que déterminer qui a accès à quoi est une question permanente et récurrente. L’ampleur du problème lors du déplacement de plusieurs téraoctets de données peut surprendre. En effet, un téraoctet contient environ 50 000 dossiers, et environ 5 % de ces dossiers, soit 2500 documents, disposent de permissions uniques. Une liste de contrôle d’accès (ACL) comprend en moyenne 3 à 5 groupes de sécurité, et ce dernier contient en général de 5 à 50 utilisateurs, intégrant d’autres groupes avec eux-mêmes d’autres utilisateurs et groupes. Disons que recréer une liste de contrôle d’accès représente 5 minutes de travail – ce qui s’élève à plus de 200 heures de travail par téraoctet de données déplacées » explique Norman Girard, Vice-Président Europe chez Varonis.

IDC estime que 90 % des 1,8 zettaoctets de données générées en 2011 sont non-structurées. Le cabinet d’analyses prédit aussi qu’au cours de la prochaine décennie, l’information gérée par les solutions informatiques centralisées va être multipliée par 50. L’ampleur de ce problème est donc susceptible de s’aggraver – la gestion manuelle des autorisations et de la migration deviendra pratiquement impossible.

Afin de les aider à automatiser les activités de migrations, les sondés souhaitent des fonctionnalités en phase avec leurs problèmes et préoccupations. La plupart souhaitent une solution capable de fournir des critères de sélection facile pour choisir les données qui doivent être déplacées, capable d’automatiser les copies incrémentielles (qui offre aux utilisateurs d’utiliser les données sources pendant la migration), et capable d’optimiser automatiquement les permissions.


Data migration survey conducted by Varonis in August 2012 with 200 IT professionals of whom one third were C-level executives. 41% of those questioned were from companies with 5,000 employees or more.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants