Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

5 idées reçues sur la migration vers le cloud

mai 2022 par Bertrand Pinchon, Directeur avant-vente France, Italie, Espagne, Portugal chez OpenText

Plus que jamais, il est prouvé que les systèmes cloud ont de nombreux avantages tels que la disponibilité, l’agilité ou l’optimisation des coûts. Ce qui est vrai lorsque l’on choisit une nouvelle application peut poser questions quand il s’agit d’une application existante que l’on souhaiterait migrer dans le cloud. Les métiers (hors IT) restent hésitants à se lancer dans ce type d’opération, que ce soit par manque de ressources, ou à cause de difficultés à en évaluer les risques et les coûts.

Même si la pandémie et les modèles de travail hybride qu’elle impose depuis deux ans ont largement contribué à l’accélération des migrations vers le cloud avec pour objectifs de gagner en agilité, efficacité et rapidité, bon nombre d’entreprises hésitent encore à sauter le pas. Voici cinq perceptions récurrentes sur la transition vers le cloud qui méritent d’être clarifiées pour être enfin balayées.

1. Les données sont plus sûres sur site que dans le cloud

Lorsqu’elles déploient des applications sur site et dans le cloud, les entreprises doivent donner la priorité à la sécurité, à la confidentialité et à la conformité. Quand elles choisissent un fournisseur de services cloud, il est important de le considérer comme une extension de l’équipe de sécurité. Le fournisseur de services cloud s’engage à gérer la sécurité et la confidentialité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Il doit veiller à ce que les normes de l’industrie concernée et les obligations en matière de confidentialité des données soient respectées. Les données seront ainsi toutes aussi sécurisées sur le cloud qu’elles le seraient sur site. Même si la sécurité dans les entreprises se renforce, il est clair que compte tenu de la nature de leur métier, les fournisseurs de cloud mettent en place des process, des méthodes et des outils pour faire face à une multitude de challenges qui font qu’ils peuvent être mieux armés que les entreprises elles-mêmes.

2. Le cloud est synonyme de perte de contrôle

Les fournisseurs de services cloud ne veulent pas que les entreprises perdent le contrôle de leurs applications et de leurs données. En réalité, en migrant sur le cloud les entreprises acquièrent plus de contrôles sur leurs applications et leurs données en établissant un contrat de service clair avec le fournisseur. Là encore, le contrat de service entre l’entreprise et le fournisseur de cloud peut aller au-delà des engagements pris par le département informatique auprès des métiers. Cela dit, les entreprises doivent également appréhender les différents modèles de déploiement du cloud : privé, public ou hybride. Pour établir un partenariat fructueux avec un fournisseur de cloud, elles devront définir leurs besoins organisationnels et se demander quelles sont les informations disponibles pour qui et où, et quel niveau de sécurité mettre en œuvre en fonction de la nature de l’information mise à disposition. Elles devront aussi faire le point sur les ressources et les compétences nécessaires à cette opération.

3. L’infrastructure sur site coûte moins cher

En réalité, de nombreux coûts cachés rendent les solutions sur site plus onéreuses comme l’allocation des composants d’infrastructure partagés, la maintenance, les mises à niveau, les cycles de mise à jour, la sécurité, la confidentialité, les frais généraux et l’optimisation des performances. Les entreprises doivent prendre en compte le coût total de possession (TCO) des solutions sur site par rapport à une migration vers le cloud. De multiples fournisseurs de services cloud incluent ces opérations dans un budget d’exploitation mensuel afin que les entreprises puissent ajuster leurs ressources et avoir des dépenses prévisibles sur la durée du contrat. Pour les aider, certains fournisseurs cloud sont capables d’accompagner les entreprises dans l’évaluation de la viabilité d’une telle opération.

4. L’équipe IT n’est pas prête

Plutôt que d’imposer au service IT un nouvel ensemble de compétences, la migration vers le cloud lui permet de se concentrer sur les activités essentielles de leur entreprise. C’est le rôle du partenaire de gérer la migration, en comblant le manque de compétences des entreprises en matière de cloud. Le partenaire fournit les dernières formations et les compétences spécialisées qui peuvent faire défaut à l’entreprise. Cela comprend généralement l’évaluation, la planification, l’exécution de la migration, ainsi que l’intégration et la garantie d’une mise en œuvre et d’une mise en service transparentes. Parmi les stratégies clés permettant de combler le manque de compétences nécessaires à la migration, citons la formation de l’équipe informatique existante, le recrutement de talents et le partenariat avec un fournisseur de services infogérés.

5. La migration vers le cloud manque de flexibilité

Les fournisseurs de services cloud peuvent collaborer avec les entreprises pour identifier le plan le mieux adapté à leurs besoins spécifiques. Elles offrent des options flexibles pour une transition réussie et ajustée. Par exemple, une entreprise qui n’est pas encore prête peut commencer par une mise à niveau de ses applications vers une version compatible avec un environnement Cloud tel que Docker. Cette mise à niveau peut permettre dans le même temps de normaliser les applications ou éventuellement supprimer des personnalisations complexes afin de réduire les coûts de migration vers le cloud. De même, les entreprises peuvent migrer vers le cloud à leur propre rythme sans effectuer de mise à niveau et ainsi bénéficier des avantages du cloud tel qu’un niveau de service (SLA) unique, des processus rationalisés et une responsabilité accrue tout en conservant leur version logicielle actuelle. Enfin, il est possible de moderniser les applications dans leur dernière version afin d’apporter aux métiers les avantages combinés de fonctionnalités régulièrement mises à jour avec les avantages du cloud en matière d’agilité et d’optimisation des coûts.

Il est temps de se confronter à la réalité. Les entreprises qui migrent vers le cloud conservent et améliorent leur sécurité, gardent le contrôle de leurs données et réduisent, par la même occasion, le coût total de possession. Elles s’inscrivent ainsi pleinement dans les enjeux de transformation et d’agilité imposés par les nouveaux modèles de travail hybride.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants