Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

4ème Baromètre de “La digitalisation des indépendants et des TPE” Intelligence artificielle : Risque ou véritable nouvel outil pour les dirigeants de TPE en France ?

juin 2024 par Mastercard et l’IFOP

À l’occasion de la journée mondiale des micro, petites et moyennes entreprises, Mastercard et l’IFOP dévoilent la 4ème édition de leur baromètre sur : “La digitalisation des indépendants et des TPE”. Alors qu’en 2021, la digitalisation des entreprises est perçue comme un levier à activer pour maintenir à flot son activité commerciale, en 2024 son intérêt n’est plus à démontrer. Cependant, les dirigeants de TPE en France sont de plus en plus préoccupés par le risque de cyberattaques. L’intégration de l’intelligence artificielle dans les processus de digitalisation semble envisagée par certains dirigeants de TPE mais cette innovation suscite des avis divergents. Décryptage…

L’intelligence artificielle : un fort décalage entre les dirigeants de TPE qui l’ont expérimentée, ou envisagent de le faire, et les autres.

43% des dirigeants de TPE en France considèrent que l’intelligence artificielle est un outil adapté à une entreprise de leur taille. Un dirigeant sur deux (53%) perçoit le gain en productivité associé à l’usage de l’IA, 37% reconnaissent son potentiel « innovation » et un avantage concurrentiel, et seulement 34% les opportunités qu’elle ouvre dans le travail quotidien des collaborateurs.
On observe cependant un fort décalage entre le regard porté sur l’importance de l’IA par les dirigeants qui l’ont expérimentée, ou envisagent de le faire, et les autres (61% et 15%).

26% des dirigeants de TPE déclarent avoir mis en place au moins une solution IA, ou avoir l’intention de le faire. C’est particulièrement le cas dans le secteur des services (34%). Une TPE sur cinq a déployé des solutions d’IA pour faciliter l’exercice de son activité (21%) ou souhaite le faire. 18% s’intéressent à l’IA dans le but de faciliter le travail des fonctions support, et enfin 15% tirent parti de l’IA dans l’offre proposée à leurs clients.

Le manque d’utilité de l’IA est le premier frein cité par les dirigeants de TPE (59%). 38% mentionnent également la complexité de la mise en place. 23% des dirigeants de TPE pourraient envisager adopter des outils utilisant l’IA, s’ils disposaient de logiciels accessibles (17%), d’un accompagnement personnalisé (14%) ou d’un référent IA (10%).

Les entreprises dans le service (30%, contre 23% en moyenne) et celles dont le chiffre d’affaires excède un million d’euros (36%) se laissent plus facilement convaincre par cet accompagnement.

Si 77% des dirigeants reconnaissent au moins un aspect positif à l’intelligence artificielle, les avis demeurent partagés. Les dirigeants de TPE sont clivés sur la place de l’IA dans la protection des données : 61% s’accordent pour dire qu’elle constitue un risque important pour la sécurité des données, tandis que 48% considèrent plutôt qu’il s’agit d’un outil efficace pour déjouer les cyberattaques dont les entreprises sont les cibles.

La cybersécurité : les entreprises préfèrent prévenir que guérir et adoptent des mesures préventives contre les cyberattaques

À l’heure où les cyberattaques deviennent de plus en plus fréquentes (14% des TPE interrogées ont déjà été victimes d’une cyberattaque) nombreuses sont les petites entreprises à vouloir protéger leur activité et à se doter de solutions de protection. En effet, les craintes progressent, et l’impact que pourraient avoir ces cyberattaques sur les prestataires ou fournisseurs également (29%, soit 4 points de plus par rapport à 2023).

La sécurité des données se place, cette année encore, en deuxième position des enjeux les plus importants (83%) après la santé mentale des dirigeants et des collaborateurs (92%).
En 2024, 6 TPE sur 10 ont mis en place une ou plusieurs mesures de prévention pour se prémunir contre des cyberattaques, un chiffre stable par rapport à 2023 (58%) et qui avait connu l’année dernière une forte progression de 10 points.

40% des dirigeants de TPE indiquent ne pas avoir l’intention de mettre en place des mesures préventives. Plusieurs raisons sont évoquées pour expliquer cette absence de mesures de prévention : 60% pensent que ce n’est pas nécessaire pour leur entreprise, 17% les trouvent trop coûteuses, et 8% se disent réticents à leur mise en place, souvent très longue. Cette absence de mesures illustre un manque de maturité et de prise de conscience sur le sujet.

En Île-de-France, 18% des TPE interrogées ont signalé avoir été victimes de cyberattaques, ce qui en fait la région la plus touchée.
Les régions qui ont subi le plus de cyberattaques sont, de surcroît, celles qui investissent dorénavant le plus dans les mesures de prévention. En effet, en Ile de France, 68% des entreprises ont mis en place des mesures préventives, 61% en Nord-Ouest, 59% en Nouvelle Aquitaine et 58% en Auvergne Rhône-Alpes.

La digitalisation des TPE : un acquis pour les entreprises
La digitalisation demeure un sujet crucial pour la majorité des dirigeants de TPE malgré un léger recul par rapport à 2023, passant de 64% à 59%. En parallèle, le niveau d’équipement des TPE a progressé de manière notable cette année, atteignant des scores historiquement élevés depuis 2020. Cela indique que cette baisse n’est pas signe de désintérêt, mais plutôt le reflet d’une mise en pratique constante de la digitalisation au sein des TPE françaises.
En effet, l’équipement digital essentiel pour les TPE reste lié à leur visibilité en ligne. Ainsi, elles sont 72% à posséder un site internet vitrine, contre 68% en 2023 et 61% en 2020. 58% travaillent sur leur référencement ou l’optimisation de leur présence sur Internet (+ 7 points vs 2023 et +11 points vs 2020). Il semble aussi que les dirigeants des TPE aient de plus en plus conscience de l’importance d’être présent sur les réseaux sociaux pour développer leur notoriété. 67% d’entre elles possèdent une page professionnelle sur des plateformes tels que Facebook ou LinkedIn (61% en 2023).
Alors que le commerce en ligne connaît une croissance significative depuis plusieurs années, les TPE semblent mettre en place de plus en plus d’outils pour être en phase avec les attentes des consommateurs. Un tiers d’entre elles possèdent un site de e-commerce pour vendre leurs produits ou services en ligne (+ 5 points vs 2023) et 14% proposent une solution de click & collect (10% en 2023).

“Ce baromètre analyse les progrès significatifs initiés par les TPE en matière de digitalisation depuis 2020. On constate qu’en 2024, les enjeux des dirigeants de TPE évoluent avec une introduction encore modérée de l’intelligence artificielle dans leur transformation numérique. Mais ce pas en avant, vecteur d’innovation ne se fera pas au détriment de la sécurité des données, enjeu particulièrement prégnant pour les dirigeants de TPE. Mastercard, acteur de l’innovation technologique autour du paiement et de la sécurité des transactions soutient l’économie locale en proposant de nombreuses initiatives pour accompagner les TPE en matière de cybersécurité et de digitalisation”, indique Brice van de Walle, Directeur général Mastercard France.

Mastercard accompagne les TPE depuis de nombreuses années en leur fournissant des conseils et des solutions adaptés. Grâce au Centre de confiance Mastercard, elles ont accès à des informations, des outils et des ressources qui les sensibilisent à la cybersécurité pour les aider à se protéger contre les pirates et les fraudeurs. En parallèle, Mastercard a annoncé en début d’année développer “Mastercard Small Business AI”, un outil d’IA qui fournit une assistance personnalisée en temps réel aux TPE pour les aider à surmonter leurs défis commerciaux.


*Méthodologie de l’étude IFOP
L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 613 dirigeants de TPE employant entre 1 et 9 salariés. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas sur les critères de taille d’entreprise, de secteur d’activité et de région d’implantation de l’entreprise. Les interviews ont été réalisées par téléphone du 29 avril au 27 mai 2024. Pour recevoir l’étude complète, merci de s’adresser au service presse de Mastercard, Agence Oxygen.


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants