Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

2/3 des entreprises françaises ont une confiance limitée dans la qualité de leurs données, selon une étude DataFlux

juin 2011 par DataFlux

DataFlux publie les conclusions d’une étude sur les pratiques des entreprises françaises en matière de qualité des données. Commanditée par DataFlux et conduite par le cabinet d’expertise CXP, l’étude évalue la confiance que les entreprises ont dans la qualité de leurs données et révèle les pratiques et initiatives actuelles de Data Management sur le marché français.

Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

L’enquête montre en premier lieu que l’attribution de la responsabilité de la gestion des données reste un sujet nébuleux pour les entreprises françaises (les données sont gérées par le service informatique pour 17% des entreprises interrogées, par les départements métier pour 17% également, le reste des interrogés n’ayant pas de vision précise de qui a la responsabilité de cette tâche). En France, une entreprise sur deux n’a pas encore implémenté de projet global de Data Management et plus alarmant encore, 13% des entreprises interrogées, comprenant des entreprises grands comptes, n’ont pas clairement établi et mis en œuvre une stratégie de gouvernance des données. En outre, 51% des organisations qui n’ont pas développé de réelle stratégie de gouvernance des données, ont révélé que leurs données étaient gérées de manière ad hoc par les utilisateurs finaux, plutôt que par des responsables données ou des data stewards.

Confiance dans la qualité des données et conséquences

Alors que 90% des répondants reconnaissent que la qualité des données est un élément critique (59%) voire très critique (30%) pour la prise de décision, seulement un tiers des entreprises admet avoir confiance dans ses données ! Développer et maintenir un niveau de confiance élevé est cependant nécessaire pour éviter les effets négatifs sur les activités d’une entreprise, tels que retards, erreurs ou manque d’allocation de ressources. Ces obstacles, directement liés à la qualité des données, peuvent également générer une augmentation des coûts (crainte évoquée par 61% des répondants), une baisse de la satisfaction clients (59%), une baisse de la satisfaction des employés (46%) ou encore un impact négatif sur les revenus de la société (42%).

Ces résultats confirment que le niveau de qualité des données d’entreprise a une influence directe sur l’efficacité des organisations.

Initiatives de Gestion de Données

Un tiers des entreprises interrogées a précisé avoir déjà implémenté un projet de qualité de données (20%) ou avoir un projet de gestion des données en cours d’implémentation. Même si ces chiffres révèlent un niveau d’adoption encourageant, il reste néanmoins 25% des entreprises françaises (et là encore incluant des entreprises grands comptes) qui n’ont pas encore mis en place de projet concret de gestion de données. Ce qui est un résultat assez alarmant, dans la mesure où ces grandes entreprises, ayant par définition d’importants volumes de données à gérer, ont besoin d’une stratégie robuste de gestion de qualité de données.

L’enquête met également en lumière la relation entre les projets de qualité de données et la confiance des entreprises dans leurs données : 71% des répondants qui ont déjà implémenté un projet de qualité de données ont en effet confiance dans leurs données alors que 88% des entreprises qui n’ont pas encore franchi ce pas n’ont qu’une confiance limitée dans leurs données.

Les entreprises françaises qui ont participé à cette étude ont d’ailleurs conscience que la mise en œuvre de projets de gestion de données va les aider à améliorer l’efficacité de leur organisation (pour 73% des répondants), à réduire les risques (62%), à se mettre en conformité avec les différentes réglementations (37%) et à gérer leurs données maîtres (37%).

Au final, « cette enquête démontre que les entreprises françaises considèrent leurs données comme un capital stratégique pour leur organisation, et qu’une meilleure qualité de leurs données va réellement améliorer leur efficacité », commente Frédéric Combaneyre, consultant Data Management au sein de DataFlux. « Cependant, le fait qu’elles n’aient pas systématiquement entrepris d’initiatives de gouvernance des données les amènent à avoir une confiance limitée dans leurs données. Ces entreprises doivent ainsi en premier lieu établir la responsabilité de la gestion des données au sein de leur organisation, pour permettre aux employés – qu’ils soient du service informatique ou d’un département métier – de prendre en charge la surveillance des risques liés à la qualité des données ».




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants