Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

14éme édition du congrès de l’AFCDP : le succès est au rendez-vous

janvier 2020 par Marc Jacob

Plus de 1000 personnes ont participé à la 14éme conférence de l’AFCDP un véritable succès pour cette association des DPO qui compte aujourd’hui plus de 6000 membres.

Pour sa 14ème édition du congrès de l’AFCDP, l’association a changé de lieu pour pouvoir accueillir les 1000 DPO présents cette année. Elle s’est ainsi déroulé à la Maison de la Mutualité un lieu historique du syndicalisme peut-être un signe des temps.. Paul-Oliver Gilbert, le président de l’AFCDP, estime en préambule que ce succès est le reflet de l’évolution du métier de DPO. Il a rappelé que l’AFCDP est forte aujourd’hui de 6000 membres. Elle organise des groupes de travail régionaux et thématiques afin que les DPO puissent se rencontrer régulièrement. En outre l’AFCDP organise régulièrement des webinaires et enrichie continuellement le contenu de son site web. Cette année marque une nouvelle étape pour l’AFCDP a-t-il conclu son intervention.

Puis le député des Côtes d’Armor Éric Bothorel a présenté le suivi de la mise en œuvre du RGDP au regard de l’action publique dans le numérique. En préambule, il a fait un rapide compte rendu de sa visite au CES. Pour lui, il n’y a pas cette année de rupture technologique mais plutôt une consolidation des technologies autour du véhicule autonome, des IOT, de la domotique, de la santé... il était à l’image du traitement fait par les politique des nouvelles technologies. Pour lui, du fait des délais entre la réflexion sur un projet de loi et sa promulgation, le législateur est trop souvent déconnectée de la réalité des technologies.

Selon Éric Bothorel, la France et l’Europe doivent montrer une troisième voie entre celles proposées par les États-Unis et la Chine. La France doit miser sur le numérique car il est porteur d’avenir tant au niveau de la croissance que de l’emploi. Sans compter que pour conserver sa place dans les nations qui compte, il faut que la France investisse massivement pour devenir un leader. Il s’est félicité de la mise en place de la taxe GAFA qui permet de rééquilibrer les échanges. En outre, il a salué l’action du gouvernement en matière de lutte sur la dissimulation de la TVA par les sites marchands. Pour lui, plusieurs projets de loi permettent d’accentuer la souveraineté comme sur la 5G, le Cloud’ l’Intelligence Artificielle... et bien sûr le RGPD. Éric Bothorel considère que la France a encore les moyens de conserver sa souveraineté numérique. "Il nous faut des moyens offensifs et défensifs" s’est il exclamé. Ainsi à titre d’exemple il a cité la Loi PACTE autour des crypto-monnaies qui est suffisamment souple pour encourager l’innovation. Pour le volet offensif, il a cité les actions menées autour de la cybersécurité,la formation, la conservation des données entre autre bancaire... afin d’avoir une concurrence saine et dynamique. Pour lui la souveraineté du Cloud passe par trois cercles de confiance en fonction de la criticité des données a protégé est tout à fait pertinente.

Etat du RGDP en Europe : bilan mitigé

Puis Olivier Micol, chef de l’unité « Protection des données » à la direction générale de la justice et des consommateurs a montré comment le RGPD est mis en œuvre en Europe. Si l’Allemagne est le bon élève de l’Europe comme on pouvait le supposer, les autres pays sont quasiment tous en retard...




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants