Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

10 conseils pour gérer l’explosion de l’IoT à venir

avril 2020 par Claire Kago, Sales & Business Development Manager France chez Paessler AG

Nous n’en sommes qu’au début de l’avènement des environnements IoT, mais il faut se préparer à y faire face. La supervision des réseaux et systèmes IoT est un élément clé de la réussite des projets et demande de l’anticipation.

L’adoption des technologies de l’IoT (Internet des Objets) a connu une croissance exponentielle ces dernières années. Cette tendance ne devrait pas montrer de signes de ralentissement à l’avenir selon Strategy Analytics puisque l’on peut s’attendre à 38 milliards d’appareils connectés sur le réseau d’ici 2025 et jusqu’à 50 milliards d’ici 2030.

Nous prenons de plus en plus l’habitude d’utiliser des appareils IoT, qu’il s’agisse de montres intelligentes ou de voitures connectées. L’IoT fait ainsi partie de la vie quotidienne de la plupart des consommateurs modernes. Pour les entreprises, la mise en œuvre des technologies IoT promet de nombreux bénéfices, de la gestion automatisée jusqu’à la satisfaction client accrue. Toutefois, le grand défi réside dans la bonne gestion des réseaux IoT, cela afin d’assurer un retour sur investissement et de répondre aux besoins toujours croissants des clients.

Evaluer l’impact de la mise en œuvre de l’IoT

Selon Gartner, il existe cinq niveaux de maturité de l’IoT permettant d’évaluer le chemin parcouru par les entreprises, et jusqu’où elles doivent encore aller. Les DSI peuvent utiliser ce modèle pour comprendre, suivre et maximiser l’impact des investissements IoT sur l’activité de leur entreprise. Les cinq étapes sont : initiation, exploration, définition, intégration et optimisation.

À l’heure actuelle, la plupart des entreprises se situent entre la première et la troisième étape. Nombre d’entre elles viennent tout juste de commencer à tout connecter à un système central. Ce qui veut dire que les processus ne fonctionnent plus de manière cloisonnée et que les entreprises se concentrent sur la façon de créer une entreprise connectée, afin de pouvoir progresser et finalement travailler dans un environnement davantage axé sur les données.

Lorsque les choses commencent à évoluer, les entreprises se dirigent naturellement vers la quatrième étape, car l’intégration est une étape cruciale pour atteindre la maturité de l’IoT. Les entreprises du monde entier se rendent ainsi compte qu’elles doivent complètement intégrer leurs projets IoT dans leur stratégie globale et leurs objectifs à long terme. Un point primordial pour s’assurer que l’infrastructure IoT crée de véritables expériences connectées et transparentes à tous les niveaux de l’entreprise.

Il ne peut y avoir d’IoT sans stabilité du réseau

Au fur et à mesure qu’ils se développent et deviennent plus complexes, les réseaux IoT risquent de devenir instables s’ils ne sont pas continuellement supervisés pour détecter des problèmes d’infrastructure ou de machines virtuelles. Un système solide de supervision permet aux gestionnaires de réseau d’anticiper, de diagnostiquer et de résoudre les problèmes, souvent avant même qu’ils n’aient un impact sur l’utilisateur final. Étant donné que les réseaux IoT se multiplient dans les entreprises et les foyers, une défaillance peut avoir un effet désastreux sur la productivité et peut considérablement nuire à l’expérience globale du client.

Sécuriser chaque point de terminaison

Un réseau IoT est aussi solide et sécurisé que son point de terminaison le plus faible. Chaque objet connecté est une passerelle potentielle vers le réseau, il est donc essentiel que les gestionnaires de réseaux puissent surveiller chaque appareil (nouveaux et anciens) pour détecter ceux pouvant présenter un risque. La sécurité est une préoccupation majeure des équipes IT en raison de l’importance des données en jeu et de la complexité technique existant dans le réseau de communication et l’infrastructure cloud. Les hackers disposent en effet de trois cibles principales pour accéder aux fonctionnalités et aux données d’un objet connecté : les appareils et matériels, l’infrastructure cloud et le réseau de communication.

Nous ne savons pas encore si l’IoT sera à la hauteur du battage médiatique, mais nous sommes convaincus que cela aura certainement un impact sur la façon dont nous expérimentons l’informatique et la manière dont les entreprises doivent superviser leur infrastructure IT.

10 conseils pour la planification et la mise en œuvre de l’IoT

Il existe un certain nombre d’éléments auxquels chaque entreprise devrait réfléchir pour anticiper et préparer la supervision de son environnement IoT :

1. Qu’est-ce que l’IoT apporte à l’entreprise ?
L’Internet des Objets changera certaines entreprises plus que d’autres. Une entreprise de services pourrait être concernée par l’intégration d’un thermostat intelligent, tandis qu’un fabricant devra relever le défi d’unifier un certain nombre de systèmes, machines et appareils disparates. Les administrateurs réseaux seront en première ligne du processus d’intégration et auront un rôle important à jouer pour rendre les objets connectés fonctionnels et utiles.

2. Connexions
Alors que certains objets connectés seront produits et conçus pour s’intégrer parfaitement dans les réseaux, d’autres seront plus « artisanaux » et nécessiteront une personnalisation importante. Avec autant de types d’appareils différents, l’intégration deviendra un vrai challenge. Il est donc essentiel que tous les objets connectés soient regroupés sous un même toit afin de pouvoir être supervisés avec précision.

3. Comprendre la connectivité
Trois protocoles principaux sont utilisés pour connecter l’Internet des Objets : le protocole SNMP (Simple Network Management Protocol), les API REST et XML. En acquérant une meilleure compréhension de la façon dont les appareils interagissent, il est possible de concevoir des architectures réseaux plus sophistiquées, rendant la supervision bien plus simple.

4. Tous les objets connectés ne sont pas nouveaux
Tous les objets connectés ne représentent pas le matériel le plus récent et performant des sociétés leaders du secteur. De nombreux appareils sont obsolètes, en particulier dans les environnements industriels, ou bien sont connectés par de petits ordinateurs comme le Raspberry Pi. Il est important de comprendre les nombreux fonctionnements des différents objets et comment les connecter, même s’ils datent du siècle dernier.

5. Savoir s’adapter
L’Internet des Objets est probablement le plus grand défi auquel les administrateurs réseaux doivent faire face depuis les services cloud et le BYOD. Il y aura certainement des pressions des dirigeants d’entreprise pour la mise en place de cette nouvelle tendance lourde de l’IT. Il faudra être à la fois patient et flexible pour relever les défis complexes de la supervision d’un réseau d’objets connectés et faire face à la pression de la direction.

6. Planifier en amont
En ce qui concerne la supervision réseau, la planification est une bonne alliée. L’utilisation des équipements personnels de communication (BYOD) a eu des effets majeurs sur les réseaux et la bande passante, tout comme l’Internet des Objets en aura. Pour maintenir une bonne disponibilité du réseau, il faut s’assurer de planifier l’utilisation de la bande passante des objets connectés.

7. Si c’est connecté, cela peut être piraté
Les hackers d’aujourd’hui sont à la fois intrépides et créatifs, une combinaison dangereuse pour les services IT. Tout ce qui possède une adresse IP peut être piraté et l’Internet des Objets élargit le vecteur de menace. Avant de connecter le frigo au système d’informations, il faut s’assurer d’avoir un plan de sécurité en place.

8. Personnaliser
L’un des aspects les plus passionnants de l’Internet des Objets est qu’il n’y a apparemment aucune limite à ce qui peut être connecté. En termes de supervision, cela soulève des défis qui peuvent être résolus en créant de nouveaux capteurs et des rapports personnalisés. Cela est particulièrement intéressant dans les environnements industriels, où les données extraites des objets peuvent être utilisées pour rendre les processus métier plus intelligents et plus efficaces. C’est l’occasion de montrer son côté créatif et de créer des solutions personnalisées pour ces problèmes de supervision.

9. Connaître ses objets
Les systèmes IT modernes sont souvent chaotiques. Il est devenu incroyablement facile de faire tourner une machine virtuelle, de télécharger et d’exécuter un logiciel cloud, ou maintenant de connecter un appareil. La cartographie et le suivi de chaque « objet » ajouté au réseau au fur et à mesure pourra éviter de nombreux maux de tête sur la durée.

10. Penser à l’objectif final
Les projets d’objets connectés commencent souvent petits dans la plupart des entreprises, et beaucoup n’auront pas de grandes conséquences. Mais, à terme, le monde connecté fournira de nouvelles données et informations sur le fonctionnement des entreprises. Ces données deviendront des moteurs de décisions clés et il s’agira donc de les collecter et de les analyser pour les transformer en informations. Même si la période actuelle est encore balbutiante, anticiper les opportunités n’en reste pas moins crucial.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants