Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

« Tout ce que vous mettez sur le Web sera un jour utilisé contre vous ! »

janvier 2009 par Emmanuelle Lamandé

LinkedIn, Viadeo, forums, MSN, Facebook…, autant de réseaux sociaux qui peuvent servir d’outil d’intelligence économique. Grâce au recoupement de toutes les informations disponibles en ligne, il devient relativement facile d’obtenir pléthore d’informations concernant une personne. Marc L. en a récemment fait les frais. Cette agrégation d’informations est une véritable mine d’or pour celui qui cherche à mieux vous connaître, voire à vous nuire. « Il ne faut pas perdre de vue que tout ce que vous mettez sur le Web sera, un jour, utilisé contre vous » constate Laurent Penou, Responsable des réseaux informatiques de la communauté des Gadzarts, à l’occasion de la 3ème Université AFCDP* des Correspondants Informatiques & Libertés, qui s’est tenue le 21 janvier dernier.

* Association Française des Correspondants à la protection des Données à caractère Personnel

Les réseaux existent depuis l’antiquité. Ils ont pu continuer à exister au fil du temps à travers les corporations, cependant la photo, la presse, le téléphone et le fax n’ont pas énormément fait évoluer leurs structures. Puis, Internet est arrivé. Dans les dix premières années, le mail a commencé à remplacer le courrier, les réseaux ont commencé à devenir numériques, les gens se sont exprimés sur des sites de discussion. Avec l’arrivée des moteurs de recherche, les choses se sont accélérées et de nouvelles corporations sont apparues : la communication est devenue instantanée et les réseaux sociaux sont montés en puissance. L’instantanéité a permis de réduire le temps de diffusion de quelques jours, voire même quelques mois, à quelques minutes. C’est ainsi que la vie privée a disparu.

LinkedIn, Viadeo, forums, MSN, Facebook…, autant de réseaux sociaux qui peuvent servir d’outil d’intelligence économique. Grâce au recoupement de toutes les informations disponibles en ligne, il devient relativement facile d’obtenir pléthore d’informations concernant une personne : son carnet d’adresses, de rendez-vous, ses déplacements, sa famille, ses amis, ses discussions… Cette agrégation d’informations est une mine d’or pour celui qui cherche à mieux vous connaître (employeur, journaliste…), voire à vous nuire. Il ne faut pas perdre de vue que tout ce que vous mettez sur le Web sera, un jour, utilisé contre vous.

Recrutement, renseignement ou pur hasard…

L’utilisation de ces réseaux peut avoir plusieurs objectifs : le recrutement, le renseignement, ou encore se faire par hasard. Pour ce qui est du recrutement, il s’agit le plus souvent de recherche de CV, de références ou encore de réputation. En ce qui concerne l’intelligence économique, les contacts et profils professionnels sont analysés, puis recoupés avec une analyse du comportement et des points de faiblesse sur les réseaux sociaux publics. Ce qui pouvait auparavant prendre des mois ne nécessite aujourd’hui que quelques minutes. Tapez un nom sur la toile, vous aurez accès à sa généalogie, sa vie familiale, professionnelle, ses hobbies et habitudes. L’exemple de la vie de Marc L. publiée récemment dans le journal « Le Tigre » en est la preuve.

On ne peut pas protéger les gens contre leurs bêtises à leur insu !

Que faire de ces réseaux en entreprise ? Quelle alternative existe pour les CIL et RH ? Faut-il interdire l’utilisation de ces réseaux ? Quels en sont les risques majeurs ? Du côté de l’entreprise, le site Web est, en général aujourd’hui, une problématique plus ou moins maîtrisée. Le problème du blog en entreprise est de savoir qui publie, qui modère, quelles sont les capacités à réagir rapidement ? Enfin, avoir un groupe sur Facebook est une autre affaire, qui anime et qui explique ? Les collaborateurs, de leurs côtés, peuvent diffuser, sur Viadeo ou LinkedIn, des contacts et des détails sur des projets menés en entreprise qui s’avèrent confidentiels. Sur Facebook, photos de soirée se mêlent régulièrement aux photos de vacances. Cependant, la preuve de soirées trop alcoolisées, parfois dans le cadre professionnel, ne fait pas toujours bonne figure, et a déjà conduit au licenciement. Cependant, on ne peut pas protéger les gens contre leurs bêtises à leur insu. Le problème, c’est qu’il y a un préjudice pour l’entreprise.

Vous croyez vraiment tout ce que vous lisez sur le Web ?

Comme si cela ne suffisait pas, deux autres soucis majeurs se posent. Premièrement, que font les RH et chasseurs de têtes, a posteriori, des informations récoltées sur les candidats ou collaborateurs ? Dans un second temps, apparaît la problématique de la désinformation. Vous croyez tout ce que lisez sur le Web ? Et bien vous avez tort. Nombreuses sont les fausses informations créées dans l’intention de nuire. Quel niveau de véracité, dans ce cas, peut-on accorder aux informations sur Internet ?

Petite recommandation de conclusion, pensez au moins à chiffrer vos communications de messagerie. Un mail non chiffré équivaut à l’envoi d’une carte postale…


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants