Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Télévision connectée : quels enjeux pour la protection de la vie privée ?

septembre 2012 par CNIL

La télévision connectée offre de nouveaux services aux téléspectateurs, comme la vidéo à la demande (VOD), la télévision de rattrapage, ou encore l’accès, depuis un téléviseur, à des plateformes de vidéos en ligne. Elle permet également d’interagir en direct avec les réseaux sociaux. On parle alors de "télévision sociale". Mais la télévision connectée offre également de nouvelles possibilités de collecter des informations précises sur le comportement et les habitudes des téléspectateurs. Elle constitue à ce titre un enjeu pour la vie privée.

Qu’est-ce que la télévision connectée ?

Le terme de télévision connectée désigne la convergence entre la télévision traditionnelle et l’internet. En pratique, cela couvre à la fois les téléviseurs connectés à internet, les services de télévision qui interagissent avec le Web et les contenus télévisés reçus par d’autres terminaux que la télévision (smartphones, tablettes, ordinateurs, consoles de jeux).

Avec la télévision connectée, on passe donc d’une utilisation dite "passive" de la télévision, où le téléspectateur n’a accès qu’à un nombre limité de programmes, à une télévision interactive, grâce à laquelle le téléspectateur dispose d’une infinité de choix de programmes, de contenus personnalisés et la possibilité de partager en direct ses impressions. Quels sont les enjeux pour la vie privée des téléspectateurs ?

Contrairement à la télévision traditionnelle, la télévision connectée permet le recueil et l’utilisation de nombreuses données personnelles. Elle permet, par exemple de suivre les usages, mesurer l’audience plus finement, envoyer de la publicité ciblée …

Les données collectées sont liées à l’usage du service audiovisuel (programmes regardés, temps passé devant la télévision, localisation de la personne, ...), d’autres sont fournies par l’utilisateur lui-même (nom, âge, centres d’intérêt, chaînes et programmes préférés, …), notamment via la création d’un compte ou la connexion à un service en ligne.

La télévision connectée permet de proposer aux différents membres du foyer des services personnalisés sur la base de leurs habitudes de consommation, voire de celles de leurs contacts, de leurs centres d’intérêt, ou encore de leur localisation géographique.

De plus, des fabricants commencent également à intégrer aux postes des capteurs comme par exemple, des caméras, pour compléter la télécommande traditionnelle (reconnaissance de gestes). Ces capteurs peuvent également être utilisés pour reconnaître automatiquement la personne qui est devant l’écran (reconnaissance vocale ou faciale) et permettent de proposer des services complémentaires : contrôle parental, interface personnalisée, etc.

Ces capteurs pourraient également permettre, à terme, de suivre et d’analyser les réactions aux programmes ou aux publicités regardées, à partir des postures des téléspectateurs ou du trajet de leurs yeux sur l’écran.

Ces nouveaux services pourraient potentiellement conduire à un profilage plus fin des téléspectateurs, sans qu’ils en aient conscience ou qu’ils aient les moyens de s’y opposer. C’est pourquoi la CNIL souhaite se positionner en amont et travailler avec les différents acteurs du secteur. Quelles actions la CNIL compte-t-elle mener pour faire respecter les droits des personnes ?

La CNIL souhaite formuler rapidement des préconisations à l’attention des différents acteurs du secteur (équipementiers, chaînes, FAI, etc.). Ces recommandations porteront notamment sur l’information des personnes concernées et sur le respect de leurs droits.

Pour cela, la CNIL participe aux travaux du CSA sur les usages de la télévision connectée, en concertation avec l’ensemble du secteur. Ces travaux permettront à terme de mieux connaître les usages réels et de définir une régulation adaptée. En parallèle, elle approfondit son analyse technique des offres de service, des équipements et des capteurs pour suivre au plus près les derniers développements techniques et identifier les risques potentiels.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants