Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Stonesoft : Une cybercriminalité préoccupante en Finlande

mai 2012 par Stonesoft

Les décideurs finlandais sont conscients des risques importants liés à la cybercriminalité mais ils estiment que leurs activités sont relativement peu touchées. C’est la conclusion d’une étude menée par la société « Taloustutkimus Oy », qui a constitué un baromètre sur la perception chez les cadres supérieurs des 500 plus grandes entreprises finlandaises de l’impact de la cybercriminalité.

Les cadres finlandais n’ignorent pas les effets de la cybercrilminalité. Le baromètre de la cybercriminalité élaboré par Stonesoft indique que pour ces cadres les risques liés au cybercrime dépassent ceux qui caractérisent le développement produit, la technologie, l’environnement de travail ou l’investissement financier. Néanmoins, la confiance des managers dans la capacité de protection de leurs entreprises est forte. 91% des répondants pensent que les systèmes de sécurité en place sont efficaces.

D’après le baromètre de Stonesoft, plus de 40% de répondants s’attendent à une hausse de l’activité cybercriminelle pendant les 12 mois à venir. 25% de répondants estiment qu’il y a eu une hausse pendant les 12 derniers mois. Les DSI qui travaillent essentiellement sur les problématiques de sécurité informatique attachent plus de risques au cybercrime que les répondants avec d’autres profils.

L’impact sur la réputation en haut de la liste

La perte au niveau de l’image et les problèmes liés aux données des clients sont perçus comme les principaux risques du piratage. En revanche l’interruption de l’activité n’est pas considérée comme une menace réelle.

“Les système d’informations prennent de plus en plus d’importance et sont au coeur des opérations métiers. Il est étonnant et même inquiétant que les décideurs négligent la capacité qu’ont les cybercriminels à mettre une activité à genoux. Si les paiements en ligne ne fonctionnent pas, il n’y a pas de ventes ; si les ERP sont en panne il n’y pas de mouvements de marchandises”, explique le DSI de Stonesoft, Joona Airamo.

Le baromètre indique cependant que les entreprises finlandaises prennent de plus en plus de mesures face aux menaces. Les 12 derniers mois ont vu une légère augmentation au niveau des dépenses engagées en matière de protection contre les attaques. Même si l’industrie financière est le secteur qui adopte les plus grands moyens de protection, la majorité des répondants, tout secteur confondu, croient augmenter leurs investissements de sécurité pendant les 12 prochains mois.

Le baromètre de la cybercriminalité établi par Stonesoft est basé sur un sondage effectué en mars 2012 sur une population de 200 décisionnaires IT et finance issus des 500 plus grandes entreprises en Finlande.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants