Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

SonicWall : La campagne présidentielle aux USA provoque un déchainement de spams politiques

octobre 2008 par SonicWall

SonicWALL, Inc. annonce que plus de 5 milliards de spams à caractère politique seront envoyés aux électeurs dans le mois précédant l’élection présidentielle, qui aura lieu le 4 novembre 2008. Depuis les élections primaires, le nombre de spams politiques a augmenté de façon considérable, et ce phénomène continuera d’augmenter jusqu’à 45 jours avant l’élection elle-même. Rien que dans les trois derniers mois, SonicWALL estime à 20 % l’augmentation du spam à caractère politique.

« Nous surveillons de très près l’évolution du niveau des spams politiques envoyés pendant la campagne présidentielle. En 2004, nous avions déjà vu juste en prévoyant l’envoi d’un milliard deux cent cinquante millions de spams, et ce avant même l’élection. Etant donné l’augmentation générale du nombre de spam, le chiffre de 5 milliards paraît légèrement sous-estimé. L’email est devenu, depuis la dernière campagne électorale de 2004, l’un des principaux moyens de communication pour les candidats briguant un mandat politique, quel qu’il soit. Les spammeurs profitent donc de l’agitation provoquée par les élections à venir. Les entreprises et les particuliers doivent mettre en place des mesures de protection contre le flot croissant de spam qu’ils recevront lors des 45 prochains jours » déclare Andy Klein, Directeur du marketing produit chez SonicWALL.

L’email politique est souvent envoyé par ou au nom d’un candidat à une fonction politique, ou également pour soutenir une cause ou une initiative. Ce type d’email a atteint son paroxysme lors de cette campagne présidentielle. Les spammeurs et autres pirates, les militants et opposants s’appuieront sur l’élection pour leurrer et atteindre leurs cibles ainsi que pour contourner les filtres anti-spam.

Selon SonicWALL, le spam politique pourrait représenter de 1 à 2 % du spam global le jour des élections et recommande donc aux entreprises et aux particuliers de bien connaître les trois types spams politiques et ainsi mieux s’en protéger :

1) Le vrai spam : utilise l’élection comme appât pour encourager l’utilisateur à ouvrir le message. Le contenu du mail n’a strictement rien à voir avec les élections. On peut inclure dans cette catégorie les sondages “en direct” conçus pour faire cliquer l’utilisateur sur un lien ou image qui le redirigera sur le site d’un spammeur, soit 90 % des spams politiques environ.

2) Le spam “plaidoyer” : un individu ou un groupe envoie un email pour défendre un point de vue. L’email politique n’est pas obligatoirement conforme au Can-Spam Act, ainsi les partis politiques spammer tant qu’ils le souhaitent. Ce type d’email représente 7 à 8 % du spam politique.

3) Les attaques de type phishing : n’importe quelle ruse visant à récupérer les données personnelles ou bancaire d’un un utilisateur en se servant de l’élection entre dans cette catégorie. En 2004 est apparu le premier email de phishing s’appuyant sur la course à l’investiture : une campagne de soutien à John Kerry qui visait à collecter des numéros de cartes de crédit. Même si les autorités fédérales surveillent de très près ces “arnaques”, elles continuent d’apparaître de temps à autre et représentent 2 à 3 % des spams politiques.


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants