Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Sondage Symantec : Les Français sont inquiets de la protection de leur vie privée mais sous-évaluent la valeur de leur identité

janvier 2015 par Symantec

Suite aux révélations sur l’outil de cyber espionnage ciblé Regin fin 2014 et en amont du FIC 2015 (Forum International de la Cybersécurité qui se tient les 20 et 21 janvier à Lille), Symantec a posé « 2 questions sur le respect de la vie privée »* à un échantillon de 1 000 personnes, représentatif de la population de chacun des 7 pays européens où a été mené le sondage, dont la France.

A la question : « quel est votre avis sur les articles récents concernant les programmes de surveillances au niveau mondial et les révélations sur l’étendue des données que les entreprises et états collectent sur nous », les Français sont 44 % à se déclarer inquiets quant au respect de leur vie privée, soit le deuxième plus fort taux après les Allemands, traditionnellement précautionneux et exigeants sur le sujet. Seuls 10 % de nos concitoyens ne s’en préoccupent pas « puisqu’ils n’ont rien à cacher ». 24 % des Français se déclarent néanmoins contents de savoir que leur gouvernement les protège contre le cyber-terrorisme, soit le taux le plus élevé en Europe.

S’ils sont inquiets quant à la protection de leur vie privée, les Français semblent néanmoins avoir besoin d’informations sur la véritable valeur de leurs papiers d’identité, et plus précisément sur les conséquences d’une usurpation d’identité : 80 % considèrent leurs coordonnées bancaires, qu’elles concernent leurs cartes ou leurs comptes, comme les données les plus importantes, loin devant les contacts personnels (6 %) et surtout leurs papiers d’identité (seulement 4 %).

Les Français semblent donc avoir conscience de l’importance du respect de leur vie privée et de ses potentielles menaces, mais leur appréciation se fonde essentiellement sur leur expérience. Plus de Français ont eu à subir les conséquences certes fâcheuses mais limitées dans le temps et uniquement matérielles d’un vol ou d’une utilisation frauduleuse de données bancaires ; peu d’entre eux appréhendent les résultats d’une usurpation d’identité, phénomène plus rare certes, mais aux répercussions bien plus problématiques, alors même qu’un certain nombre de cyber-attaques collecte l’ensemble des détails relatifs à l’identité des individus.

* Le sondage « 2 questions sur le respect de la vie privée » a été mené du 5 au 8 janvier 2014 en ligne, en France, Allemagne, Espagne, Italie, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et au Danemark, auprès d’un échantillon représentatif de la population de 1 000 individus dans chacun de ces pays.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants