Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

SD-WAN : évolution, révolution, disruption ?

mai 2018 par Yves Pellemans, CTO d’Axians France

Durant des décennies, les entreprises ont utilisé le MPLS comme réseau privé de communication. Mais aujourd’hui le SD-WAN pourrait bien rebattre les cartes. Reposant sur l’agrégation de liens Internet et privé, administré depuis un portail web, commercialisé as-a–service, le SD-WAN permet aux entreprises de reprendre le contrôle de leurs réseaux de communication.

Apparus à la fin des années 90, les réseaux privés MPLS ont été massivement adoptés par les entreprises. Mais en 2018, le MPLS (Multi Protocol Label Switching) pourrait bien se voir chahuter par le SD-WAN (Software Defined Wide Area Network), nouvelle technologie aux caractéristiques prometteuses. Le marché du SD-WAN devrait atteindre, selon IDC, six milliards de dollars au niveau mondial en 2020.

Une administration du réseau centralisée et flexible

Troisième génération de réseau, le SD-WAN présente de nombreux atouts. En premier lieu, celui d’être capable de constituer des réseaux privés à partir d’agrégation de liens Internet que ce soit de l’ADSL, de la fibre ou de la 4G. Vient ensuite la possibilité de manager à distance les routes d’acheminement des données grâce à une plateforme d’administration centralisée. Ainsi, depuis un simple portail web et sans recourir à des compétences d’ingénieur télécom, l’entreprise peut orienter le trafic et gérer la qualité de services par applications. Sans avoir défini au préalable toutes les connexions possibles, elle peut, en fonction de la dégradation de l’ADSL, de la fibre ou de la 4G, rerouter les flux en choisissant le chemin le mieux adapté à son besoin. A la volée, elle peut provisionner les ressources entre ses établissements ou avec ses partenaires (filiales, usines, data centers, fournisseurs, cloud provider, etc). Une fois le traitement achevé et sur simple clic l’entreprise a la possibilité de désactiver la ressource. Grâce à la vision applicative de l’utilisation du réseau, l’entreprise fait du WAN as-a-service et met en concurrence les opérateurs du marché. Le dispositif assure aussi toutes les règles de sécurité quelques soient les connexions. La force du software definied à tous les niveaux !

Autres atouts : le temps de déploiement et le coût

Là où il fallait entre huit et seize semaines pour déployer un réseau MPLS ou Lan2Lan, le SD-WAN est effectué en ligne et en temps réel. Le coût est aussi un avantage non négligeable. Là où le prix du MPLS était élevé et fixé au débit - qu’il soit consommé ou non - celui du SD-WAN repose sur la consommation des services ou sur un forfait. La mutualisation et la concurrence des offres participent ainsi à la réduction majeure des coûts.

Le SD-WAN, technologie du futur

Avec le SD-WAN, le pouvoir change de mains. Là où avec le MPLS, les opérateurs étaient maîtres en leurs royaumes, le SD-WAN redonne le pouvoir aux clients. Bien plus qu’une évolution technologique, c’est une révolution voire une disruption technologique et économique. En permettant aux entreprises de visualiser et de gérer leurs réseaux de transferts de données et en leur offrant de grandes capacités de débits et des temps de latence réduits, le SD-WAN s’imposera, porté notamment par le Big Data, l’Intelligence Artificielle et la création de nouvelles activités et services clients liés à la rapidité de connexion de la donnée.

L’année 2018 sera sans nul doute celle du SD-WAN. L’année 2020, avec l’arrivée de la 5G, ses débits supérieurs à 10 Gbit/s, et ses temps de latences inférieurs à une milliseconde, sera celle de sa consécration. Le développement de la voiture autonome, les services à distance comme la télémédecine ou la réalité virtuelle seront autant d’applications qui nécessiteront de grands débits de connexion et une rapidité d’analyse de la donnée.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants