Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Regin : Un outil d’espionnage de pointe pour une surveillance furtive Auteur : Symantec Security Response

novembre 2014 par Symantec

Un malware complexe, connu sous le nom de Regin, a été utilisé dans le cadre de campagnes d’espionnage systématique envers des cibles internationales depuis au moins 2008. Trojan de type backdoor, Regin est un malware complexe dont la structure suppose des compétences techniques rarement vues. Avec un grand nombre de fonctionnalités qui s’adaptent selon la cible, il permet à ses commanditaires d’opérer une surveillance massive et a été utilisé dans des opérations contre des organisations gouvernementales, des opérateurs d’infrastructures, des entreprises, des scientifiques et des individus.

Il est probable que son développement ait pris plusieurs mois, voire plusieurs années, et ses auteurs ont tout fait pour assurer sa discrétion. Ses capacités ainsi que le niveau de ressources derrière Regin indiquent qu’il s’agit de l’un des principaux outils de cyber espionnage utilisé par un état.

Comme décrit dans le livre blanc publié par Symantec, Backdoor.Regin est une menace en différentes phases, chacune d’entre elles étant dissimulée et chiffrée, à l’exception de la première. L’exécution de la première étape génère un effet domino de déchiffrement et de chargement de la phase suivante. Chaque étape individuelle fournit peu d’informations sur l’ensemble de la menace. Seule la réalisation de l’ensemble permet l’analyse et la compréhension de la menace.

Figure 1. Les cinq étapes de Regin

Regin utilise également une approche modulaire, lui permettant de charger des fonctionnalités adaptées selon la cible. Cette approche modulaire a déjà été vue dans des familles de malwares sophistiqués tels que Flamer et Weevil (TheMask), alors que l’architecture en plusieurs étapes est similaire à celle observé dans Duqu/Stuxnet.

Déroulé et profil des cibles
Les infections par Regin ont été observées dans différents types d’organisations entre 2008 et 2011, date à laquelle il a été brutalement retiré. Une nouvelle version du malware a refait surface à partir de 2013. Les cibles incluent des entreprises privées, des organisations gouvernementales et des instituts de recherche. Alors que près de la moitié des infections concerne des adresses appartenant à des fournisseurs de services Internet, les cibles de ces infections étaient les clients de ces sociétés plutôt que les sociétés elles-mêmes. De la même manière, les attaques contre des entreprises de télécommunications visaient l’accès aux appels passant par leurs infrastructures.

Figure 2. Les infections par Regin confirmées, par secteur d’activité

La géographie des infections est également diverse, et concerne principalement dix pays.

Figure 3. Les infections par Regin confirmées, par pays

Vecteur d’infection et charges utiles
Le vecteur d’infection varie selon les cibles et aucun vecteur reproductible n’a été identifié à l’heure où ce rapport a été rédigé. Symantec estime que certaines cibles ont été leurrées vers la visite de fausses versions de site Internet bien connus, et que la menace s’est installée via un navigateur web ou lors de l’exploit d’une application. Sur un ordinateur, les fichiers log montraient que Regin venait de Yahoo ! Instant Messenger via une faille non confirmée.

Regin utilise une approche modulaire, donnant ainsi une certaine flexibilité à ses commanditaires et opérateurs qui peuvent ainsi adapter ses fonctionnalités selon les cibles individuelles et les besoins. Certaines charges utiles sont particulièrement avancées et laissent supposer un haut degré d’expertise dans des secteurs bien précis : une preuve supplémentaire du niveau de ressources dont ont bénéficié les auteurs de Regin.

Regin comporte des douzaines de charges utiles. Ses capacités de base incluent plusieurs fonctionnalités de Remote Access Trojan (RAT), telles que la capture d’écrans, la prise de contrôle de la souris, le vol de mots de passe, la surveillance du trafic réseau et la restauration de fichiers supprimés. Des modules de charge utile plus spécifiques et avancés ont également été découverts, tels que le monitoring de trafic de serveur web Microsoft IIS et l’aspiration du trafic des contrôleurs des stations de téléphonie mobile.

Furtivité
Les développeurs de Regin ont fourni des efforts considérables pour le rendre indétectable. Son caractère discret semble indiquer une utilisation lors de campagnes d’espionnage qui ont duré plusieurs années. Même lorsque sa présence est détectée, il est très difficile de déterminer précisément ses actions. Symantec n’a été en mesure d’analyser les charges utiles qu’après déchiffrement des échantillons de fichiers.

Regin présente plusieurs fonctionnalités de furtivité, notamment des capacités anti-forensics, un système de fichiers virtuel chiffré unique, un chiffrement alternatif sous la forme d’une variante de RC5, qui n’est pas communément utilisé. Regin utilise de multiples moyens sophistiqués pour communiquer avec l’attaquant, notamment via ICMP/ping qui intègre des commandes dans les cookies http, via des protocoles TCP et UDP sur mesure.

Conclusions

Regin est une menace hautement complexe qui a été utilisée dans la collecte systématique de données ou lors de campagnes de renseignements. Le développement et l’opération de ce malware ont certainement demandé des investissements financiers et en temps importants, laissant supposer qu’un état en est le commanditaire. Sa conception en fait un outil hautement adapté pour des opérations de surveillance persistantes et à long terme contre ses cibles.

La découverte de Regin met en lumière l’importance des investissements pour le développement d’outils informatiques à des fins de renseignement. Symantec estime que de nombreuses composantes de Regin restent à découvrir et que des fonctionnalités et des versions supplémentaires existent. Symantec continue son travail d’analyse et publiera les mises à jour de ses recherches.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants