Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Rapport sur « l’état des lieux de l’Internet », la Chine et les Etats-Unis pointés du doigt par Akamai

juin 2008 par Akamai

Akamai Technologies, Inc. annonce la publication de son tout premier rapport sur « l’état des lieux de l’Internet ». À compter d’aujourd’hui puis au terme de chaque trimestre, Akamai publiera donc un rapport trimestriel sur « l’état des lieux de l’Internet », extrapolé à partir des données recueillies par son réseau mondial de serveurs. Ce rapport comprendra notamment des données sur l’origine du trafic malveillant, des pannes réseau et des arrêts d’échange de trafic (de-peering). Il donnera une photographie de la connectivité haut débit par zone géographique. Outre ce rapport récapitulatif, Akamai documentera également les tendances constatées au fil du temps au travers de ces données.

Le rapport d’Akamai mentionnera également les informations publiques relatives aux événements clés du trimestre, qu’il s’agisse des offensives de type déni de service, des piratages de sites Web et d’événements survenus sur le réseau.

Au cours du premier trimestre 2008, par exemple, Akamai a observé le trafic malveillant en provenance de 125 pays différents. La Chine et les États-Unis en constituent les deux principales sources, représentant au total environ 30 % du trafic malveillant. Parmi les 23 ports réseau observés par Akamai, ceux ayant fait l’objet des attaques les plus violentes ont, pour l’essentiel, été ciblés par des vers, des virus et des bots qui s’étaient propagés sur Internet il y a déjà plusieurs années.

Des événements réseau « majeurs » ayant impacté plusieurs millions d’internautes se sont produits au cours de ce premier trimestre. Fin janvier, la rupture de câbles sous-marins en Méditerranée a privé le Moyen-Orient et l’Europe de connectivité Internet, provoquant un ralentissement draconien des communications. Des événements d’arrêt d’échange de trafic (de-peering) entre de grands réseaux ont eu des répercussions sur les communications Internet de certains internautes américains et européens pendant deux semaines. Une modification de routage décidée par un opérateur télécoms s’est propagée sur tout Internet, causant la déconnexion pendant plusieurs heures d’un site connu de partage de vidéos.

Akamai a également constaté que les niveaux les plus élevés de connectivité « très haut débit » (>5 Mbps) étaient mesurés en Corée du Sud. Aux États-Unis, c’est l’État du Delaware qui arrive en tête avec plus de 60 % de connexions au réseau Akamai mesurées à 5 Mbps ou plus. En bas du classement, le Rwanda et les Îles Salomon font figure de bons derniers, 95 % (ou plus) de leurs connexions au réseau Akamai s’effectuant à moins de 256 Kbps. Aux États-Unis, les pourcentages les plus élevés de connexions lentes à moins de 256 Kbps ont été observés dans les États de Washington et de Virginie. Des pourcentages qu’il convient toutefois de relativiser – respectivement 21 % et 18 % – au regard des performances observées à travers le monde.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants