Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

ROOMn : les 5 grandes tendances technologiques qui redessinent l’entreprise de demain

mars 2018 par Emmanuelle Lamandé

Chaque année, les équipes d’Accenture identifient les technologies émergentes qui auront un impact significatif dans les 3 ans à venir pour les entreprises, et la vie quotidienne de leurs clients. Jean-Baptiste Delinselle, Technology Research Senior principal, Accenture Labs – Sophia Antipolis, et Gilles Casteran, Managing Director, Accenture, présentent la Vision Technologique du groupe, à l’occasion de la 6ème édition de ROOMn, et les cinq grandes tendances technologiques 2018 qui redessinent l’entreprise de demain.

Chaque année, Accenture présente le bilan de sa Vision Technologique des trois ans à venir, et identifient les technologies qui auront un impact significatif pour les entreprises. Accenture dispose, à l’heure actuelle, de sept laboratoires de recherche dans le monde, qui observent au quotidien ces tendances. Ces équipes évaluent aussi les projets et les technologies innovantes chez Accenture et au-delà, le but étant de déterminer chaque année les tendances qui en découlent et qui auront un impact chez les clients du groupe.

« L’objectif est également de réfléchir à l’entreprise émancipée, relâchée de toute contrainte qui pourrait aller à l’encontre de son développement », expliquent-ils. La place de l’humain est, en outre, fondamentale dans cette transformation digitale. L’adoption du digital par les entreprises et les utilisateurs représente donc un axe prépondérant à étudier.

Cinq tendances majeures ont pu être identifiées pour cette 11ème édition : l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle et augmentée, la véracité de la data, le business « sans frictions » et l’Internet de la pensée.

- L’intelligence artificielle citoyenne
Les entreprises adoptent de plus en plus l’intelligence artificielle, toutefois pour capitaliser sur son potentiel, elles doivent prendre conscience de son impact et de ses possibilités. En effet, à mesure que les capacités de l’IA et son influence sur nos vies se développent, les entreprises doivent « éduquer » leurs IA à se comporter comme des membres à part entière, responsables et productifs, de la société. Cela implique de changer la façon dont les entreprises voient l’IA, passant de systèmes programmés à un système qui apprend. Certes, les technologies apprennent de l’homme, mais si on les éduque elles peuvent même aller plus loin. Grâce à l’IA, les technologies deviendront ainsi plus intelligentes et plus automatisées.

- La réalité virtuelle et augmentée
Les technologies de réalité virtuelle et augmentée suppriment les distances entre les personnes, les informations et les expériences, transformant ainsi notre façon de vivre et de travailler. La réalité virtuelle ou augmentée permet, en effet, à n’importe quel individu d’être téléporté dans un nouvel environnement. Aujourd’hui, les expériences immersives sont courantes et résolvent les problématiques de distance. Toutefois, nous n’en sommes qu’au tout début des possibilités relatives à la téléportation. Beaucoup reste encore à imaginer et à développer pour améliorer la perception de sa présence dans un autre lieu. Ces technologies ont d’ailleurs un incroyable potentiel en matière de formation, puisqu’elles permettront par exemple à un travailleur d’appréhender un chantier avant même qu’il ne soit sur place.

- La véracité de l’information
La véracité de l’information représente un facteur clé. En effet, il faut certes repenser la manière dont les entreprises exploitent de nombreuses données, mais il faut en premier lieu s’assurer de leur véracité et être sûr d’adresser les bonnes informations aux bonnes personnes. En effet, les informations fausses ou manipulées sont de plus en plus fréquentes aujourd’hui, et menacent la perception des entreprises dans leur planification, leurs opérations et leur croissance… d’autant que les prises de décisions sont de plus en plus basées sur ces données de manière automatique. Heureusement, les compétences et les outils nécessaires pour authentifier ces informations existent. En se basant sur la « data science » et la cybersécurité, les entreprises peuvent construire leur propre « data intelligence » et ainsi renforcer la confiance. C’est le nouveau challenge de chaque entreprise : s’assurer de la véracité des données qu’elle utilise comme levier.

- Le business « sans frictions » ou comment libérer l’entreprise dans l’économie
Pour assurer leur croissance, les entreprises dépendent aussi de partenariats basés sur la technologie. Toutefois, leurs systèmes actuels ne sont pas adaptés pour des partenariats à grande échelle, et ne sont pas conçus pour supporter une évolution aussi rapide et agile. Les relations doivent, quant à elles, devenir plus pertinentes et plus personnalisées avec les clients et les collaborateurs. Pour fonctionner efficacement de façon toujours plus intégrée, les entreprises doivent d’abord se réorganiser et développer des partenariats sur-mesure, basés sur des architectures en micro-services. La blockchain s’avère une piste de réflexion intéressante pour garantir un fonctionnement aussi rapide que celui du digital. L’enjeu majeur : libérer l’entreprise dans l’économie.

- « Internet of thinking » ou l’Internet de la pensée
Les entreprises font aujourd’hui le pari d’environnements intelligents basés sur la robotique, l’IA et les expériences immersives. Cependant, pour leur donner vie, les infrastructures techniques aussi doivent évoluer. Intégrer une entreprise dans le monde environnant requiert effectivement une transformation d’architecture. Cela implique un nouvel équilibre entre le cloud et l’ « edge computing », mais aussi une revue du hardware, afin de rendre les actions et l’Internet plus intelligents.

Immersion au cœur de ces nouvelles tendances

Chaque tendance s’appuie sur l’observation de cette innovation par Accenture. Afin d’imager ces tendances et de les rendre plus concrètes par rapport aux usages qui peuvent ou qui pourraient en être faits, Jean-Baptiste Delinselle et Gilles Casteran sont entrés en communication avec le showroom d’Accenture de Sophia Antipolis, via visioconférence avec deux de leurs collègues. Ce showroom reproduit la vie réelle et a, pour ce faire, reconstitué le quartier d’un centre-ville tel que nous le vivons au quotidien, avec des rues, des magasins… mais version « futuriste ».

Par exemple, on y retrouve une agence commerciale, qui utilise des techniques d’intelligence artificielle pour scanner les têtes de ses clients et ainsi analyser les informations concernant chaque personne (sexe, âge…). La technologie de chatbot est également en cours d’étude et de développement, tout comme la biométrie qui est utilisée pour vérifier l’identité des clients.

Comme évoqué précédemment, l’Internet de la pensée représente aussi une tendance majeure aujourd’hui. En effet, dans chaque zone d’habitation et de vie, où le citoyen va utiliser des données issues d’Internet ou des objets connectés pour capter un certain nombre d’informations comportementales et environnementales, l’objectif est aujourd’hui de savoir comment analyser ces données et les mettre en relation pour apporter une valeur ajoutée au consommateur.

Du côté de l’industrie, Accenture développe par exemple son robot Baxter, qui apprend chaque jour un peu plus les informations de la chaîne industrielle. Les équipes étudient actuellement les différentes utilisations possibles de la technologie blockchain pour capter les informations de la chaîne logistique, qui simule pour l’instant le passage de colis.

L’utilisation des technologies de réalité augmentée et virtuelle permet, quant à elle, d’étendre l’univers des possibles. Grâce à ces technologies, les utilisateurs peuvent, par exemple, être formés à distance sur certains automates. Le casque de réalité virtuelle les télétransporte directement en situation et, par ce biais, ils pourront apprendre, manipuler, tester… à distance, comme s’ils se trouvaient dans un contexte bien réel. L’objectif de ce type de technologies est de pouvoir apprendre à travailler ensemble sans pour autant être dans la même pièce. On peut par exemple également imaginer demain pouvoir visiter le showroom d’Accenture en réalité virtuelle, de manière téléportée.

Les possibilités inhérentes à la réalité virtuelle et autres tendances citées précédemment sont nombreuses et transverses à tous les domaines d’activité aujourd’hui. Toutefois, nous sommes encore loin d’avoir imaginé tous les scénarios possibles à l’heure actuelle, tellement il y en a. Mais l’avenir nous le dira...


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants