Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Pas de mobilité des salariés dans les entreprises sans transformation du câblage

janvier 2019 par Thierry Besrest, Sales, Rosenberger OSI France

Le poste de travail digital n’a plus grand-chose à voir avec un poste de travail classique, par définition fixe, qu’il soit ou non dans un environnement ‘open space’. En effet, le poste de travail digital est avant tout flexible, et s’adapte et se déplace au gré des besoins. Dans le nouveau monde numérique, les employés ne sont plus attachés constamment à un poste de travail fixe, mais doivent être capables de transporter leur environnement de travail non seulement en mobilité à l’extérieur mais aussi en divers endroits dans les locaux de leur entreprise, par exemple dans une salle de réunion pour une session de ‘brainstorming’ en équipe, dans un espace de travail partagé ou encore dans un autre département dans le cadre d’un projet spécifique.

Cette transformation digitale est en marche dans les entreprises quelle que soit leur taille, dictée par la recherche d’une efficacité et d’une productivité accru. Elle a un impact direct sur les processus internes et sur les modes de fonctionnement des organisations, mais plus encore sur l’environnement de travail des employés. Le poste de travail est devenu lui aussi digital pour répondre à deux besoins primordiaux : agilité et flexibilité. Grâce aux nouvelles technologies numériques, à Internet, au cloud computing et aux réseaux mobiles, cela devient facilement possible.

La mutation vers le poste de travail digital ne peut se faire en un jour dans la plupart des entreprises, car elle nécessite des transformations physiques dans les locaux pour permettre aux employés de travailler à l’endroit de leur choix. Mais il ne suffit pas d’abattre des murs et de créer de nouveaux îlots de travail, l’infrastructure existante doit également suivre le mouvement, à commencer par le câblage. Car les employés doivent pouvoir disposer en toutes circonstances et où qu’ils se trouvent dans les locaux d’une prise réseau de type RJ45 ou d’un point d’accès WiFi pour se connecter au réseau d’entreprise, et d’un débit suffisant pour supporter leurs applications informatiques, toujours plus gourmandes en bande passante. Or dans la grande majorité des cas les infrastructures de câblage traditionnelles ne sont pas capables de répondre à ces besoins, car trop rigides et pas assez évolutives. En effet, l’installation de nouvelles prises réseau et la mise à jour du câblage pour supporter des débits de transmission plus élevés nécessite à chaque fois des travaux longs et coûteux.

Simple, compacte et eco responsable

Pour les entreprises, supporter la transition vers le poste de travail digital appelle donc à l’apparition d’une nouvelle génération d’infrastructures de câblage, qui respecte les mêmes principes cités plus haut : agilité et flexibilité. Pour être pleinement efficace et surtout supporter les besoins actuels et à venir, cette nouvelle génération doit combiner les trois caractéristiques suivantes : Elle doit être particulièrement simple à installer et à démonter, pour s’adapter à l’évolution des besoins du poste de travail digital. Le câblage notamment doit être ‘préconnectorisé’ aux deux extrémités pour faciliter l’installation et réduire le risque de pannes, et les différents composants doivent pouvoir s’assembler aisément et être réutilisables à volonté.

Elle doit occuper le moins d’espace possible, avec des équipements réseau actifs – les commutateurs – compacts et supportant des températures élevées sans ventilation. Cette caractéristique permet de les installer dans des espaces confinés, dans des faux plafonds par exemple, au plus près des utilisateurs, et supprime la nécessité de locaux techniques par étage.

Elle doit être éco responsable, en réduisant la consommation d’énergie et de ressources. Les commutateurs durcis, sans ventilation, ainsi que la suppression des locaux techniques, permettent de réduire de façon appréciable la consommation d’électricité. De même, la possibilité d’installer les équipements réseau actifs au plus près des utilisateurs permet de réduire la consommation de câble cuivre – une matière première dont les réserves s’épuisent – dans une proportion allant jusqu’à 60%.

Une fois ces caractéristiques respectées, le poste de travail digital pourra donner sa pleine mesure !




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants