Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

PME & PRA : Selon une étude Symantec, moins de 30% des PME françaises ont un plan de reprise d’activité après incident

mai 2012 par Symantec

Symantec annonce les résultats de son étude 2012 sur la préparation des PME à la reprise après incident, une étude mondiale réalisée auprès de 2053 PME, dont 200 en France. En s’intéressant aux causes et aux conséquences des incidents informatiques, et en analysant à la fois la préparation à ces incidents et le rôle joué par les tendances technologiques de fond que sont la virtualisation, le cloud et la mobilité, l’étude de Symantec met en évidence un manque de préparation des PME françaises et mondiales.

« Les PME sauvegardent une quantité croissante de données et se tournent, en France comme dans les autres pays, vers la virtualisation des serveurs. Il est cependant nécessaire de planifier et tester ces éléments, pour s’assurer d’une reprise parfaite le jour où l’incident se produit » explique Hervé Lequippe, Directeur Technique EMEA chez Symantec.

« La bonne nouvelle de cette étude, c’est que les problématiques de PRA suscitent de l’intérêt parmi les PME françaises. Néanmoins, il reste du chemin à faire dans l’éducation sur les bénéfices de telles mesures, les points à considérer et les conséquences de ces incidents » ajoute Christelle Laroche, Directrice de la division PME chez Symantec en France.

PRA, conséquence des incidents et confiance : une attitude paradoxale

Un PRA ? Quel PRA ? La question semble se poser puisque seulement 27% des PME interrogées en ont un. Si 13% d’entre elles en ont en cours de création et 23% en discutent sérieusement, 37% des PME n’en ont pas et n’ont pas l’intention d’en créer un. Les raison invoquées par ces dernières sont à quasi-égalité le fait que ce ne soit pas une priorité (47%) et que l’idée ne leur est jamais venue (45%), le manque de ressources ou les coûts envisagées figurant parmi les autres motifs cités.

Ce chiffre est également à rapprocher des coûts consécutifs aux coupures informatiques, notamment dues à des pannes électriques, qui apparaissent comme la cause première de désastres en France : les pertes de productivité arrivent en tête (49%), les coûts pour récupérer de leurs conséquences en second, suivis des pertes de données à 32%.

Le faible taux d’adoption de PRA n’empêche cependant pas la confiance dans leur capacité à restaurer les données depuis les sauvegardes réalisées : 45% des personnes interrogées sont plutôt confiantes et 16% extrêmement confiantes. Cependant, les PME interrogées s’estiment à 43% plutôt bien, voire très bien préparées à la reprise après incident.

Données sauvegardées … ou pas – les terminaux mobiles à mauvaise enseigne Les PME françaises sauvegardent en moyenne 70% de leurs données, ce qui est légèrement plus que leurs congénères au niveau mondial (66%). Si les sauvegardes annuelles et trimestrielles semblent évidentes et largement réalisées, le backup hebdomadaire semble plus critique. Seulement 64% des données sur serveur de stockage primaire, 55% des disques des ordinateurs de bureau, 39% des disques d’ordinateurs portables et 21% des contenus des tablettes et smartphones sont sauvegardées chaque semaine. A noter : les données sur terminaux mobiles obtiennent constamment les taux les plus bas de sauvegardes.

D’une façon générale, 10% des données sur serveur de stockage primaire et …53% des données sur terminaux mobiles ne sont jamais sauvegardées.

Virtualisation, cloud, mobilité : quel impact sur la préparation aux incidents Parmi les trois grandes tendances technologiques sont le cloud, la mobilité et la virtualisation, c’est cette dernière qui semble intéresser le plus les PME françaises qui se sont le plus préparées à des incidents : 35% d’entre elles ont ou sont en cours d’implémentation de serveurs virtualisés, et 28% en discutent. Ce choix technologique est considéré comme ayant augmenté le niveau de préparation aux sinistres pour 43% des entreprises interrogées.

Seulement 33% de celles-ci sont engagées dans un projet de cloud privé, un chiffre encore supérieur aux 26% d’entre elles qui ont développé une approche de cloud public, des chiffres cependant similaires aux chiffres mondiaux.

Quant à la mobilité, pour 25% des PME interrogées estiment que les collaborateurs n’accèdent jamais à leur données critiques via un smartphone ou une tablette, et 11% pensent que cela est le cas de façon quotidienne. Pour 24% d’entre elles, la mobilité a augmenté leur niveau de préparation aux sinistres.

Recommandations

L’enquête montre l’importance d’adopter des solutions innovantes pour mieux répondre aux enjeux de la sécurité. Pour que les entreprises tirent le meilleur parti de cette opportunité d’améliorer leur niveau de préparation en cas d’incident Symantec recommande les mesures suivantes :
- Élaborez un plan dès maintenant : développez un plan de préparation à la reprise après incident dès aujourd’hui, puis évaluez dans quelle mesure des technologies stratégiques telles que les appareils mobiles, la virtualisation et le cloud peuvent vous aider.
- Déployez des technologies stratégiques : adoptez une solution de sauvegarde hébergée intégrée pour le stockage hors site et la reprise après incident, et une technologie de conversion P2V (physique vers virtuel) pour pouvoir restaurer votre système physique vers une machine virtuelle en cas de panne d’un serveur.
- Protégez vos informations : utilisez des solutions de sécurité et de sauvegarde complètes pour protéger vos systèmes physiques, virtuels et mobiles. Il peut même être judicieux d’opter pour une solution de sauvegarde vers un cloud.
- Vérifiez et testez votre niveau de préparation à la reprise après incident : cette opération doit être réalisée au moins une fois par trimestre.

Étude 2012 de Symantec sur la préparation des PME à la reprise après incident La société d’études de marché ReRez a réalisé cette enquête par téléphone en février et mars 2012 auprès de décideurs de 2053 entreprises, qui emploient entre 5 et 250 personnes, dans 30 pays, dont la France. Parmi les personnes interrogées, deux tiers étaient des dirigeants ; les autres étaient des représentants de départements informatiques.


Ressources

- Rapport : étude 2012 sur la préparation des PME à la reprise après incident
- SlideShare : étude 2012 sur la préparation des PME à la reprise après incident
- Infographie (résultats mondiaux) : étude 2012 sur la préparation des PME à la reprise après incident




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants