Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

OutbreakShield de G DATA détecte 95% des spams et autres programmes malveillants

février 2008 par Emmanuelle Lamandé

G DATA, éditeur allemand de logiciels pour la sécurité informatique, propose une protection immédiate contre les menaces. Intégrée dans les solutions professionnelles et grand public G DATA, la technologie OutbreakShield bloque en 90 secondes en moyenne les spams et autres programmes malveillants.

Lors de l’apparition d’une épidémie virale, l’analyse d’un nouveau virus et la création d’une signature requièrent un temps de réaction (de 16 minutes pour G DATA à plusieurs heures pour d’autres éditeurs). Cette brèche constitue un véritable danger pour les particuliers et les entreprises. Avec sa technologie OutbreakShield, G DATA apporte une réponse et propose une protection contre ces menaces !

OutbreakShield offre une protection contre les nouvelles menaces contenues dans le courrier électronique sans surcharger les systèmes. Concrètement, la technologie OutbreakShield se base sur la détection de modèles de diffusion suspects et attribue aux mails un coefficient de risque. La technologie OutbreakShield fonctionne indépendamment des signatures virales et du contenu des messages électroniques.

Les spams et autres programmes malveillants sont ainsi bloqués en 90 secondes en moyenne. OutbreakShield affiche un taux de détection de 95%, y compris pour les virus inconnus, une performance supérieure à celle enregistrée par les procédés proactifs. Le taux d’erreur est de 0,004 %. Basée sur les propriétés des envois massifs de messages électroniques, cette technologie est difficile à contourner pour les pirates et les spammeurs. De plus, elle ne sollicite que très peu les ressources système. OutbreakShield requiert seulement 2,5 Mo de mémoire et d’espace disque et se contente d’une faible puissance de calcul.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants