Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Nurfedin Zejnulahi, Trend Micro : les entreprises doivent détecter les menaces pour y réagir rapidement

octobre 2019 par Marc Jacob

Pour sa nouvelle participation aux Assises de la Sécurité, Trend Micro présentera sa solution XGen, qui combine Machine Learning, analyse comportementale et détection déterministe, pour une protection maximale contre les attaques actuelles et futures. De plus, cet éditeur mettra en avant ces trois grandes offres intégrées à sa stratégie Connected Threat Defense, qui vise à gérer et centraliser les différents moyens de prévention, de détection, d’analyse et de réponse aux nouvelles menaces, pour une sécurité en profondeur. Nurfedin Zejnulahi, Directeur Technique France de Trend Micro considère que les entreprises doivent détecter les menaces autant que possible et y réagir rapidement.

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Nurfedin Zejnulahi : Nous profiterons des Assises de la Sécurité pour rappeler les atouts de notre technologie XGen, qui combine Machine Learning, analyse comportementale et détection déterministe, pour une protection maximale contre les attaques actuelles et futures.

Nous présenterons également les avantages de nos trois grandes offres intégrées à notre stratégie Connected Threat Defense, qui vise à gérer et centraliser les différents moyens de prévention, de détection, d’analyse et de réponse aux nouvelles menaces, pour une sécurité en profondeur :
- Hybrid Cloud Security, pour sécuriser les systèmes et applications déployés sur des serveurs physiques, virtuels et Cloud
- Network Defense, pour se protéger contre les cyber-menaces évoluées via une plateforme détectant, analysant et neutralisant les attaques ciblées et les menaces furtives
- User Protection, pour protéger en tout lieu les activités, applications et dispositifs des utilisateurs (PC fixes, portables et équipements mobiles)

Nous reviendrons en outre sur l’accès exclusif aux informations de vulnérabilité de la Zero Day Initiative (ZDI) dont nos clients bénéficient. Avec 1 009 vulnérabilités détectées dans le monde en 2017, il s’agit aujourd’hui du plus important programme indépendant de publication des vulnérabilités Zero-Day, auprès des éditeurs de logiciels affectés.

GS Mag : Quel sera le thème de votre conférence cette année ?

Nurfedin Zejnulahi : Nous organiserons cette année notre conférence autour du témoignage client de Monsieur Porosin, IT Senior Security Operator chez Curium Pharma.

Son intervention portera sur le thème suivant : « Médecine nucléaire : à l’avant-garde de la sécurité ou comment repenser sa stratégie de sécurité suite à une fusion ».

Il s’exprimera sur la mise en place d’un bouclier de défense à 360 degrés pour faire face aux évolutions et à la complexité des menaces en environnement sensible. Il reviendra notamment sur la stratégie de sécurité novatrice du Groupe Curium et comment Trend Micro lui a permis de la mettre en œuvre, du poste de travail à l’environnement industriel en passant par les data centers.

GS Mag : Quelles sont les principales menaces que vous avez pu identifier en 2019 ?

Nurfedin Zejnulahi : Comme chaque année, et 2019 ne déroge pas cette habitude, Tend Micro a constaté une augmentation des menaces. Sur le premier semestre 2019, nous avons mesuré une augmentation globale des menaces de plus de 97%, comparé au semestre précédent. Le phishing, et plus particulièrement le « Credential phishing », est toujours à la hausse. Cette forme de cyber-attaque, qui implique le vol des identifiants de compte de messagerie via des pages de connexion fictives ou compromises, peut exposer les organisations à un large éventail d’infractions telles que la fraude, l’espionnage et le vol d’informations.
Au cours du premier semestre de 2019 seulement, notre solution Cloud App Security a détecté et bloqué 2,4 millions d’attaques de ce type, soit une augmentation de 59% par rapport à 1,5 million au second semestre 2018.

GS Mag : Quid des besoins des entreprises ?

Nurfedin Zejnulahi : Avec le paysage des menaces en constante évolution, il ne suffit pas d’une sécurité avancée pour protéger utilisateurs et infrastructure. Il est également nécessaire de mettre en place des solutions et des processus permettant de réagir rapidement aux menaces qui risquent de porter atteinte aux défenses des entreprises.
En dépit de plusieurs couches de protection avancée, la prévention à 100% n’existant pas, il suffit d’une seule menace pour qu’un organisation soit à 100% à risque.
Pour éviter des dommages graves et généralisés, l’objectif doit être : détecter les menaces autant que possible et y réagir rapidement. De nombreuses entreprises utilisent aujourd’hui plusieurs couches de sécurité distinctes pour détecter les menaces sur leurs Endpoints, leurs serveurs, leur réseau, leur messagerie et leur infrastructure dans le Cloud, entrainant inévitablement une surcharge d’informations sur les menaces avec peu de moyens de les corréler et de les hiérarchiser.
L’investigation des menaces à travers toutes ces solutions disparates constitue un processus d’analyse très fragmenté et manuel qui peut totalement passer à côté des menaces en raison du manque de visibilité et de corrélation. De nombreuses solutions de détection et de réponse ne traitent que les Endpoints (et par conséquent, ignorent les menaces qui pénètrent dans les e-mails des utilisateurs, le réseau et les serveurs), ce qui se traduit par une vue très limitée de la violation et une réponse inadéquate.

GS Mag : De quelle manière votre stratégie est-elle amenée à évoluer pour adresser ces enjeux ?

Nurfedin Zejnulahi : Pour avoir une image fidèle des menaces qui pèsent sur l’ensemble d’une entreprise, il est important de disposer d’une intégration native aux fonctions de détection et de réponse sur la messagerie, les serveurs, le réseau, le Cloud, ainsi que sur les Endpoints.
La détection et la réaction constituent une exigence de sécurité vitale pour toutes les organisations, mais la réalité est que la plupart de ces dernières sont limitées en ressources et en compétences. La détection et la réponse modernes exigent actuellement beaucoup de temps et des ressources spécialisées dédiées que la plupart des organisations n’ont pas.
Trend Micro étend la détection et la réponse au-delà du Endpoint pour offrir une visibilité plus large et des analyses de sécurité expertes, générant davantage de détections et une réponse plus rapide. Nous couvrons en particulier les environnements serveurs (physiques, virtuels, Cloud, containers), les applications Cloud, les réseaux et gateways, les systèmes industriels et évoluons vers le monde applicatif avec une nouvelle offre : Deep Security App Protect.
Cette solution RASP (Runtime Application Self-Protection) protège les applications Web et les environnements “serverless”, étendant ainsi la couverture globale de notre offre.
Enfin, notre vision XDR vise à intégrer l’ensemble de nos solutions dans un socle technologique global et unifié afin de fournir une visibilité et une capacité de réaction aujourd’hui inégalées sur l’ensemble du système d’information des entreprises. Avec Trend Micro, les clients peuvent aujourd’hui réagir plus efficacement aux menaces, en minimisant la gravité et l’étendue d’une violation.

GS Mag : La sécurité et la privacy « by design » sont devenues incontournables aujourd’hui. De quelle manière intégrez-vous ces principes au sein de votre entreprise et de votre offre ?

Nurfedin Zejnulahi : L’intégration de la sécurité et de la « privacy » by design est rendue possible pour nos clients via l’intégration automatique de fonctions de sécurité à tous les stades de développement de leur infrastructure et de leurs applications, sous quelque forme que ce soit.
Du déploiement de machines virtuelles, d’instance Cloud ou de containers intégrant de facto un agent de sécurité complet, à la « self-protection » des applications web en passant par l’intégration dans le cycle DevOps et la sécurisation d’applications Cloud tierces telles qu’Office 365, Trend Micro offre une gamme complète de solutions permettant la mise en place de composants et d’infrastructures « secure by design ».
Concernant l’entreprise, Trend Micro est un éditeur dédié à la sécurité depuis plus de 30 ans. Par conséquent, elle a toujours évolué avec les contraintes de la cyber-sécurité, et en accord avec les attentes de ses clients. L’application des bonnes pratiques de sécurité dans le processus de design et de développement de nos solutions est systématique. Ainsi, les nouvelles solutions Cloud reposent sur des tenants dédiés à chaque client, les informations traitées par notre Global Threat Intelligence ne sont que des méta-données, et aucune donnée personnelle (email, fichier) n’est stocké dans les infrastructures de Trend Micro.
La formation continue de l’ensemble de nos collaborateurs est obligatoire et adaptée en fonction des profils. A titre d’exemple, un concours de hacking annuel est organisé afin de sensibiliser à la sécurité applicative. Il est ouvert à tous les employés de Trend Micro, et un score minimum doit être atteint par les personnes en charge du développement. Enfin, Trend Micro s’adapte aux réglementations régionales (GDPR en Europe par exemple) en déployant ou en s’appuyant sur des infrastructures locales.

GS Mag : Quels sont vos conseils en la matière, et plus globalement pour limiter les risques ?

Nurfedin Zejnulahi : Le principe du « by design » implique de considérer l’ensemble du cycle de vie d’une solution et son impact global sur son environnement.
Appliqué à la sécurité, ce principe tend d’une part vers l’homogénéisation des solutions déployées dans les infrastructures, et d’autre part vers une intégration complète aussi bien dans les composants technologiques que dans les processus de développement et de déploiement. L’homogénéité garantit une intercommunication optimale entre les différentes fonctions de sécurité, offrant des capacités de supervision, de détection, corrélation et de réaction accrues ; ainsi qu’une centralisation des accès à la formation, au support et à l’expertise, éléments essentiels dans le cycle de vie. L’intégration quant à elle réduit l’impact sur l’environnement technique et organisationnel. Par conséquent elle améliore l’adoption de la sécurité à tous les niveaux sans affecter les aspects opérationnels.

GS Mag : Enfin, quel message souhaitez-vous faire passer aux RSSI ?

Nurfedin Zejnulahi : Etant acquis que la sécurité à 100% n’existe pas, les deux principales questions qui se posent aujourd’hui sont :
• Quelle est ma réelle couverture du risque ?
• Quels sont mes capacités de réactions ?

Le « by design » appliqué selon les règles de l’art fournit les éléments de réponse.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants