Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Nicolas Fontes, Iliad Datacenter : Nous rendons les agrégateurs de Cloud agiles !

octobre 2012 par Marc Jacob

Lors du salon Cloud IT, Iliad Datacenter présentait à la fois ses Data Centers, en particulierDC3 le dernier né, et son offre de services dédié principalement aux agrégateurs de Cloud. Nicolas Fontes, Directeur Commercial, Iliad Datacenter considère que son offre permet aujourd’hui de rendre ses clients agiles grâce à ses services flexibles.

GS Mag : Qu’avez présenté sur le salon Cloud IT ?

Nicolas Fontes : Nous avons présenté nos Data Centers (DC), notamment Campus DC3, et nos offres de services autour des Data Centers. En fait, nous avons conçu un modèle pour les agrégateurs de Cloud. En effet, nous mettons à disposition de grandes salles informatiques de 250 m² ce qui représente environ 132 baies. Nous livrons bien sûr toute la puissance électrique associée.

GS Mag : Quels sont les principaux atouts de votre offre ?

Nicolas Fontes : L’intérêt de cette solution pour le Cloud est qu’elle est livrée clé en main : les baies, la distribution électrique, et tous les accessoires, (bandeaux d’alimentation et autres petits accessoires…) sont intégrés. Nous mettons à disposition pour nos clients un véritable data center. Cette offre intéresse les IaaS, le Paas ou les éditeurs qui ont des offres de SaaS.

Ainsi, la façon dont ce Data Centers est conçu, permet de le faire évoluer jusqu’à 6 modules contigus. Nous avons fait de gros efforts en matière d’éco-efficacité ; l’utilisation des ressources est rationnelle. En effet, dans un DC, il y a 5 sources de pertes : les transformateurs, les onduleurs, la climatisation (production de froids et les armoires à eau glacée) et l’urbanisation. Nous nous sommes attaqués à chaque poste pour réduire les pertes. Par exemple, nos transformateurs, sont à l’extérieur (comme le fait EDF) alors qu’habituellement, ils sont à l’intérieur. Ces transformateurs produisent de la chaleur qu’il faut habituellement refroidir et évacuer. En les mettant à l’extérieur nos évitons ces coûts inutiles. Pour la climatisation, notre département R&D a développé une carte électronique qui permet d’asservir la production de froid des salles clients en fonction de leur consommation réelle d’électricité. Traditionnellement, les armoires à eau glacée fonctionnent avec des températures de reprises (température mesurée dans la salle). Ainsi, nous gagnons du temps sur la production de froid : nous allons refroidir plus vite et mieux. A l’échelle d’une salle de 1.600 m² les gains économiques ou techniques sont importants. L’intérêt pour nos clients est essentiellement économique. L’utilisation de cette technologie, nous permet de produire des bâtiments avec un très haut niveau de résilience et des coûts d’exploitation moindre. Ainsi, une salle de 250 m² est au même prix que ce qui est servi par nos confrères pour 1.000 m² : les coûts, de ce fait, sont divisés par 4. Nous avons aussi installé des compteurs MID sur tous les disjoncteurs et sur tous les points électriques de livraisons afin de facturer le KwH au réel. Ces compteurs sont vérifiés une fois par an par les poids et mesures (équivalent des Mines).

GS Mag : Quels sont impression de cette édition du salon Cloud IT ?

Nicolas Fontes : Nous sommes venus chercher des agrégateurs de services Cloud et nous pensions rencontrer plus de sociétés françaises voire européennes. Nous sommes un petit peu déçu sur ce point, même si par ailleurs, nous avons obtenu quelques bons contacts. Nous voulons trouver des acteurs dynamiques qui ne vont pas laisser les acteurs américains préempter le Cloud. Nous avons rencontré des personnes qui ont des idées et nous pensons qu’il y a un éco-système à monter.

GS Mag : Quel est votre message à nos lecteurs ?

Nicolas Fontes : La télé-connectée (des télés dans lesquelles il y a un OS comme dans les Smartphones) va bientôt arriver et les acteurs majeurs des Smartphones se sont déjà impliqués. Malheureusement, nous sentons que l’industrie française et européenne est en retrait sur ces enjeux. C’est pourtant maintenant qu’il faut anticiper et se positionner. Nous avons des solutions pour les héberger en leur fournissant toute l’infrastructure nécessaire. En effet, nos infrastructures peuvent leur offrir une rapidité de mise en œuvre avec des solutions techniques non propriétaires et un modèle économique en fonction de leur consommation.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants