Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Natalya Kaspersky, InfoWatch : l’éducation du marché reste à faire pour prévenir la fuite d’informations

novembre 2008 par Emmanuelle Lamandé

Présente pour la première fois sur Infosecurity Paris, la société InfoWatch expose sa vision du marché du DLP (Data Leakage Prevention) et annonce sa prochaine arrivée en France. Cette filiale de Kaspersky Lab est spécialisée dans les solutions de prévention contre les fuites de données. Natalya Kaspersky, co-fondatrice des laboratoires Kaspersky, a pris la direction de la filiale en octobre 2007 au poste de directrice générale, tout en conservant son siège à la présidence du conseil d’administration de Kaspersky Lab.

Global Security Mag : Pouvez-vous nous présenter InfoWatch ?

Natalya Kaspersky : Créée en 2003, InfoWatch est une spin-off des laboratoires Kaspersky. Nous sommes spécialisés dans le développement de technologies dédiées à la prévention des fuites d’informations confidentielles (DLP). Nous accompagnons nos clients en minimisant les risques de perte de données clients ou la perte d’information confidentielle. Nous faisons également en sorte que leurs systèmes d’information soient conformes à la législation locale. Aujourd’hui InfoWatch dispose d’un réseau de 40 partenaires présents dans 5 pays.

GS Mag : Comment fonctionnent vos solutions ?

Natalya Kaspersky : Nos solutions permettent de contrôler toutes les opérations de traitement de l’information confidentielle sur l’ensemble du réseau et de prévenir les opérations non-conformes à la politique de sécurité appliquée. InfoWatch garantit notamment le contrôle du trafic des messageries et du Web, ainsi que le monitoring au niveau des fichiers (édition, changement de nom, suppression, impression et copie de documents sur les supports de stockage externes). Parallèlement aux systèmes de protection traditionnels (pare-feu, filtre anti-spam, autorisation, cryptographie, etc.), InfoWatch permet de construire une structure de sécurité globale grâce à la protection assurée de « l’arrière » contre les menaces internes.

La gamme InfoWatch repose actuellement sur deux solutions :
- Traffic Monitor Enterprise, qui permet notamment l’identification et la prévention des fuites d’informations confidentielles à travers les ressources des courriers électroniques, Internet (y compris E-mail, forums, tchats) et les ports de communication des stations de travail.
- CryptoStorage Enterprise, une solution qui garantit une protection centralisée d’informations confidentielles, grâce aux méthodes cryptographiques appliquées pour leurs stockages et traitements.

GS Mag : A quels segments de clientèle s’adressent vos solutions ?

Natalya Kaspersky : Notre offre s’adresse aux grands comptes. Aujourd’hui, nous comptons une cinquantaine de clients qui sont des professionnels du monde financier, du gouvernement Russe, de l’industrie et des télécoms.

GS Mag : Comment vous est venue l’idée de créer il y a 7 ans une société dans ce domaine ?

Natalya Kaspersky : Nous avons commencé à réfléchir au sujet en 2001 chez Kaspersky Lab. L’idée est venue d’une réflexion technique sur le marché de l’époque. Si nous étions capable de filtrer les informations entrantes avec l’anti-spam, pourquoi ne pas faire la même chose sur le flux sortant.

GS Mag : Quel est l’état actuel du marché du DLP dans le monde ?

Natalya Kaspersky : Selon IDC, le marché des systèmes DLP a presque augmenté de 50% en 2008. Ce chiffre devrait doubler pour l’année prochaine. D’après les recherches de notre laboratoire analytique, durant les 9 premiers mois de l’année 2008, 249 cas d’utilisation non-autorisée d’informations confidentielles ont été observés. Cette année, le problème de la fuite des données a lésé plus de 100 millions de personne dans le monde. La crise financière ne fait qu’aggraver le problème car, en temps de crise, la valeur de l’information croît. De plus, la compétition ne fait que s’accroître. Autant de raisons pour envisager une solution de DLP. L’éducation du marché reste encore à faire. Vous avez besoin d’une solution de DLP.

Global Security Mag : Votre société est présente pour la première fois à Infosecurity Paris, envisagez-vous de vous implanter en France ?

Natalya Kaspersky : Nous avons pour projet d’ouvrir un bureau en France. Notre présence sur Infosecurity nous permet d’établir un contact avec d’éventuels partenaires. Il n’y a pas grand monde sur le salon mais les gens s’intéressent à nos solutions.

GS Mag : Quelles seront les prochaines étapes de développement d’InfoWatch ?

Natalya Kaspersky : L’objectif sera de développer une version de nos produits dédiée aux PME, mais aussi d’accroître notre réseau de distribution. A terme, il y aura de plus en plus de technologies comprises dans nos produits. Ce fut la même chose avec les anti-virus, qui ne comptait à l’époque qu’une seule technologie de détection. Aujourd’hui, on peut en dénombrer 13. Ce sera la même chose sur le marché du DLP.

GS Mag : Quels sont aujourd’hui les liens qui existent entre InfoWatch et Kaspersky Lab ?

Natalya Kaspersky : InfoWatch est une spin-off de Kaspersky Lab. Les deux sociétés sont bien distinctes l’une de l’autre. Cependant, à terme, une solution globale intégrant nos offres respectives est envisageable. Nous adressons pour le moment les grands comptes. Une offre de ce type pourrait nous aider à mettre un pied sur le marché des PME. Les petites organisations n’ont pas le personnel adéquat pour gérer ces différentes problématiques de sécurité, d’où l’intérêt de leur fournir une offre intégrée.


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants