Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Mikko Hypponen, F-Secure : Les bouleversements sécuritaires de 2013 et leurs influences sur 2014, Internet post-Snowden : 2014 et après

janvier 2014 par F-Secure

Nous sommes à un tournant où Internet est en pleine évolution. Jusqu’à très récemment, le Web était en quelque sorte une utopie sans frontières, sans dimension géograhique et donc sans pays. Les gens ne se souciaient pas de certaines choses, comme l’endroit où leurs données étaient stockées. Le Web était vraiment quelque chose de mondial..

Avec ces dispositifs d’espionnage massifs, cette utopie est désormais perdue. Les gens commencent à se poser des questions ; ils cherchent par exemple à savoir où leurs données sont stockées, en vertu des lois de quel pays, ou encore de quel pays vient le logiciel qu’ils utilisent. La dimension mondiale d’Internet n’est plus : on y voit progressivement se dessiner des frontières nationales. Il est clair qu’en 2014 et au-delà, cette ségrégation d’Internet va se poursuivre.

Les révélations de Snowden

Ce qu’a fait Snowden en levant le voile sur le matériel de la NSA était une bonne chose. Au-delà de ses motivations, il nous a fait une faveur en révélant les détails de ces agences de renseignement. Parce qu’elles sont hors de contrôle. Le fait qu’elles sapent les algorithmes d’encodage nous rend encore plus vulnérable.

Le rôle des entreprises comme Google et Facebook

Nous ne pensons pas que des entreprises comme Google et Facebook coopèrent nécessairement avec des programmes comme PRISM. Nous pensons que la plupart de ces entreprises en sont souvent elles-mêmes des victimes. Et si c’est le cas, elles sont littéralement trompées par leur propre gouvernement.

Le vrai but de la NSA : un complot sinistre ou la protection de l’Amérique ?

Les personnes travaillant au sein de la NSA ne sont pas nécessairement des personnes diaboliques tramant un complot sinistre. Ils ne font que leur métier : recueillir des renseignements. Ils remplissent leur mission donc, mais semblent être prêts à faire tout et n’importe quoi pour y arriver. Ils se sont perdus sur le chemin, ont perdu de vue leurs objectifs initiaux et sont devenus trop puissants : ils sont à présent hors de contrôle. Ce n’est pas seulement une question de terrorisme ; sinon, pourquoi le téléphone d’Angela Merkel serait-il sous écoute ?

Suite aux révélations, comment aborder l’utilisation d’Internet ?

Tout d’abord, les gens ne devraient pas être inquiets ; au contraire, ils devraient être outrés. Lutter avec des mesures techniques est difficile. Si un changement doit se produire, cela passera par un changement politique et la pression internationale.

Mais en terme de moyens techniques, la solution serait d’utiliser le cryptage de partout, des mots de passe complexes et utiliser des services de cloud computing dont le pays hôte du fournisseur n’effectue pas la surveillance généralisée. En fait, il s’agit d’utiliser les mêmes bonnes pratiques suivies pour se protéger contre la cybercriminalité informatique et les logiciels malveillants.

Bitcoin en 2014

2014 sera l’année où les monnaies cryptées, comme Bitcoin, seront désormais de notoriété publique et ne seront donc plus réservées aux geeks. C’est le début de la démocratisation des devises cryptées et virtuelles. Celle qui deviendra la référence ne sera pas forcément Bitcoin, mais peut-être un clone ou une progéniture de celui-ci. Bien sûr, tout comme l’argent réel, Bitcoin peut être utilisé pour le bien… et pour le mal. Et nous voyons déjà une utilisation malveillante de la part des cybercriminels.

Le Deep Web : la face cachée d’Internet

Lorsque le Web est apparu, les grandes puissances ne percevaient pas l’importance d’Internet. Désormais, les grandes puissances tentent de le contrôler autant que possible, ce qui signifie qu’Internet est en train de changer. Nous luttons actuellement pour son avenir.

Les gens qui veulent toujours être libre sur le Web se tournent vers le Deep Web qui sera mis sous contrôle également sous peu. Et si le Deep Web est le théâtre d’actions malveillantes, cela ne signifie pas qu’il est mauvais en soi. La majorité des internautes pensent que c’est le cas, mais c’est ainsi qu’ils voyaient le web traditionnel il n’y a pas si longtemps encore !


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants