Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Méconnaissance et confusion freinent l’adoption du cloud computing, selon COLT

novembre 2009 par COLT

COLT publie une étude selon laquelle le taux d’adoption du cloud computing est directement lié au niveau de connaissance des services cloud proposés. Plus le cloud computing sera compris par les DSI, plus l’adoption de services de cloud computing par les entreprises sera forte. En effet, l’étude indique que 77% des DSI qui connaissent le cloud computing sont en train d’évaluer ou de déployer des services cloud, ou l’ont déjà fait.

L’étude COLT, qui s’appuie sur une enquête réalisée auprès de 352 DSI et de décideurs informatiques dans 13 pays d’Europe par le cabinet d’analystes Portio Research, fait apparaître un faible niveau de connaissance en matière de « cloud computing ». 56% des responsables interrogés déclarent en effet ne pas connaître ce nouveau concept. Ce dernier est le plus méconnu au sein du secteur public, où seuls 37% des décideurs informatiques déclarent qu’il leur est familier.

Maggy McClelland, Directrice Générale de la division COLT Managed Services du Groupe COLT, commente : « Cette étude montre clairement que, pour de nombreux décideurs informatiques, le cloud computing fait partie intégrante de leurs stratégie. Il est cependant préoccupant de constater que 56% des personnes interrogées indiquent méconnaître le cloud computing. Ce dernier est sans doute victime du battage médiatique dont il fait l’objet, altérant les véritables avantages qu’il apporte aux entreprises. Il incombe donc aux experts et consultants compétents d’informer les DSI et les décideurs informatiques des avantages potentiels du cloud computing. Les services de cloud computing sont appelés à une croissance exponentielle, uniquement si les décideurs informatiques ont une connaissance et une compréhension limpide de celui-ci ».

COLT, qui a adopté et promeut la définition NIST (National Institute of Standards & Technology) du cloud computing, pense que l’élaboration de standards est essentielle pour informer les DSI sur le cloud computing. Maggy McClelland ajoute : « Le cloud computing est certainement appelé à se développer mais, pour que ce secteur établisse et conserve sa crédibilité, nous devons travailler de concert à la mise au point de normes. La définition de standards et d’un consensus autour de « meilleures pratiques » contribueront à crédibiliser ce marché. Cette démarche permettra aux prestataires de services d’élaborer des messages simples et transparents, reposant non pas sur un certain jargon technique qui peut prédominer actuellement mais sur les avantages de ces services… Cette démarche est vitale pour que le cloud computing gagne en maturité ».


Méthodologie

Portio Research a interrogé des entreprises ayant aussi bien évalué et adopté le cloud computing, ou l’ayant évalué sans néanmoins la retenir. L’étude réalisée auprès de DSI et de décideurs IT a permis de recueillir des avis sur les divers aspects du cloud computing. Elle a été réalisée en août et septembre 2009, dans 13 pays en Europe.

Les résultats de cette étude se fondent sur des enquêtes réalisées via Internet ou par téléphone, auprès de 352 personnes ayant déclaré participer aux décisions d’achats des technologies dans leur entreprise.

L’échantillon se compose à 65,3% de professionnels de niveau un – DSI, directeurs techniques, vice-présidents ou hauts responsables informatiques rendant compte directement au directeur général ou au propriétaire de la société. Les 34,7% restants regroupent des professionnels de niveau deux ou trois, rattachés à la direction informatique ou faisant partie de l’équipe informatique.

Cette enquête a ainsi été menée auprès des secteurs suivants : secteur tertiaire (51%), secteur financier (27%), médias (10%) et secteur public (12%). D’un point de vue géographique, cinq grandes zones ont été retenues :
- Europe de l’Ouest (32%) : France, Allemagne, Belgique, Pays-Bas
- Europe du Sud (32%) : Espagne, Portugal, Italie
- Royaume-Uni et Irlande (20%)
- Europe du Nord (8%) – Suède, Danemark
- Europe centrale (8%) – Autriche, Suisse




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants