Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Les cybercriminels cherchent à tirer profit de la nomination de Christine Lagarde au FMI

juillet 2011 par Symantec

Le cyber escroc déclare être Christine Lagarde et dit vouloir relâcher toutes les « marchandises interceptées » à l’occasion de sa nomination.

Le piège dans cette annonce (ce qui est appelé « règles et obligations » dans le mail) : pour récupérer une de ces mystérieuses marchandises, une cotisation de 45 dollars est à payer au FMI du Benin. Bien sûr, ces 45 dollars ne seront que la première vague de nombreux autres versements que demandera le cyber-escroc.

Ce message a été envoyé d’un serveur de messagerie très utilisé provenant d’une adresse IP au Benin. Le logo du FMI utilisé dans ce message a été déformé, et comme pour la grande majorité des cyber-escrocs « 419 », le message semble très amateur.

Comme nous l’avons vu dans le passé, les cyber-escrocs « 419 » demandent de l’aide pour effectuer un transfert d’argent ou pour récolter des « dons » ou « paiements ». Pour ce faire, ils demandent généralement à leurs victimes d’avancer une somme d’argent destinée à couvrir des frais de gestion imaginaires et leur promettent ensuite une partie de la somme transférée.

Les cyber-escrocs « 419 » rebondissent toujours très rapidement sur l’actualité et profitent des grandes actualités ou situations instables à travers le monde. Par exemple, suite à la démission en février 2011 de l’ancien président égyptien, Hosni Moubarak, les escrocs « 419 » se faisaient passer pour son avocat en sollicitant de l’aide pour récupérer 2,5 millions de dollars de fonds appartenant au président bloqués dans sur compte bancaire belge. Les escrocs ont assuré qu’ils paieraient pour l’aide apportée.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants