Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Les challenges des DSI : l’histoire se répète-elle à nouveau ?

juin 2017 par Frédéric Brousse, Directeur Général d’Informatica France

Les années 90 ont été marquées par les débuts de l’implémentation de logiciel ERP [1] pour les DSI et chefs d’entreprise. Ce logiciel a automatisé les fonctions clés de l’entreprise comme les finances, les ventes ou encore les ressources humaines. Il avait pour objectif d’homogénéiser le Système d’Information de l’entreprise et apporter une meilleure agilité, notamment via une gouvernance optimale des données. Les entreprises ont dépensé des milliers d’euros dans le développement interne de ces applications, qui se sont généralisées au fur et à mesure dans toutes les organisations.

Des inconvénients ont cependant vu le jour suite à cette explosion d’applications. Les DSI ont rencontré des difficultés à regrouper et assurer la compatibilité de l’ensemble des applications dans un seul et même endroit sans créer de « goulots d’étranglement » des systèmes informatiques. Les rapports d’échecs d’ERP se sont multipliés à travers le monde et ont fortement sensibilisé les DSI. Beaucoup de données ont ainsi été éparpillées sur des applications individuelles, ce qui a freiné l’accès aux données et leur usage à l’échelle de l’entreprise.

La consolidation du portefeuille d’applications a été la solution clé. Les DSI, les Directeurs Financiers et les PDG ont alors porté l’importance sur l’optimisation d’une application unique capable de couvrir l’ensemble des périmètres de gestion à l’échelle de l’entreprise plutôt qu’au niveau local.

Où en sont les DSI aujourd’hui ?

Suite à cette période charnière d’adoption de l’ERP en entreprise, les DSI rencontrent à nouveau la problématique de multiplication des applications sous une nouvelle forme, appelée « SaaS Sprawl [2] ».

Dans un souci de pouvoir s’adapter aux besoins de chaque chef d’entreprise, les DSI ont tendance à refaire la même erreur qu’il y a quelques années : déployer trop d’applications et investir dans de petits ajustements qui créent des améliorations locales, mais qui tuent toute notion d’agilité d’entreprise. Ainsi, 35% des décideurs IT français consacreraient leurs investissements en progiciels en 2017 [3]. Une fois de plus, les DSI perdent un temps précieux sur la façon de lier ces applications ensemble et de démêler les « spaghettis » de flux de données entre eux.

Le paysage commercial et technologique environnant a cependant considérablement changé. L’une des grandes différences aujourd’hui est le rôle changeant de la structure et de l’organisation de l’entreprise. Dans les années 90, l’objectif était d’amener l’ensemble du personnel à faire les choses de la même manière dans chaque bureau. Cette efficacité améliorée, cela a contribué à la réduction des coûts et l’amélioration de la gouvernance pour les fonctions de back office comme la finance, le service achat et les RH. Aujourd’hui, il s’agit de la transformation numérique - une véritable révolution pour l’organisation interne des entreprises - et cela exige que les systèmes informatiques soient plus souples et plus autonomes.

Le principal défi avec la prolifération des applicatifs en mode SaaS porte sur la consolidation des données qui sont réparties sur des dizaines d’applications cloud, complexifiant ainsi les processus de recherches, d’analyses et de déploiements des données.

Savez-vous exactement quelles applications cloud intègrent les données de votre client ? Les données de vos employés ? Vos données de la chaîne d’approvisionnement ?

Ce sont des enjeux de taille, mais qu’en est-il : comment les clients utilisent-ils vos produits ? Que disent-ils de vous ? Quel est le moyen le plus rentable de livrer votre service ?

De plus, il existe des quantités plus importantes de données en jeu aujourd’hui, non seulement dans votre organisation mais également en dehors de celle-ci. Toutes les interactions avec les réseaux sociaux, les objets connectés, les machines intelligentes et les sites web s’ajoutent à la montagne de données.

Au lieu de lancer et de modifier de nouvelles applications dans le cloud, les DSI peuvent se concentrer sur la saisie du contrôle de leurs données et sur le déblocage de leur potentiel pour transformer l’entreprise. Ce ne sera pas une tâche insignifiante à l’époque du cloud.

Les plates-formes et outils d’intégration de données cloud aident les DSI à lutter contre la multiplication des applicatifs en mode SaaS grâce à une meilleure transparence et homogénéisation des données dans l’ensemble des applications. Elles permettent aux entreprises de mobiliser et de générer systématiquement de la valeur ajoutée aux données dispersées à travers les environnements cloud et locaux. Il est ainsi possible de pouvoir accéder facilement et rapidement aux données provenant de ces applications afin d’en tirer des analyses et les utiliser à bon escient au profit de l’entreprise. Une masse critique des données peut encore résider dans les systèmes locaux, de sorte que l’intégration de ces deux mondes sera la clé pour exploiter pleinement les données à des fins concurrentielles et dans le cadre de la transformation numérique.


[1] Entreprise Ressource Planning

[2] Le mode SaaS (Software as a Service) est un concept assez récent qui permet aux entreprises de s’abonner à un logiciel à distance au lieu de l’acquérir et de devoir l’installer sur leur propre matériel informatique.

[3] Source : Etude Celge.fr : http://www.lemondeinformatique.fr/a...




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants