Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Les Maîtres Laitiers du Cotentin choisissent l’appliance de déduplication DXi de Quantum pour protéger leur environnement Veeam

octobre 2018 par Patrick LEBRETON

La coopérative laitière accélère ses sauvegardes et ses restaurations, tout en protégeant ses données contre les ransomwares avec la reprise après sinistre.

Quantum Corp. annonce que les Maîtres Laitiers du Cotentin (MLC), coopérative laitière française de premier plan, avait décidé de déployer des appliances de déduplication DXi® de Quantum avec le logiciel Veeam pour faire face à un foisonnement sans précédent de données et à l’explosion des cybermenaces. Lors des tests de validation fonctionnelle, les appliances DXi ont montré des résultats plus de 3 fois supérieurs à ceux de leur principal concurrent, de même qu’à ceux des fonctions de déduplication du logiciel de sauvegarde, pour les tâches de sauvegarde primaire. Les performances en environnement de production se sont révélées encore meilleures qu’en conditions de test.

Refonte de la stratégie de protection des données en réponse à un foisonnement sans précédent d’informations et à l’explosion des cybermenaces

Coopérative laitière de référence en France, MLC réunit 820 exploitations locales. Chaque année, elle collecte et transforme plus de 400 millions de litres de lait, et distribue ses produits à travers la France, le reste de l’Union européenne et la Chine. Acteur majeur du marché de l’ultra frais des marques distributeurs et de la consommation hors domicile, l’entreprise propose une gamme de produits très étendue, notamment avec sa nouvelle marque « Campagne de France » qui défend les filières françaises de production et de transformation. MLC s’appuie sur des services informatiques et une gestion des données efficaces pour assurer le suivi de ses stocks, superviser sa production et gérer ses opérations métiers complexes, dont la paie, les ressources humaines et les activités tertiaires de ses filiales de distribution.

Depuis 2010, l’entreprise virtualise près de 98 % de son parc de serveurs comptant plus de 120 machines - une stratégie qui n’a pas été sans incidence sur la sauvegarde et la protection des données. La plupart des sauvegardes étaient effectuées par le logiciel Veeam, qui écrivait directement les données sur disque. Seuls quelques serveurs physiques étaient protégés par l’application de sauvegarde déjà en place dans l’entreprise. Les volumes de données augmentaient cependant à un rythme annuel d’environ 25 %, ce qui fait que les systèmes avaient du mal à suivre. De plus, l’entreprise commençait à subir des attaques par ransomware. C’est pourquoi, malgré la protection assurée par les sauvegardes, MLC a décidé qu’il était temps de moderniser son système.

Tests de validation fonctionnelle et sélection de la meilleure appliance matérielle de déduplication

MLC souhaitait conserver le logiciel Veeam, qui avait prouvé son efficacité contre les attaques par ransomware. L’équipe a considéré que les appliances de déduplication constituaient la meilleure approche en matière de matériel de sauvegarde. Les tests ont révélé plusieurs avantages qui ont permis au système DXi de se démarquer de manière évidente, affichant des performances tout aussi élevées que son concurrent dans un format beaucoup plus compact. Les résultats des systèmes DXi en matière de déduplication offraient des avantages indiscutables, ne serait-ce qu’en termes de taille des unités et d’efficacité de la réplication. Concernant la déduplication, les unités DXi ont montré des résultats plus de 3 fois supérieurs à ceux de leur concurrent pour les tâches de sauvegarde primaire. Cet avantage a été multiplié pour la réplication, car le système DXi tire parti de sa déduplication globale. Pour la réplication des nouvelles données d’une sauvegarde de 224 Go entre deux appliances situées sur des sites distincts, le système concurrent a transmis 21,7 Go de données (ratio de réduction de 10:1), tandis que l’appliance virtuelle DXi a envoyé 1,4 Go de données seulement, soit un taux de déduplication de 159:1.

Des résultats en environnement de production encore meilleurs qu’en conditions de test

Suite aux tests, l’équipe a installé les unités DXi au sein de son environnement de production et a eu le plaisir de constater que les résultats en conditions réelles étaient encore meilleurs que ce à quoi elle s’attendait.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants