Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Le rapport Imperva Hacker Intelligence Initiative (HII) révèle le risque caché d’un malware grand public pour les entreprises

septembre 2015 par Imperva

Imperva, Inc., publie son dernier rapport Hacker Intelligence Initiative (HII) en date, intitulé « Phishing Trip to Brasil ». Ce nouveau rapport émanant de l’Application Defense Center (ADC) d’Imperva analyse en détail une cyberattaque ciblant les consommateurs au moyen d’un cheval de Troie bancaire et montre comment un malware grand public peut infecter une entreprise. Il prouve également qu’en dépit d’éventuelles défenses antimalware, les attaques qui visent des employés isolés peuvent facilement pénétrer dans le réseau de l’entreprise.

Pour réaliser cette étude, l’ADC a évalué 14 serveurs de commande et de contrôle (C&C) différents, totalisant plus de 10 000 enregistrements sur presque 5000 adresses IP distinctes. Les principaux résultats sont les suivants :
- La majorité des infections observées se sont produites pendant les « heures de bureau », preuve que les ordinateurs infectés étaient utilisés pour le travail.
- Au moins 17% des machines infectées étaient directement connectées au réseau de l’entreprise, ce qui montre la facilité avec laquelle les cyberattaques ciblant les consommateurs peuvent aussi bien menacer les entreprises.
- Le malware grand public utilisé fait appel à une technique d’ingénierie sociale pour contaminer la victime, qui reçoit un message d’apparence authentique contenant un lien vers un fichier zippé. Si le destinataire extrait le fichier et lance l’exécutable délibérément ou à son insu, sa machine est infectée. Le malware commence alors à espionner l’activité de l’utilisateur. Si ce dernier se connecte à un site professionnel, en l’occurrence une banque brésilienne, le malware intercepte les données de la session et les transmet à des cybercriminels.
- Ces individus sont experts dans l’art de pirater les identifiants, dont ils se servent ensuite pour perpétrer des fraudes ou lancer d’autres attaques.

« Notre étude souligne le chevauchement entre vie professionnelle et vie personnelle : lorsqu’un employé reçoit un message suspect, il est plus enclin à l’ouvrir si celui-ci paraît provenir d’un expéditeur en qui il a confiance, par exemple sa banque. Malheureusement, si l’employé lit l’un de ces messages sur son ordinateur personnel connecté à l’entreprise via un réseau privé virtuel (VPN), il expose son employeur à une attaque potentielle », commente Amichai Shulman, cofondateur et CTO (Chief Technology Officer) d’Imperva. « Alors que le malware évolue plus vite que la protection antivirus, les entreprises ne doivent plus mettre l’accent sur la détection des attaques mais directement sur la surveillance et la protection de leurs données, applications et comptes utilisateurs. Avec les tendances du BYOD et du télétravail, la surveillance de l’activité sur les données et fichiers est le meilleur moyen de prévenir le piratage d’informations sensibles pour l’entreprise. »

Parmi les autres résultats marquants de l’étude :
- Les attaques ne sont pas le fait d’un seul groupe de cybercriminels opérant dans l’ombre. Il apparaît qu’il en existe plusieurs, aux compétences variables sur le plan technique et en matière d’ingénierie sociale, mais exploitant tous le même malware sous-jacent. Cela illustre l’industrialisation de la cybercriminalité.
- Certains des serveurs C&C se trouvaient sur des sites Web légitimes qui avaient été détournés, tandis que d’autres avaient été mis en place expressément dans ce but.
- L’étude se concentre sur du malware provenant du Brésil et ciblant des banques de ce pays mais des attaques similaires sont possibles dans d’autres pays et secteurs.

Une version complète du rapport HII Phishing Trip to Brasil est disponible sur le site https://www.imperva.com/DefenseCent....




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants