Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Le GICAN et ASSONAVE signent une feuille de route commune en faveur de la R&D et de l’innovation

octobre 2018 par Le GICAN

A l’occasion du salon Euronaval, et au lendemain d’une annonce d’ampleur concernant un rapprochement franco-italien dans le domaine de l’industrie navale de défense, les syndicats professionnels de la construction navale français et italien, le Groupement des Industries de Construction et Activités Navales (GICAN) et ASSONAVE, signent une feuille de route commune en faveur de la R&D et de l’innovation.

La feuille de route concrétise le mandat donné aux deux syndicats professionnels lors du Sommet du 27 septembre 2018 à Lyon entre les chefs de Gouvernements français et italien, et précise les technologies clés que l’industrie navale doit développer dans les prochaines années afin de conserver son avance technologique.

Le secteur des industries navales européenne représente plus de 300 chantiers et 20 000 équipementiers, et emploie plus de 900 000 personnes pour un chiffre d’affaires annuel de 112,5 milliards d’euros. Une part croissante de cette industrie européenne est localisée en France et en Italie (chiffres SEA EUROPE).

La taille de notre industrie et le besoin de garantir sur le long terme la sécurité et la sûreté du domaine maritime dépendent de notre avantage actuel dans le domaine de la construction navale. C’est un secteur stratégique non seulement pour la France et l’Italie, mais pour l’Europe dans son ensemble. Notre avantage technologique connait une pression croissante du fait de la concurrence des chantiers chinois, et nécessite des investissements élevés en RDI afin d’être préservé. Un soutien appuyé des Gouvernements pour ces investissements est nécessaire en ce sens.

Pour cette raison, le GICAN et ASSONAVE ont défini cinq axes de travail, pour lesquels des investissements majeurs doivent être envisagés :
- Le navire vert : pour le développement de solutions durables et efficientes pour la construction de navires à faible impact environnemental ;
- Le navire intelligent : pour le développement de nouveaux modèles d’exploitation, en particulier l’intégration de l’Internet des Objets, des solutions améliorant les services, la sûreté et la sécurité ;
- Le navire autonome : pour une étape supplémentaire vers le navire entièrement autonome ;
- Les infrastructures offshore intelligentes : pour des solutions permettant le développement des secteurs prometteurs de l’économie bleue ;
- Le chantier intelligent : pour permettre aux chantiers navals d’entrer dans une nouvelle ère d’efficience, d’efficacité et de sûreté.

Pour chacun de ces axes de travail, les technologies-cibles et les objectifs techniques ont été définis pour les années 2030 et 2050.

Cette feuille de route s’inscrit ainsi pleinement dans les travaux en cours du FP9 et de l’European Defense Fund. Dans ce cadre, cette feuille de route partagée entre le GICAN et ASSONAVE ouvre de nouvelles opportunités duales, tant civiles que militaires, de collaboration entre entreprises françaises et italiennes, en parallèle du rapprochement entre Naval Group et Fincantieri.

Le GICAN et ASSONAVE vont désormais présenter leur feuille de route pour la RDI aux autres associations européennes, dans le cadre de SEA EUROPE, afin de parvenir à une ambition partagée à l’échelle du continent.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants