Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Le CHU de Rennes utilise NetVault : Backup de BakBone

juin 2009 par Marc Jacob

Composé de cinq établissements répartis sur cinq sites dans la ville de Rennes, le CHU de Rennes compte 1946 lits et places. Chaque jour, plus d’un millier de patients sont accueillis en hospitalisation, générant un trafic important et une forte croissance en données patients à conserver. Couplée à l’acquisition de nouveau matériel et au déploiement de nouvelles applications comme l’imagerie médicale, le service informatique du CHU de Rennes a lancé un appel d’offres en 2004 pour remplacer le système de sauvegarde existant qui atteignait ses limites.

« Notre cahier des charges était clair et comportait trois étapes clairement définies, » indique Cédric Cartau, responsable des Secteurs Applicatifs, Production & Système au CHU de Rennes. « Tout d’abord, il nous fallait stabiliser notre système de sauvegarde qui subissait des interruptions de service répétées, remplacer les robots de sauvegarde sur bandes par des solutions sur disques pour réduire nos coûts d’exploitation, et, enfin, faire face à l’explosion du volume de sauvegarde des services fichiers. »

BakBone a remporté l’appel d’offres au travers de FPS, un de ses partenaires-intégrateurs Platinum spécialisé dans les systèmes de sauvegarde et l’imagerie médicale, en partie parce que la solution proposée permettait de diviser par deux les coûts d’acquisition logiciels.

Une nouvelle architecture a été proposée consistant en une sauvegarde croisée sur 2 sites distants de 800 m. Les 150 serveurs de sauvegarde de la salle machine du CHU de Rennes ont alors été déménagés et répartis sur un site de sauvegarde (1) et un site redondant (2). Chaque site comprend donc aujourd’hui une baie de production et une baie de réplication (soit au total 4 baies de disques EMC). Ainsi, le site redondant (2) réalise une copie de la sauvegarde du site 1, et le site 1 conserve une copie de la réplication du site 2.

« Cette architecture intelligente et très sécurisée nous a permis de résoudre les deux premiers points de notre cahier des charges, puisqu’en plus d’apporter une très grande fiabilité et une forte capacité d’évolutivité, à fin 2008 nous avions remplacé toutes nos bibliothèques de bande par des disques » souligne Cédric Cartau.

En plus de la relation professionnelle de qualité qui a été établie avec l’éditeur, l’équipe informatique du CHU de Rennes a également apprécié la simplicité de paramétrage du logiciel de sauvegarde NetVault : Backupâ de BakBone, qui s’est révélée être particulièrement bénéfique lors de la migration vers une architecture centralisant les sauvegardes : « Nos clients et partenaires nous indiquent régulièrement que la gestion des sauvegardes centralisées est une des tâches les plus compliquées dans une salle informatique, » remarque Eric Heddeland, directeur Europe du Sud de BakBone. « Notre logiciel phare NetVault : Backup est régulièrement plébiscité par les utilisateurs finaux parce qu’il est justement très simple d’utilisation et répond parfaitement à cette problématique soulevée par la centralisation des sauvegardes. »

Au total, les baies de disques EMC sauvegardent et répliquent 360 To de données et traitent environ 15 To par jour. Les sauvegardes incrémentales sur les baies de production sont réalisées la nuit, et les sauvegardes complètes, qui durent environ 10 heures, sont effectuées le week-end.

« En 4 ans, notre volumétrie de données à sauvegarder est passée de 20 To à 360 To, soit une multiplication par 3,3 tous les 18 mois, ce qui dépasse le seul doublement des volumes généralement calculé pour les grandes entreprises, » rappelle Cédric Cartau. « Cette augmentation est principalement due à deux facteurs : le premier étant le démarrage d’applications d’imageries médicales très productrices de données, le deuxième étant l’accès aux messageries électroniques pour 800 utilisateurs ce qui a généré une explosion du volume de fichiers à gérer. »

Pour l’équipe du service informatique du CHU de Rennes, la prochaine étape va consister à mettre en place des règles de niveaux de service pour contrôler la production de données fichiers et maîtriser l’augmentation de la volumétrie globale.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants