Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Laurent Dedenis, Acronis : Évaluez le coût d’une journée de travail perdue

mai 2010 par Laurent Dedenis, Executive Vice President EMEA chez Acronis

Avec les ordinateurs, s’il y a bien une chose dont vous pouvez être sûr, c’est qu’ils risquent de tomber en panne. Lorsque vous vous occupez déjà du bon fonctionnement de votre entreprise, vérifier le bon fonctionnement de votre stratégie de sauvegarde et de restauration est bien souvent la dernière chose à laquelle vous pensez. Toutefois, selon une récente enquête menée par Acronis et le cabinet Vanson Bourne, 63% des PME auraient besoin d’au moins une journée pour effectuer une restauration suite à une panne système*. Imaginez un peu comment pourrait fonctionner votre entreprise sans ses systèmes ni ses données pendant toute une journée.

Nous vivons dans un monde où les entreprises fonctionnent sans interruption, mais cela n’empêche pas la plupart des PME de mettre en danger leurs systèmes, et notamment leur productivité et leur rentabilité, en négligeant de les protéger correctement. En fait, l’origine de la défaillance du système importe peu. Qu’il s’agisse d’un virus, d’un bogue logiciel ou d’une panne matérielle, le résultat est toujours le même : des heures, voire des jours d’interruption d’activité et la perte éventuelle du travail accompli dans des proportions pouvant être inestimables. Toutefois, si vous avez une sauvegarde récente et un plan de restauration correctement élaboré, vous pourrez limiter les conséquences financières liées à la productivité qui risquent d’affecter votre entreprise.

Double protection

Selon le retour clients que nous avons, les entreprises sauvegardent leurs serveurs. En outre, elles les protègent souvent automatiquement, ce qui signifie qu’elles ont mis en place des sauvegardes régulières. Les serveurs constituent le cœur de toute infrastructure informatique, c’est pour cela qu’ils sont protégés et régulièrement sauvegardés.

Toutefois, même si les entreprises sauvegardent leurs serveurs, notre enquête a montré par ailleurs que 25% des entreprises sauvegardent encore manuellement leurs postes de travail et que 19% ne les sauvegardent jamais ! Les utilisateurs sont souvent encouragés à sauvegarder leurs fichiers sur le réseau de l’entreprise, mais en pratique ce n’est malheureusement pas toujours le cas. Bon nombre d’utilisateurs enregistrent négligemment leurs dossiers sur leur bureau et mettent à jour des documents alors qu’ils sont en déplacement.

Selon les analystes, 60% des données d’une entreprise sont stockées sur ses postes de travail et non sur ses serveurs. Cela signifie que la majorité de vos données courent un risque réel. Par ailleurs, essayez d’imaginer à combien vous reviendrait l’envoi d’un administrateur informatique sur un site distant pour réparer ou réinstaller l’ordinateur portable d’un collaborateur. L’utilisateur qui ne dispose que d’un accès limité aux données, se retrouve sans ordinateur et sans ses applications, incapable de travailler. Vous devez donc veiller à ce que vos postes de travail, comme vos serveurs, soient protégés, sauvegardés automatiquement et de préférence gérés de façon centralisée.

N’oubliez pas que la sauvegarde est une chose et que la restauration en est une autre !

Nous avons utilisé le Freedom of Information Act (FOIA), pour demander à trois ministères du gouvernement anglais le nombre de pannes système auxquelles ils ont été confrontés sur une période d’un an. Ils ont signalé au total pas moins de 608 incidents. Ce qui équivaut à 11 incidents par semaine ! Ce chiffre peut paraître très élevé, mais les pannes système ne sont pas si effrayantes que cela si vous disposez d’une stratégie de sauvegarde et de restauration rigoureuse. Malheureusement, bien trop souvent les entreprises pensent que sauvegarde et restauration vont de pair. Et ce n’est pas le cas !

Un sondage IDC effectué auprès de responsables du stockage montre que 87%** des personnes interrogées sont certaines que leur processus de reprise d’activité après sinistre leur permettra de restaurer les données nécessaires à leurs applications critiques. Or, parmi ces 87%, seule la moitié teste au moins une fois par an leurs stratégies de reprise d’activité après sinistre. Même si vous êtes sûr que vos sauvegardes sont exécutées régulièrement, testez-les de temps en temps sous peine de vous retrouver dans une situation des plus inconfortables. Testez vos sauvegardes chaque trimestre !

Essayez de déterminer si votre stratégie est suffisamment complète

Bon nombre de PME ont recours à la stratégie de « sauvegarde en fin de journée ». Notre enquête a montré que 72% des entreprises n’exécutent leurs sauvegardes qu’en fin de journée. Cela n’est pas sans risque. En effet, si un sinistre survient cinq minutes avant le début de la sauvegarde, toutes les données créées tout au long de la journée seront perdues. Quel est le coût d’une journée de travail pour votre entreprise ?

En outre, certains systèmes de sauvegarde ne restaurent que les données de niveau fichier et ne peuvent pas restaurer les applications, les systèmes et vos configurations. Dans ce cas, tout redéploiement est long et laborieux. Vous devez par ailleurs retrouver les logiciels d’origine et reconfigurer manuellement toutes vos préférences. Et si tous les ordinateurs de votre entreprise étaient victimes d’une attaque virale ? De combien de temps auriez-vous besoin pour réinstaller chaque machine ?

Placez la reprise d’activité au premier rang de vos priorités

Les conséquences financières d’une perte de données et ses répercussions sur la productivité de votre entreprise, ainsi que l’interruption d’activité faisant suite à une panne, angoissent chacun d’entre nous. L’une des principales préoccupations des dirigeants d’entreprise est la continuité d’activité : les employés doivent pouvoir travailler sur leur système informatique et les clients doivent pouvoir communiquer et effectuer des transactions avec l’entreprise. La sauvegarde et la restauration ne sont pas des tâches difficiles à réaliser, veillez donc à les placer au premier rang de vos priorités.


*Cette enquête a été menée en octobre 2009 par Acronis et le cabinet Vanson Bourne. L’échantillon était constitué de 600 PME (250 à 1’000 employés). Les personnes interrogées étaient responsables des services informatiques.

** Enquête annuelle IDC sur le stockage en Europe (2009) : Understanding User Needs in a Changing Economic Climate [Comprendre les besoins des utilisateurs dans un environnement économique en mutation] (jan 2009 IDC Doc # RS53R)




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants