Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

L’analyse d’APT28 par les experts de Bitdefender dévoile la stratégie et les auteurs de ce malware

janvier 2016 par Bitdefender

Une enquête technique de Bitdefender, société de technologies de sécurité Internet innovantes protégeant plus de 500 millions d’utilisateurs dans le monde entier, révèle que la menace APT28, également nommée « Sofacy », a probablement été mise en place par des russophones, ciblant des victimes triées sur le volet dans le cadre d’une opération massive de collecte de renseignements.

Le nouveau rapport de Bitdefender, intitulé Under the Scope – A Journey into Exfiltrating Intelligence and Government Information, affirme, preuve à l’appui, que Sofacy, opérant secrètement en Europe depuis 2007, a été utilisée pour récolter des renseignements sur des sujets importants pour la Russie. L’activité d’APT28 a atteint son apogée lors d’événements internationaux tels que les négociations de paix entre les rebelles soutenus par Moscou et les forces gouvernementales lors de la crise en Ukraine ou encore lors de l’intense couverture médiatique concernant la mise sur le marché d’un avion intelligent russe PAK FA T-50 Fighter (un concurrent du modèle américain, Lockheed Martin’s F-35).

Ce rapport met en lumière les liens existant entre cette APT (Advanced Persistant Threat – Menace Persistante Avancée) et ses opérateurs, avançant un faisceau de preuves convergentes tendant à démontrer que les pays aux capacités technologiques les plus avancées sont responsables d’une nouvelle vague de cyber espionnage mondial via des malwares. Le rapport de Bitdefender sur APT28 étudie les trois principaux vecteurs d’attaque de cette menace avec des méthodes exhaustives de sondage pour repérer de nouvelles victimes, un ciblage de personnalités politiques importantes, d’institutions gouvernementales, de services de télécommunications et de services d’e-crime, ainsi que d’entreprises aérospatiales.

« Alors que le terme APT a été popularisé pour la première fois, il y a plus de cinq ans, avec la découverte de Stuxnet dans une installation de traitement nucléaire iranienne, certains cybercriminels tels que les opérateurs d’APT28 ont réussi à collecter en toute discrétion des renseignements depuis près d’une décennie, » explique Viorel Canja, Directeur des Laboratoires antimalwares et antispam de Bitdefender. « Nous avons concentré notre recherche sur les particularités de l’infrastructure et des opérations d’APT28, ce qui nous a permis de faire le lien entre la menace et ses opérateurs et d’offrir une vue d’ensemble sur son fonctionnement et ses cibles de prédilection. »




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants