Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

L’Irlande de la cyber a l’assaut de l’Europe

octobre 2019 par Marc Jacob

Entreprise Ireland a organisé un événement afin de présenter aux entreprises irlandaises de la cybersécurité les différentes opportunités pour s’implanter dans des pays européens. Ainsi, deux experts de CEIS : Axel Dyévre, Associé et Pauline Massart, Deputy HEAD ou thé European Office ont présenté les résultats de leur étude sur la manière d’aborder les marchés européens dans 8 pays, la France, le Royaume Uni, la Belgique, l’Italie, l’Espagne, les Pays Bas, l’Allemagne et la Pologne, mais aussi d’une façon plus globale pour l’ensemble des institutions internationales de l’Europe et l’OTAN. Puis un panel d’experts a lancé le débat sur ce même sujet. Il semble que l’Europe présente un potentiel de développement important pour les entreprises irlandaises.

Après le message de bienvenue de Matthias Egger, Marketing Advisor d’Entreprise Ireland Benelux, Leo McAdams, division au manager, international Sales & Partnering d’Entreprise Ireland a ouvert la journée en remerciant les 25 société irlandaises pour leur présence ainsi que Pat Larking, CEO de Cyber Ireland, l’association des entreprises de la filière cyber irlandaise. Il a annoncé que l’Irlande avait de réelles ambitions pour se développer sur le marché européen de la cyber et mettrait les moyens nécessaires via ses agences d’aide au développement. Il a annoncé entre autre l’ouverture d’une agence à Lyon en plus de celle de Paris mais aussi d’une seconde agence en Allemagne.

Puis Axel Dyévre, Associé et Pauline Massart, Deputy HEAD ou the European Office de CEIS ont présenté les résultats de leur enquête. En préambule, ils ont rappelé rapidement le contexte législatif avec les différentes réglementations qui ont une influence sur ce marché à commencer par le RGPD, la directive NIS... ils ont regroupé les 8 pays en trois clusters, le premier regroupe le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et les Pays Bas, le second la Belgique et le troisième la Pologne, l’Espagne et l’Italie.

Le premier cluster représente un marché très important en termes de croissance, mais avec de nombreuses réglementations. Pour le second le marché est petit mais regroupe de nombreuses organisations internationales. Enfin le troisième Cluster propose de fortes opportunités avec peu de législations particulières sauf celles poussées par l’Europe mais avec une taille de marché plus petite que dans le premier Cluster.

En termes de croissance du marché c’est la Belgique qui bénéficie de la plus importante avec un taux de 11%, puis vient la Pologne avec 8,5%, l’Allemagne et l’Espagne pour leurs parts ont un taux de 7%, le Royaume Uni a un taux de 5,8%. Les Pays Bas ont un taux de 5%. La France, enfin, n’a qu’un taux de croissance de 1%.

Par la suite, ils ont détaillé pays par pays les opportunités et les caractéristiques du marché de la cyber.

Pour la Belgique le marché de la cyber s’élève à 350 millions €. De nombreuses organisations internationales sont installées sur son territoire ce qui lui permet d’offrir des opportunités importantes pour les entreprises.

Pour La France le CA du marché de la cyber est de 2,500 millions d’€. L’ANSSI a un rôle dominant. Le marché est poussé par l’Etat. On y trouve des intégrateurs d’envergure internationale comme Atos, Cap Gemini, Sopra Steria... ou encore Airbus ou Thales. On y dénombre plus de 130 startups. Le marché est très mature avec Un forte demande pour les solutions de protection des infrastructures critiques poussés par la LPM. 

Quant à l’Allemagne son marché de la cyber est de 5,700 millions d’€. Il est très mature et poussé par les régulations et le BSI. Le pays investit environ 200 millions d’€ pour l’innovation. On y trouve de nombreux éditeurs comme IBM, Symantec, Rohde & Schwarz, TeleKom Deutschland... la cyber est poussée par la sécurisation de la digitalisation et par l’usine 4.0.

En Italie marché est de 1,100 millions d’€. Il est poussé par les régulations européennes. On a un grand nombre de PME. Il est dominé par les acteurs de La Défense comme Leonardo. Les secteurs les plus matures sont la banque et l’Assurance.

Aux pays Bas le marché de la cyber est de 8.300 millions d’€. Le gouvernement se positionne comme un Hub de la cyber. Le secteur privé joue un rôle important. Le marché est très ouvert aux acteurs internationaux en provenance des États-Unis et de l’Asie.

En Pologne le marché est de 1,164 millions d’€ avec un support proactif de l’Etat. On note une forte croissance e l’IT avec un taux de 10%/an.

L’Espagne a un marché de 1.254 millions d’€ avec un fort impact du RGPD. Il est dominé par les acteurs de La Défense comme Indra. Mais on note la présence de Cap Gemini et Accenture. C’est aussi une porte pour conquérir le marché de l’Amérique latine.

Au Royaume-Uni le marché est de 6,400 millions d’€. Il est poussé principalement par le secteur financier, la demande du secteur public et de la santé.

En conclusion, les trois clusters montrent qu’il y a trois approches de ces marchés même s’il faut les attaquer de façon individuelle. Tout d’abord, les éditeurs doivent se faire connaître et être reconnu. Il faut aussi investir tant en temps qu’en budget. Il faut participer à des événements clés sur ces marchés pour être connu afin de rencontrer des clients mais aussi des partenaires. Pour les start up, il vaut mieux trouver des intégrateurs mais sans perdre le contact avec les clients finaux. Il faut se faire certifier. De plus, il vaut mieux être compatible avec des architecture et des solutions dominantes. Il faut avoir un programme pour les revendeurs et les intégrateurs efficace et motivant. Bien entendu, il faut que les solutions proposées adresse des sujets « chauds » de la cyber. Enfin, il faut suivre de près l’évolution des réglementations nationales et internationales.

Puis le débat sur comment trouver des opportunités en Europe et au Royaume-Uni animé par Sarah McNabb, Marketing Advisor d’Enterprise Ireland UK, Éric Gilmore, Head of Pre-Sales consultant EMEA de Daon, James Ellis, Cyber Security Manager de PwC UK, Pat Larking, CEO de Ward Solutions et membre de Cyber Ireland et Manfredi Blasucci, IT Security Manager , Auchan Retail Italy a été lancé.

Éric Gilmore considère que si il y a des opportunités en France et en Allemagne, ces marchés sont souvent difficiles à aborder. Manfredi Blasucci considère qu’en Italie le marché est organisé autour des revendeurs. Le problème pour la cyber reste un coût ce qui est pour lui une question de maturité du marché. Toutefois, le RGPD commence à faire changer les mentalités surtout pour les grandes entreprises. Pat Larking comme James Ellis estiment qu’il faut travailler avec des acteurs internationaux qui vont déployer les solutions dans différents pays. Il faut aussi avoir un support dans la langue des pays concernés rajoute Éric Gilmore. Manfredi Blasucci considère qu’en plus du prix, il faut traduire les solutions en italien et avoir des partenaires locaux surtout pour aborder les entreprises du Sud de l’Italie. Il est nécessaire donc de participer à des événements mais aussi utiliser les services d’Enterprise Ireland. Il explique en outre que les solutions de cybersécurité ne doivent pas « réinventer la roue », et être certifiées pour rassurer les clients. Éric Gilmore soutient qu’il est important de construire des relations de confiances avec ses clients et qu’il faut suivre les réglementations au plus près pour réussir en Europe. James Ellis ajoute qu’il est nécessaire de réfléchir à sa cible de clients.

Manfredi Blasucci rappelle que ce profile de nouveaux challenges comme le Cloud, la collaboration... il faut donc créer une nouvelle approche pour comprendre les enjeux et réaliser les meilleurs solutions. Éric Gilmore estime qu’il faut communiquer avec les acteurs du marché pour mieux le comprendre et trouver de nouvelles offres.

En conclusion, Pat Larking explique que dans son Cluster sont regroupés des entreprises du secteur public, privé, des universités et des start up. Il regroupe une cinquantaine de multinationale, une cinquantaine de PME irlandaises et une vingtaine d’universités et d’organisations publiques. Cette association est financé par IDA l’organisme public pour aider les entreprises en Irlande. Elle a aussi pour vocation de faire de la R&D, trouver des talents et faire la promotion des solutions dans le pays en favorisant les interactivités avec les grandes entreprises et les stars up mais aussi pour attaquer les marchés étrangers. Cette association est basée a Cork.

Il est certain qu’avec le Brexit de nombreuses opportunités se dessinent pour les entreprises irlandaises désireuses de s’implanter en Europe. D’ailleurs aux dires des experts d’Entreprise Ireland, ils n’ont jamais eux autant de dossier d’entreprises irlandaises qui souhaitent présenter leur solutions en Europe. Alors pour l’Irlande l’Europe peut-elle devenir un nouvel Eldorado, seul l’avenir nous le dira....


Articles connexes:


Voir les articles précédents