Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Jacques Pantin, Morpho Dictao : Dictao unit ses forces à Morpho pour répondre aux besoins de la nouvelle économie numérique

septembre 2014 par Emmanuelle Lamandé

Dictao a rejoint Morpho (Safran) en août dernier. La 14ème édition des Assises de la Sécurité sera donc l’occasion pour le groupe de présenter leur vision globale et la complémentarité de leurs offres respectives. Pour Jacques Pantin, DG Adjoint de Morpho Dictao, celle-ci permettra d’offrir des solutions complètes et intégrées, allant de la gestion à l’usage des titres d’identités, répondant ainsi aux besoins de la nouvelle économie numérique.

®Adrien Deneu, Morpho (Safran)

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Jacques Pantin : Depuis le 29 août 2014, Dictao a rejoint Morpho (Safran). Morpho est le leader mondial dans le domaine des documents et systèmes d’identification biométriques, et un des principaux fournisseurs de carte à puce. Grâce à la complémentarité de nos deux offres, nous serons en mesure d’offrir des solutions complètes et intégrées, de la gestion à l’usage des titres d’identités (cartes d’identités régaliennes, cartes bancaires, cartes SIM, etc.), répondant parfaitement aux besoins de la nouvelle économie numérique. Aux Assises 2014, Dictao présentera son offre autour de l’authentification forte, de la sécurisation des transactions et de l’archivage sécurisé, qui est intégrée au catalogue Morpho. Nous mettrons en particulier en valeur nos solutions de sécurisation des transactions en mobilité.

En effet, pour compléter son offre d’authentification forte et de signature électronique sur PC et sur tablette, Dictao a largement investi dans des solutions de sécurisation des transactions sur mobile.

Ces solutions sont profondément innovantes et nous ont amené à développer de nouvelles architectures de sécurité.

GS Mag : Quel va être le thème de votre conférence cette année ?

Jacques Pantin : Le jeudi 02 octobre à 11h00, j’animerai un atelier sur le thème « La transformation numérique de l’Entreprise : établir la confiance par la preuve » ou « Comment dématérialiser les processus de l’entreprise (avec ses collaborateurs, ses clients, ses partenaires) en garantissant la sécurité et l’intégrité des données et transactions. »

Nous aurons le plaisir et l’honneur d’accueillir le témoignage de Gil Mulin, Manager International Security Standards de AIRBUS, sur des projets de dématérialisation en cours et à venir.

GS Mag : Comment va évoluer votre offre pour 2014/2015 ?

Jacques Pantin : Depuis quelques semaines, Morpho et Dictao consolident les complémentarités de leurs offres, dans le cadre d’un exercice dit de « convergence de road-map ». Nous pourrons ainsi proposer des solutions globales à nos clients, par exemple pour la sécurité des e-services basés sur la biométrie, qui constitue un des facteurs d’authentification les plus prometteurs pour l’avenir.

Nous intensifierons nos efforts de développement de nouveaux produits, en particulier, en ce qui concerne la sécurisation des transactions en mobilité et la sécurisation de l’Internet des Objets.

Nous poursuivrons également nos efforts autour du développement de notre offre en mode SaaS (Software as a Service) que nos clients privilégient maintenant souvent par rapport à l’achat de licence.

GS Mag : Quelle sera votre stratégie commerciale ?

Jacques Pantin : Cette acquisition représente une formidable opportunité en termes de « Go To Market », en particulier à l’international.

L’offre Morpho va s’enrichir de solutions complètes de e-services de confiance, qui vont pouvoir être proposées à son vaste réseau mondial, aux secteurs de la banque, des télécoms, de l’industrie et des services et aux Etats du monde entier.

Par exemple, dans un contexte régalien, nous pouvons émettre et délivrer des « cartes nationales d’identités » aux citoyens et leurs permettent d’utiliser ces cartes dans le cadre de « e-services », tels que la contractualisation en ligne pour des demandes publiques (déclarations fiscales, demandes de certificats de naissance, etc.) ou privées (transactions bancaires, actes juridiques, opérations d’assurance, etc.). Le projet « e-Albania » en est un exemple. Nous allons chercher à renouveler ce succès dans d’autres pays du monde.

De plus, bien entendu, nous continuerons de servir nos grands clients et de leur offrir les meilleures solutions de sécurité et confiance numérique.

GS Mag : Quel est votre message aux RSSI ?

Jacques Pantin : Le métier de RSSI est de plus en plus difficile et complexe. Il lui faut bien sûr maîtriser la dimension technique, en s’appuyant de plus en plus sur des sous-traitants experts de leur domaine, tout en sachant parler aux métiers et en comprenant leurs besoins. De plus, établir un juste équilibre entre le renforcement du niveau de sécurité et la simplification du parcours client n’est pas toujours évident.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants