Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Georges Lotigier, Vade Retro : nous souhaitons devenir l’acteur de référence de l’antispam en France

février 2015 par Emmanuelle Lamandé

Vade Retro continue son développement en France comme à l’international. Après l’ouverture de sa filiale à San Francisco il y a près d’un an, le groupe vient tout juste d’ouvrir une agence à Hong Kong. Comme l’explique Georges Lotigier, Président de Vade Retro, à l’occasion d’IT Partners, l’entreprise souhaite poursuivre cette année son essor aux Etats-Unis, ainsi qu’en Asie, accroître sa distribution en Europe, et devenir l’acteur de référence auprès des entreprises et administrations françaises.

Global Security Mag : Comment se porte Vade Retro ?

Georges Lotigier : Nous avons connu une belle croissance en 2014, au niveau national comme international. Notre filiale américaine créée il y presqu’un an à San Francisco se développe bien. Quatre de nos experts travaillent aujourd’hui là-bas, et ce nombre montera à 6 dans un mois. L’objectif de Vade Retro est de prendre des parts de marché sur le territoire américain et de s’imposer, entre autres, auprès des hébergeurs et des FAI. Nous venons également d’ouvrir, le 2 février dernier, une agence à Hong Kong, afin d’accroître notre présence en Asie et de disposer d’un support technique local. Cette agence, en effet, comme celle de Montréal, où travaillent trois personnes, est une agence de support technique et n’a pas de vocation commerciale.

Global Security Mag : Quelles sont vos nouveautés en termes de technologies ?

Georges Lotigier : Vade Retro a développé en 2014 « isitphishing.org », un service collaboratif gratuit d’analyse de sites Web qui permet de lutter contre le phishing, mis à la disposition de la communauté. Lorsqu’une requête est effectuée, le service vérifie dans la liste d’URL de phishing déjà connue par les services de Vade Retro si celle-ci est déjà présente. Si l’URL n’est pas connue, le service explore et analyse la page : si elle est considérée comme frauduleuse, on informe le client que la page est malveillante. Le service s’appuie sur une base de données de signatures de pages et de kits de phishing constituée et mise à jour quotidiennement par les ingénieurs du laboratoire de Vade Retro. Vade Retro utilisait déjà cette technologie pour détecter les phishings sur l’ensemble des retours de ses clients et ses propres honey pots. L’objectif de ce service d’échange d’informations concernant le phishing est de mettre en commun une grande base de données des acteurs victimes de phishing (hébergeurs, FAI, banques et autres entités ciblées par le phishing…) afin de mieux combattre ce fléau qui devient de plus en plus agile.

Nous venons également de mettre en place un système de gestion d’informations Big Data pour lutter contre la cybercriminalité. La version 1.0 est d’ores et déjà en service, mais ce n’est pas une fonction utilisateur. L’exploitation de données statistiques et d’informations nous permet d’augmenter la réactivité face à la menace agile et donc de renforcer la lutte contre la cybercriminalité. Ces données ne contiennent pas d’informations confidentielles, c’est la corrélation de données qui va être exploitée.

GS Mag : Quel état faites-vous actuellement de la menace ?

Georges Lotigier : On observe un accroissement significatif de la menace des attaques agiles. Depuis l’attentat contre Charlie Hebdo début janvier, on a constaté 100 fois plus de vagues de virus. Et tous les antivirus étaient perméables à ce type d’attaques. Le nombre de virus a augmenté de manière considérable, dont certains sont très agiles. Les spammeurs font également preuve d’une plus grande agilité. Les vagues de phishing deviennent extrêmement courtes avec des url qui changent tout le temps. Il est donc de plus en plus difficile de contrer ce phénomène.

GS Mag : Que conseillez-vous pour lutter contre cette menace agile ?

Georges Lotigier : Nous préconisons de rescanner les boîtes. Vade Retro propose d’ailleurs un système automatique permettant cela. Puisqu’il est aujourd’hui difficile de bloquer la menace à la source, mieux vaut, en effet, revérifier quand on ouvre ses e-mails. La classification du graymail (emails commerciaux, newsletters, notifications de réseaux sociaux) que nous proposons s’avère d’ailleurs, en ce sens, essentielle. Grâce à notre moteur Predictive Heuristic Filter, Graymail Management permet une classification efficace de ce qui est essentiel et prioritaire pour l’utilisateur, en identifiant et en isolant le spam de la publicité et des notifications de réseaux sociaux. Les e-mails de spam vont se retrouver en quarantaine et seront donc rescannés automatiquement, nous permettant ainsi de remonter davantage d’e-mails malveillants et donc de limiter le risque pour l’utilisateur.

GS Mag : Quelle est votre actualité partenaires ?

Georges Lotigier : Nous venons récemment de signer avec un nouveau distributeur, Exer. Nous collaborons donc dorénavant avec deux distributeurs en France : CRIS Réseaux et sécurité et Exer. Cela nous permet d’élargir le spectre, l’objectif étant de nous faire gagner des parts de marché, en France comme à l’international. Vade Retro représente en moyenne 4% de parts de marché en France actuellement, le potentiel de croissance est donc très fort. De plus, Exer se développe à l’international, ce qui permettra certainement d’y favoriser notre développement.

GS Mag : Quels sont vos objectifs sur le salon et pour les mois à venir ?

Georges Lotigier : Nous souhaitons à la fois rencontrer nos partenaires et en recruter de nouveaux, principalement des partenaires orientés infrastructure et sécurité. Vade Retro, avec sa technologie et sa stratégie, renforce sa politique commerciale indirecte et son offre vers les entreprises de plus grande taille. L’objectif est donc d’augmenter le nombre de nos revendeurs et de clients grands comptes. De plus, avec Hexatrust, nous menons une action volontariste auprès des grandes administrations françaises. Vade Retro est aujourd’hui le seul antispam français, il a de ce fait toute sa légitimité pour adresser les grands comptes. C’est également pourquoi nous cherchons à obtenir le référencement de l’ANSSI, afin d’accroître notre visibilité au niveau national. J’invite d’ailleurs les gros intégrateurs à s’intéresser à nous dès à présent sinon ils louperont le coche. Nous avons l’intime conviction que deux facteurs vont nous permettre de nous développer en France : une technologie française aboutie et le référencement auprès des grands groupes.

De manière générale, nous avons 4 principaux objectifs pour 2015 : continuer notre développement aux Etats-Unis, ainsi qu’en Asie, accroître notre distribution en Europe, et assurer une prise de parts de marché significative auprès des administrations françaises.

GS Mag : Quel message clé souhaiteriez-vous faire passer ?

Georges Lotigier : Nous avons la conviction d’avoir le meilleur système de filtrage et nous nous donnons les moyens de développement en France et à l’international. C’est le moment de choisir Vade Retro, et d’opter de surcroît pour une offre française.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants