Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

G DATA : 2008, une année record pour les logiciel malveillants

février 2009 par G DATA

G DATA publie son rapport semestriel sur les programmes malveillants. Bilan : l’industrie du malware ne chôme pas. Au total en 2008, 894 250 nouveaux programmes malveillants ont été recensés par les laboratoires de sécurité de G DATA, soit presque sept fois plus qu’en 2007. Retour sur une année mouvementée…

Les tendances de 2008

En 2008, les éditeurs de solutions de sécurité n’ont pas eu le temps de s’ennuyer. Après un premier semestre record comptabilisant 318 248 menaces, la deuxième partie de l’année a vu ce chiffre quasiment doubler pour s’élever à 576 002 – en dépit de la fermeture remarquée de l’hébergeur McColo. Les applications Web 2.0, les réseaux sociaux et les blogs ont été particulièrement exploités pour propager les logiciels malveillants et envoyer des spams ciblés. En outre, le nombre de programmes malveillants basés sur Flash a augmenté de 38%, marquant le passage progressif de Java Script aux logiciels malveillants Flash.

Les utilisateurs Windows dans la ligne de tir

« Pour les utilisateurs de Windows, il n’y a jamais eu de période plus dangereuse pour surfer sur le net avec un PC non protégé. La hausse explosive des logiciels malveillants l’année dernière montre que nous faisons actuellement face à des réseaux de cybercriminalité bien organisés. Les cybercriminels analysent rapidement les tendances pour trouver de nouvelles façons d’infecter les ordinateurs avec des logiciels malveillants et de voler des données à grande échelle. En 2008, 99,2% des attaques visaient des ordinateurs Windows », explique Ralf Benzmüller, directeur des laboratoires de sécurité G DATA.

Et pour 2009…

De façon globale, G Data prévoit une nouvelle hausse des codes malveillants mais avec un taux de croissance plus limité. Profitant du succès des réseaux sociaux, l’activité criminelle basée sur l’interactivité du net devrait augmenter de façon significative dans les prochains mois et, avec elle, l’élaboration de techniques de plus en plus sophistiquées. Malgré une prise de conscience de la valeur des informations personnelles, la chasse aux données devrait donc se poursuivre en 2009.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants