Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Fraude à la carte bancaire : Moins de 4 Français sur 10 ont un comportement à risque

avril 2011 par ACI Worldwide

ACI Worldwide, fournisseur mondial de systèmes de paiement présente la suite des résultats de son étude internationale portant sur la fraude à la carte bancaire, réalisée en Décembre 2010. Ainsi, sur l’ensemble des consommateurs interrogés dans 14 pays*, 50% d’entre eux se disent plus préoccupés par la fraude à la carte bancaire que par d’autres crimes financiers. Par ailleurs, l’enquête démontre que les consommateurs ne prennent pas toujours toutes les précautions basiques pour se protéger contre la fraude à la carte bancaire.

A certains égards, les Français font attention, mais oublient dans la pratique certaines règles fondamentales

Les Français se situent dans le top 5 des consommateurs attentifs et prudents quant à l’utilisation de leur carte et détails bancaires. La France est devancée par la Canada (66%), les USA (67%), le Royaume-Uni (72%) et les Pays-Bas (75%). Seuls 2% des Français interrogés avouent ne pas suivre la règle essentielle : ne jamais avoir en même temps sur soi son code avec sa carte bancaire. En moyenne sur les 14 pays étudiés, ce chiffre atteint les 12%. Parmi les moins vigilants avec leur code de carte bancaire, on retrouve nos voisins transalpins (21%), les Indiens (23%) et les Chinois (27%). Seuls 2% de Français également continuent de répondre aux messages (téléphoniques ou e-mails) leur demandant de déclarer leurs données bancaires. Toutefois, les Français sont encore 24% à jeter leurs relevés ou reçus bancaires à la poubelle.

Jean-Michel Schneider, Directeur des Ventes France chez ACI Worldwide, déclare : « Pour ce qui est de la fraude, la prévention est évidemment le meilleur des remèdes. Les banques doivent continuer à informer leurs clients sur les bonnes pratiques à avoir pour se protéger contre la fraude ».

La fraude ravive la peur de l’insolvabilité ou de l’incapacité de paiement

Cette étude révèle aussi que l’insolvabilité ou l’incapacité de paiement est la plus grande crainte des consommateurs s’ils étaient victimes de fraude à la carte bancaire. Ainsi, en France, 63% des Français avouent cette crainte, là où la moyenne des interrogés est de 49%.

En outre, 6 Français sur 10 se déclarent également plus préoccupés d’être victimes de fraude à la carte bancaire en période de crise. Les deux raisons invoquées sont, d’abord l’impression, pour 69% d’entre eux, que la fraude à la carte bancaire est en augmentation, la seconde, pour 25% d’entre eux, est qu’ils disposent de moins d’argent.

Préoccupations accrues sur l’utilisation de la carte à l’étranger ou en ligne

Enfin, selon l’étude, toujours 6 Français sur 10 se sentent davantage préoccupés par la fraude à la carte bancaire quand ils utilisent leur carte à l’étranger. La France est loin d’être la plus frileuse en la matière : les Chinois, Suédois et Singapouriens sont près de 3 sur 4 à craindre la fraude lors d’une utilisation de leur carte à l’étranger.

Par ailleurs, 78% des consommateurs français sont davantage préoccupés quand ils utilisent leur carte pour des achats en ligne, ce qui place la France au 3e rang, derrière Singapour (80%) et l’Inde (82%). « Ces résultats soulignent l’opportunité qu’ont les banques pour éduquer leurs clients sur la fraude à la carte bancaire, en les informant, par exemple, que les cartes sont clonées dans le pays d’origine pour effectuer des transactions frauduleuses à l’étranger ou en ligne », affirme Jean-Michel Schneider.

Jean-Michel Schneider conclut : « Puisque porter une grande quantité d’espèces n’est pas recommandé et compte tenu du coût élevé de gestion et du traitement des espèces pour les banques et les acteurs économiques, la meilleure solution pour les banques ET pour les consommateurs est avant tout le travail de prévention de la fraude. Par ailleurs, il est souhaitable que la transition des espèces à la carte bancaire se poursuive. Les banques ont une opportunité unique d’informer proactivement leurs clients sur les améliorations, les stratégies et les techniques anti-fraude, mais aussi sur les bonnes pratiques pour se protéger efficacement contre la fraude. Ces stratégies aideront les banques à renforcer la confiance et la fidélité de leurs clients. »


*À propos de l’étude mondiale sur la fraude à la carte bancaire d’ACI

Réalisée en ligne, l’étude internationale sur la fraude à la carte bancaire d’ACI a été menée par Research Now en Décembre 2010 en Allemagne, Australie, Brésil, Canada, Chine, Dubaï, France, Inde, Italie, Pays-Bas, Singapour, Suède, Royaume-Uni et USA auprès de 4.200 personnes (soit 300 personnes interrogées par pays).




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants