Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

FedISA : le Cloud Computing et gestion de contenu

décembre 2010 par Marc Jacob

FedISA avait organisé un petit déjeuner autour du thème du Cloud et de la gestion de contenu. En effet, on assiste à l’avènement de nombreuses offres de gestion de contenu basées sur un environnement Cloud. Après une introduction de Jean-Marc Rietsch, président de FedISA qui a dressé un bref état de l’art en matière de sécurité, dématérialisation et Cloud Computing, Pierre Moraisin, Ingénieur avant-ventes senior, EMC a présenté l’offre de cet éditeur pour le Cloud.

Jean-Marc Rietsch

Jean-Marc Rietsch après avoir rappelé les actions menées par FedISA en matière de norme, de formation, de publication de livres blancs… a annoncé que le congrès annuel de la FedISA se déroulerait le 25 janvier 2011 à la Maison des Arts et Métiers.

Dans un second temps, il a rappelé un certains nombres de définitions afin de lancer le sujet du Cloud Computing et de la gestion de contenu. Pour lui, l’électronique numérique doit être dissociée en deux volet : l’électronique : le support et le numérique : les données. L’archivage électronique conduit, selon Jean-Marc Rietsch, à une nouvelle organisation des données dans l’entreprise et induit la notion de cycle de vie des données, d’ILM. Les nouvelles procédures à mettre en œuvre impact fortement le SI et sont donc du ressort de décisions stratégiques. Dans ce cadre, l’archivage électronique doit être géré de façon transverse car il impacte la dématérialisation, la rationalisation, le patrimoine informationnel, la sécurité et les aspects légaux. Pour ce qui concerne la sécurité, c’est une notion fondamentale car il y a une augmentation des risques avec en particulier des pertes d’informations, de l’usurpation d’identité, des accès non autorisés, de la falsification des données, de la destruction intempestive…
Face à ces risques trois postures sont possibles : les assumer en prenant le risque, s’assurer avec un tiers, ou encore financer le risque.

Selon Jean-Marc Rietsch, la France a fait une erreur en refusant de lancer la carte d’identité électronique avec un certificat par citoyen qui aurait pu résoudre un grand nombre de problème de sécurité. Pour lui, la France a pris déjà deux ans de retard par rapport aux autres pays de l’EU qui l’ont adopté.

Puis Jean-Marc Rietsch a dressé un bref historique pour mettre en évidence les principaux faits qui ont conduit à l’avènement du Cloud. Tout à commencé dans les années 70 avec les Mainframes, puis dans les années 80 on parlait de GED. Par la suite dans les années 2000, la norme NF Z42-013V1 a permis le passage à la GEIDE. En 2010, de nombreuses normes et règlementations ont été mises en place qui ont poussé vers la dématérialisation avec sous-jacent la montée en puissance des tiers de confiance. Dans le même temps, il y a eu une prise de conscience des problèmes liés à l’Eco Efficacité, l’objectif étant de réduire les consommations énergétiques et l’impact sur l’environnement. Selon Jean-Marc Rietsch, à l’horizon des années 2020, on devrait aller vers la notion de « centrale numérique et énergétique ». Bien sûr on devrait aussi vers des services de confiance et une éco-responsabilité citoyenne.

Aujourd’hui, le Cloud doit être vue comme un moyen de distribuer de l’énergie numérique en affranchissant les utilisateurs de l’infrastructure informatique traditionnelle. Toutefois, le Cloud est complexe à mettre en place au niveau technique mais surtout juridique avec entre autre des problèmes de responsabilités en cas de dysfonctionnement mais aussi de conformité à la règlementation française et européenne en matière d’hébergement des données personnelles.

Pierre Moraisin

Pierre Moraisin, Ingénieur avant-ventes senior, EMC a présenté l’offre de sa société pour le Cloud. Aujourd’hui EMC couvre tous les composants du SI nécessaire à la mise en place d’un service en environnement Cloud intégrant à la fois les matériels, les logiciels et les services. En préambule, il a rappelé les principales définitions du Cloud privé, public, Iaas, Pass,, Saas et a mis en exergue qu’EMC avait une palette de solution pour répondre à l’ensemble des besoin tant en matière de stockage, d’archivage, de chiffrement avec RSA, de virtualisation avec VMware… Par ailleurs, il a rappelé que sa société avait conclu des partenariats avec des tiers de confiance comme Dictao, Keynectis et Cryptolog pour son offre Centera. EMC travaille pour la partie Cloud Privé avec des opérateurs spécialisés pour leur permettre de cosntruire leur propre offre. Pour le Cloud Public EMC a dévopllé l’offre MOZY.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants