Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Fabrice Prugnaud et Hervé Liotaud, LogLogic : « Exaprotect et ses ressources renforcent LogLogic, pas l’inverse »

octobre 2009 par Emmanuelle Lamandé

LogLogic a fait l’acquisition de la société Exaprotect en avril 2009. Le groupe complète ainsi son offre de log management par une approche SIEM. Par la même occasion, LogLogic étend sa présence en France et en Europe, autour d’une équipe de plus de 6O personnes. A l’occasion des Assises de la Sécurité, Fabrice Prugnaud et Hervé Liotaud, respectivement Vice Président et Sales Director France/BeNeLux/CH de LogLogic, reviennent sur les points forts de cette acquisition.

Fabrice Prugnaud et Hervé Liotaud

GS Mag : LogLogic a fait l’acquisition d’Exaprotect en avril 2009. Pouvez-vous nous rappeler les grandes lignes de cette acquisition ?

Fabrice Prugnaud et Hervé Liotaud : LogLogic est un acteur fort en log management, cependant il nous manquait l’aspect de corrélation des alertes. Pour Exaprotect, c’était l’inverse. Nos deux offres s’avèrent donc complémentaires.

Au moment du rachat, 6 candidats étaient en lice : 5 sociétés américaines et une société française. Nous avions plus la volonté de renforcer notre présence européenne que d’employer, comme le font généralement les américains, quelques personnes pour s’occuper de l’Europe. L’objectif était donc d’avoir une véritable équipe en France et en Europe, y compris en terme de R&D et de support. Le premier rendez-vous a eu lieu en septembre 2008 avec Exaprotect, son acquisition s’est faite en 2009. Il n’aura donc fallu que quelques mois pour prendre notre décision.

GS Mag : Comment expliquez-vous la rapidité de cette acquisition ?

Fabrice Prugnaud et Hervé Liotaud : Tout était préparé pour cette acquisition. Les deux sociétés avaient anticiper la crise et prévu un plan de redéploiement. Nous avons la même philosophie et compréhension du marché, ce qui a rendu les choses faciles. De plus, dans cette acquisition, il n’y a pas eu de doublon, de casse, ni de licenciement. Nos solutions de LMI et de SIEM se combinent.

GS Mag : Où en êtes-vous actuellement dans l’intégration des équipes et des solutions ?

Fabrice Prugnaud et Hervé Liotaud : A l’heure actuelle, nous avons intégré les équipes. Les équipes de LogLogic ont rejoint celles d’Exaprotect à Paris. De ce fait, la France devient le Quartier Général européen du groupe. Au niveau technologique, nos produits se complètent. Pour le moment, ils se mettent côte à côte, mais à terme nous souhaitons développer une plate-forme unifiée. Notre approche est modulaire puisqu’elle se constitue d’une base technologique et de différents qui peuvent venir s’y ajouter.

GS Mag : Quel accueil les entreprises réservent-elles à cette intégration sur le salon ?

Fabrice Prugnaud et Hervé Liotaud : L’accueil est très positif et les projets nombreux en perspective. Nous avons cette année ressenti une inquiétude grandissante des entreprises sur le salon, avec une volonté de démarrer rapidement un projet, afin de prouver en cas d’audits qu’elles ont entrepris une démarche. Pour améliorer le niveau de sécurité, tout le monde doit aujourd’hui travailler de concert. Le DSI ne doit plus être seul à défendre la sécurité et l’obtention des budgets. Cela concerne de multiples acteurs qui dépendent d’autres divisions dans l’entreprise, la conformité par exemple.

GS Mag : Combien de temps faut-il pour mettre en œuvre un projet ?

Fabrice Prugnaud et Hervé Liotaud : Cela dépend du type de projet souhaité. On en distingue trois catégories :
- un projet de log management pur (collecte, reporting, forensic, stockage) se déploie en quelques jours.
- dans le cas d’un projet SIEM, la complexité de l’installation dépend de la corrélation. En effet, tout corréler n’a pas de sens. Il faut donc définir quels sont les besoins, les niveaux de risque, … Certains projets peuvent se déployer en quelques semaines. Pour que la mise en œuvre soit rapide et opérationnelle, il est important de se faire accompagner par l’un de nos partenaires intégrateur certifié. Nous en avons un peu plus d’une centaine dans le monde et 35 en Europe. En France, nous collaborons avec Devoteam, Thalès, Verizon Business, Orange Business Services, Atos, DCI, EADS, et i-tracing.
- enfin, un projet en Security Change Management a une durée variable car ces produits concernent la politique de sécurité et sa mise en œuvre concrète. Il s’agit de pousser la politique de sécurité sur les outils physiques. L’objectif est de pouvoir mettre en œuvre le « A » du modèle « PDCA » (Plan-Do-Check-Act). Nous pouvons assurer le « Act » grâce à l’héritage de Solsoft, acquis il y a trois ans par Exaprotect. L’aspect de remédiation est important, il permet d’agir sur les équipements actifs de l’entreprise. Nous sommes dans la troisième génération de log management.

GS Mag : Quelles seront les prochaines étapes dans votre stratégie de développement ?

Fabrice Prugnaud et Hervé Liotaud : Au niveau EMEA, nous souhaitons renforcer certaines régions : Europe du Nord, Moyen-Orient, Europe du Sud (Italie, Espagne). Nous avons beaucoup de demandes dans ces régions et nous devons donc accroître notre présence sur ces marchés.

Nous allons nous orienter davantage vers les GSI (intégrateurs globaux de sécurité). Il s’agit de proposer aux entreprises une étude complète (aspects légaux, technologiques,…) émanant de la mise en commun de trois compétences spécifiques. Pour ce faire, LogLogic collabore avec un cabinet d’avocats et une société de conseil en management et technologie. A partir de ce rapport, nous leur recommandons telle ou telle chose. C’est un véritable pilote avec 3 spécialistes qui uniformisent le résultat.

GS Mag : Quel message clé souhaiteriez-vous faire passer aux RSSI au sujet de cette acquisition ?

Fabrice Prugnaud et Hervé Liotaud : Ce qu’il faut retenir c’est que tous les produits Exaprotect sont toujours là et les équipes aussi. L’ensemble du support et la R&D restent en France. Nous n’avons aucune volonté de les déplacer aux USA ou ailleurs. C’est Exaprotect et ses ressources qui renforcent LogLogic, pas l’inverse.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants