Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Étude Venafi : Les portes dérobées de chiffrement prescrites par le gouvernement affaibliront l’infrastructure électorale

août 2019 par Venafi

Venafi® annonce les résultats d’une enquête sur les portes dérobées de chiffrement prescrites par les gouvernements. L’enquête a analysé l’opinion de 384 professionnels de la sécurité informatique, présents au Black Hat USA 2019. Selon les résultats de l’enquête, 80 % des personnes interrogées affirment que les pays dotés de portes dérobées de chiffrement prescrites par les gouvernements sont plus vulnérables aux cyberattaques visant l’infrastructure électorale.

«  Le mois dernier, un rapport de la commission du renseignement du Sénat américain a signalé que les systèmes électoraux des 50 États ont été pris pour cible par la Russie lors des élections de 2016  », a déclaré Kevin Bocek, vice-président du département de sécurité et d’analyse des menaces de Venafi. «  Nous savons que les portes dérobées de chiffrement augmentent considérablement les risques de sécurité pour tous les types de données sensibles, y compris toutes les données qui concernent notre sécurité nationale. Les experts en sécurité informatique s’accordent à dire que les portes dérobées de chiffrement auraient un impact désastreux sur l’intégrité de nos élections et sur notre économie numérique dans son ensemble  ».

Voici d’autres résultats de l’enquête :

74 % déclarent que les pays où le chiffrement est prescrit par le gouvernement sont plus vulnérables aux attaques commises par un État-nation.
72 % estiment que les lois qui permettent aux gouvernements d’accéder à des données personnelles chiffrées ne nous mettront pas plus à l’abri des terroristes.
70 % pensent que les pays avec des portes dérobées de chiffrement prescrites par le gouvernement sont économiquement désavantagés sur le marché mondial.
84 % n’utiliseraient jamais sciemment un dispositif ou un programme d’une entreprise qui a accepté d’installer une porte dérobée.

M. Bocek ajoute : «  Au niveau du consommateur, les gens veulent une technologie qui accorde la priorité à la sécurité et à la confidentialité de leurs données personnelles. Ce type de confiance est inestimable. Les portes dérobées de chiffrement nous rendraient non seulement beaucoup moins sûrs à l’échelle nationale, mais elles pourraient en outre causer d’importants préjudices économiques et politiques  ».

Bien que de nombreux responsables gouvernementaux et de l’application de la loi dans le monde entier croient que les risques que présentent les portes dérobées de chiffrement en valent la peine s’ils peuvent être utilisés pour démasquer des acteurs malveillants, ou pensent que des solutions techniques peuvent réduire ces risques dans une large mesure, les professionnels de la sécurité des informations ne partagent pas ces opinions.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants