Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Étude Barracuda Networks : 50% des entreprises qui limitent la navigation Web bloquent l’accès aux réseaux sociaux

novembre 2007 par Barracuda Networks

Barracuda Networks, Inc. dévoile une analyse des données recueillies auprès de milliers de clients utilisant les filtres Web Barracuda. Il apparaît que 50 % des entreprises utilisant ces filtres bloquent l’accès à MySpace ou à Facebook, deux réseaux sociaux sur Internet.

Alors que 44 % des entreprises utilisant les filtres Web Barracuda bloquent actuellement l’accès à MySpace, seulement 26 % font la même chose avec Facebook. Le détail des résultats obtenus est le suivant :

- Entreprises bloquant MySpace uniquement 24,6 %
- Entreprises bloquant Facebook uniquement 6,3 %
- Entreprises bloquant les deux sites 19,3 %
- Total (entreprises bloquant l’un des sites ou les deux) 50,2 %

Parallèlement à cela, Barracuda Networks a également mené une enquête auprès de 228 professionnels en matière de sécurité informatique, enquête qui a révélé que 53 % des entreprises restreignent actuellement la navigation sur Internet de leurs salariés au moyen de systèmes de filtrage automatisés. Près des deux tiers des entreprises (65 %) espèrent même renforcer ces restrictions de navigation en 2008, avec une croissance de 23 % par an.

L’enquête de Barracuda Networks a ainsi souligné les deux principales raisons pour lesquelles les entreprises souhaitent renforcer les restrictions d’accès à Internet : la prévention contre les virus et les logiciels espions (70 %) et la diminution de productivité des salariés (52 %). Les entreprises mentionnent des préoccupations liées à la bande passante (36 %) ainsi que des problèmes concernant la responsabilité (28 %) pour justifier le fait de limiter l’accès à Internet sur le lieu de travail.

« Les entreprises appliquent de plus en plus des mécanismes de contrôle du contenu afin de protéger leurs réseaux et de garantir une productivité optimale », explique Dean Drako, Président et Directeur général de Barracuda Networks. « Compte tenu de l’évolution permanente d’Internet, les entreprises doivent s’adapter pour pouvoir contrôler mais aussi personnaliser les stratégies Internet mises en place et garantir à leurs salariés une utilisation optimale d’Internet. » De nouvelles activités de contrôle du contenu

Une analyse plus poussée des filtres Web Barracuda installés chez les clients indique que les entreprises ne cessent de bloquer les sites Web entrant dans le cadre de catégories bien définies : piratage, consommation de substances illicites, incitation à l’intolérance et à la haine, phishing et fraude, contenu susceptible de heurter la sensibilité, terrorisme, violence, armes et spam. De même, cette analyse a révélé que les entreprises utilisent des approches très variées pour surveiller la navigation sur Internet de leurs salariés :

- 21 % surveillent de manière active l’activité de leurs salariés sur Internet et mettent en place des contrôles.
- 6 % limitent la durée de connexion à Internet de leurs salariés.
- 3 % proposent des stratégies à l’échelle de l’entreprise avec des restrictions par service ou par salarié.

Les sites Web diffuseurs de logiciels espions toujours au cœur des préoccupations

« Les logiciels espions sont toujours au cœur des préoccupations », explique Drako. « Bien que les implications des logiciels espions ne soient pas toujours comprises, la plupart des clients s’inquiètent des conséquences de ces logiciels sur la productivité et la sécurité et souhaitent une protection à ce niveau. »

Les données recueillies auprès de milliers de Barracuda Web Filter ont également révélé que la quasi-totalité des clients bloquent le trafic des logiciels espions et leur téléchargement. Backdoor.Ranky.X figure également sur la liste des sites de logiciels espions bloqués. Ce site infiltre les canaux IRC (Internet Relay Chat), prend le contrôle des machines infectées et les transforme en proxy pour diffuser du spam.

Les principaux sites de logiciels publicitaires bloqués sont des sites du type MySearch, FunWebProducts et Hotbar.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants