Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Enquête Radware : des différences existent en matière de prise en compte de la cybersécurité entre les CEO européens et d’Amérique du Nord

juin 2017 par Radware

Radware® présente les résultats de l’édition 2017 de son enquête “Executive Application & Network Security Survey”.

Chaque année, Radware publie les résultats et l’analyse de son « Global Application & Network Security Report » qui portent sur l’industrie de la sécurité informatique dans son intégralité. Complémentaire, l’enquête Executive Application & Network Security Survey interroge uniquement des cadres et dirigeants de l’industrie pour comprendre les défis, les menaces les opportunités et leurs approches en matière de cyber sécurité.

Cette année, elle a révélé des tendances mondiales importantes, ainsi que des nuances notables entre les dirigeants américains et européens.

La Cybersécurité est une préoccupation croissante pour tous mais surtout l’Europe En France, interrogés sur les projets prioritaires de leurs services informatiques, les dirigeants citent : l’amélioration de la sécurité (49%), l’amélioration de l’expérience client (39%) et la réduction des dépense opérationnelles (34%).

Au niveau global, près de la moitié des dirigeants interrogés (47%) citent l’amélioration de la sécurité informatique parmi leurs objectifs principaux. Cependant les européens semblent bien plus préoccupés par ce sujet puisqu’ils sont 88% à considérer cette mission comme très ou extrêmement critique, contre seulement 61% aux États-Unis. En Amérique, la priorité est donnée à la performance opérationnelle, citée par 50% des répondants contre 47% pour la sécurité.

En Europe 90% des répondants ont déclaré que la sécurité informatique est maintenant une préoccupation de haut niveau (c’est à dire des dirigeants et du conseil d’administration). 66% l’évaluent même comme « extrêmement important » soit une augmentation de 50% par rapport à l’année dernière. 75% des dirigeants européens se déclarent susceptibles de rapporter une attaque à leur hierarchie contre 36% pour les américains alors même que ces deux régions ne montrent pas de différence significative en termes d’activité malveillante. Quatre raison peuvent expliquer cette différence du simple au double :
• Les équipes de cyber-sécurité américaines semblent moins disposées à communiquer sur ce qu’ils considèrent comme « non-événements », c’est-à-dire les attaques atténuées avec succès.
• Les infrastructures de sécurité américaines souvent plus mûres sont capables de détection et d’atténuation automatique et proactive de certaines menaces ce qui ne donne lieu à aucun rapport à la direction.
• Les entreprises européennes travaillent à renforcer leurs défenses, par conséquent, les équipes sont plus susceptibles de multiplier les rapports d’incidents pour justifier l’augmentation des budgets.
• Les entreprises européennes opèrent dans des cadres législatifs plus stricts en matière de sécurité et de confidentialité des données.

L’Europe est plus susceptible de faire travailler des machines et des hackers repentits

En Europe, près de la moitié des cadres interrogés (46%) pensent que les systèmes de sécurité automatisés seront le principal atout de leur défense à moyen terme. Environ un quart (21%) pensent que le futur proche sera composé d’un savant mélange d’humain et de machines. Un tiers (33%) font confiance aux systèmes automatisés plus qu’en l’humain contre moins d’un quart (24%) pour l’inverse.
Les résultats de cette année soulignent également que les dirigeants européens sont plus volontiers susceptibles d’embaucher d’anciens hackers pour travailler autour de leur cybersécurité. Ils sont 58%, contre seulement 27% chez leurs homologues américains.
De fait, parmi les cadres européens, travailler avec de véritables pirates informatiques est déjà une pratique courante. Ils sont près de la moitié (46%) à avoir déjà invité des pirates informatiques à tester les vulnérabilités de leurs systèmes. C’est significativement plus élevé qu’aux États-Unis, où seulement 31% des dirigeants disent que leurs entreprises ont déjà engagé des pirates pour des tests de vulnérabilité.
Après sondage sur la composition des équipes, on constate que la plupart s’appuient sur des talents internes (43%) ou des experts tiers (36%). Seulement 3% des équipes comportent un ancien hacker comme membre permanents. Seulement 8% des équipes sont une combinaison des trois profils alors même qu’elle est la plus pertinente pour lutter efficacement contre les attaques.

L’Europe se repose sur ses fournisseurs d’accès à internet

En Europe, 51% des entreprises gèrent la sécurité au sein de leur propre organisation. Il y a cependant des différences notables selon les pays. Les Royaume-Uni sont particulièrement intéressés par la gestion interne (71% contre 33% en France et 47% en Allemagne). 39% des entreprises délèguent la protection de leurs infrastructures à leur fournisseur d’accès à Internet 10% seulement la confient à un fournisseur de sécurité dédié.
Aux États-Unis, plus de la moitié des entreprises (54%) gèrent leur propre sécurité. Une part plus petite (26%) s’appuie sur leur fournisseur d’accès à Internet ou leur opérateur, tandis qu’un pourcentage presque deux fois plus élevé (19%) s’appuie sur un tiers spécialisé.

Vie privée contre opportunités commerciales

Qu’ils répondent en tant que chefs d’entreprises ou en tant que citoyens individuels, et quel que soit leur pays d’origine 80% des dirigeants interrogés estiment que le gouvernement devrait faire davantage pour protéger les informations personnelles. En Europe, 67% des cadres en moyenne considèrent que la vie privée n’est pas assez protégée par les législations existantes. Les résultats varient d’un pays à l’autre avec 61% pour la France, 63% pour l’Allemagne et 77% au Royaume-Uni. Dans les pays européens, 83% des dirigeants ont déclaré que le gouvernement devrait faire davantage pour protéger la vie privée. Allemagne (94%) contre France (76%). Le Royaume-Uni est à 80%. Aux États-Unis, la conclusion était similaire, avec 66% indiquant que les lois actuelles mettent la protection de la vie privée en danger et 75% souhaiteraient que le gouvernement défendent plus activement la protection de la vie privée sur l’espace informatique.


Méthodologie
Mandaté par Radware, Merrill Research a mené cette enquête courant avril 2017 auprès de 200 dirigeants répartis de la sorte : 100 aux États-Unis et 100 en Europe (35 au Royaume-Uni, 33 en France et 32 en Allemagne). L’échantillon interrogé est composé de personnes travaillantes dans une entreprise générant au moins 250 million de dollars de chiffre d’affaire et affectées à des postes de vice-présidence ou supérieurs.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants