Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Enquête Avanade : les entreprises sont avides de données !

novembre 2010 par Avanade

Avanade, fournisseur de services informatiques professionnels, annonce les résultats de son enquête internationale "The Business Impact of Big Data" sur les attitudes des cadres face à l’augmentation exponentielle des données en entreprise.

Réalisée par Kelton Research, cette étude révèle que les volumes élevés de données soulèvent des défis très concrets pour les cadres. En effet, plus de la moitié (56 %) des cadres dirigeants, des décideurs informatiques et des chefs de service affirment être submergés par la quantité de données qui circule au sein de l’entreprise. Un grand nombre d’entre eux déclarent aussi que cette profusion d’informations retarde souvent leurs prises de décisions, tandis que 46 % ont déjà pris une décision erronée à cause de données dépassées ou fausses.

« Les entreprises doivent développer une culture des données avec la participation active des cadres, des employés et des partenaires stratégiques pour gérer un cycle de vie pertinent des données », souligne Tyson Hartman, directeur technique international d’Avanade. « Ainsi, les entreprises pourront convertir les données en informations exploitables. »

L’addiction aux données

En dépit des défis générés par la prolifération des données, les cadres déclarent qu’ils souhaitent davantage de données et qu’ils les veulent plus rapidement. Un tiers d’entre eux pensent qu’en ayant accès à plus de sources de données, ils exécuteraient mieux leurs tâches, tandis que 61 % confirment qu’ils veulent un accès plus rapide aux données. Selon cette enquête, cette recherche de données supplémentaires et ce besoin de rapidité sont motivés par la nécessité de répondre aux attentes des clients en matière de service.

« Notre enquête confirme ce que nous confient nos clients concernant la gestion des défis liés aux données. Il semble que les cadres dirigeants exigent un accès plus rapide aux données pour répondre à la surabondance d’informations. Si la vitesse est importante, le contexte est essentiel pour saisir les incidences des données et prendre les bonnes décisions au moment opportun », affirme M. Hartman.

Les cadres ont conscience de l’utilité des données, qui permettent notamment de produire de meilleures prévisions commerciales, de réduire les incertitudes dans la prise de décisions et d’être plus compétitif sur le marché. 61 % des entreprises pensent que le flot d’informations entrant dans l’entreprise transforme de manière radicale leur fonctionnement.

CRM et sécurité

S’agissant des données les plus importantes, les sociétés indiquent que les informations liées à la relation client et aux ventes sont essentielles pour leur processus de décision. Elles reconnaissent que l’exploitation des données de leur clientèle leur permet d’assurer une croissance solide, ce qui les pousse à augmenter leurs investissements technologiques dans des systèmes de gestion de la relation client (CRM, customer relationship management). 67 % des cadres ont investi ou envisagent sérieusement d’investir dans le CRM au cours des 12 prochains mois.

L’augmentation du volume des données s’accompagne d’un besoin croissant de les sécuriser. 78 % des entreprises affirment qu’elles investissent dans des solutions de sécurité ou qu’elles le feront au cours de 12 prochains mois. Les pressions sont encore plus présentes dans le secteur public, puisque 74 % des administrations investissent dans des solutions de CRM et 85 % dans la sécurité.

De la difficulté d’en faire un atout pour l’entreprise

L’enquête révèle également un décalage important concernant la capacité à traiter l’information. Malgré le volume de données croissant, la nécessité de faire face aux attentes des clients et l’accent mis sur les investissements technologiques, les entreprises d’aujourd’hui peinent encore à transformer des volumes élevés de données en une réelle valeur économique. D’une part, les cadres interrogés reconnaissent l’utilité des données. D’autre part, moins de la moitié des sondés (46 %) considèrent les sources de données disponibles comme un facteur de différenciation stratégique pour leur entreprise. La majorité (54 %) estime plutôt que les données sont une conséquence de l’activité commerciale.

« Manifestement, beaucoup d’entreprises pensent pouvoir tirer des bénéfices considérables en apprenant à exploiter de manière efficace les volumes élevés de données, mais elles ne disposent pas des mesures essentielles pour les gérer », explique M. Hartman. « Les sociétés qui réussiront demain adopteront une approche globale et créative de la gestion des données intégrant les ressources humaines, les processus et les technologies pour faire face au phénomène des volumes élevés de données. »

L’enquête intitulée "The Business Impact of Big Data" a été réalisée en août 2010 par Kelton Research, société d’études indépendante, auprès de 543 cadres dirigeants, décideurs informatiques et chefs de service de grandes entreprises dans 17 pays d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie/Pacifique.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants