Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

ETI : 4 éléments à considérer pour s’assurer que votre transformation numérique ne tourne pas au désastre

avril 2019 par Florian Malecki, Senior International Director of Marketing, StorageCraft

La transformation numérique est en passe de devenir une question de survie, pas seulement pour les grandes entreprises, mais également pour celles de taille intermédiaire (ETI).

Une récente étude menée par Oxford Economics a révélé que plus de la moitié des entreprises de taille moyenne considèrent la transformation numérique comme une véritable priorité. Et ce, parce qu’elles sont convaincues que la digitalisation de l’entreprise peut améliorer ses performances dans de nombreux domaines, y compris pour optimiser les activités commerciales et consolider les résultats financiers.

Les données sont au cœur de toute initiative de transformation numérique. Elles permettent de comprendre la situation de l’entreprise et de prendre des décisions éclairées pour les futures stratégies. À l’instar des grandes entreprises, les ETI ont besoin d’outils adéquats pour faire face à la croissance exponentielle des données, ainsi que de ressources appropriées pour les gérer et les protéger.

Toutefois, cet engouement autour de la transformation numérique peut vite tourner au désastre. Le fait est que les entreprises de taille moyenne ne disposent pas des ressources et des compétences nécessaires à la réalisation d’un tel projet. Contrairement aux grandes entreprises, elles ne disposent notamment pas des fonds leur permettant de recruter des employés à temps complet dédiés à la gestion, au stockage et à la protection des données.

Dans la plupart des grandes entreprises, la gestion et le stockage des données sont devenus un domaine de spécialisation des équipes IT. Les ETI, quant à elles, gèrent leurs données sans ces équipes dédiées, avec toute la complexité et les risques qui y sont associés. Elles augmentent ainsi considérablement la probabilité de perte de données, mettant finalement leur croissance en péril.

La bonne nouvelle est qu’une technologie disruptive a été développée et permet aux entreprises de taille intermédiaire de combler leur retard en matière de protection de données et de mettre en œuvre leurs projets sans craindre l’échec. Il s’agit d’une solution de stockage secondaire convergent qui élimine les silos de stockage et de protection des données, et dont l’évolutivité permet la gestion de la croissance exponentielle des données.

Une plateforme de données convergée constitue une aide précieuse en matière de gestion des données pour les ETI, dont le coût est moins important que celui des solutions professionnelles traditionnelles.

Voici quatre éléments clés que les ETI doivent prendre en compte lorsqu’elles recherchent une telle solution :

- 1. L’inexistence de la complexité : la plateforme convergée doit être capable de regrouper les composants de gestion du stockage, des sauvegardes en local, de la réplication sur site et hors site, ainsi que de la reprise après incident en mode SaaS (DRaaS). La simplicité du stockage des données et de la gestion de la restauration, ainsi que des workflows optimisés, sont des caractéristiques clés à prendre en considération.

- 2. La puissance de la protection des données : la plateforme convergée doit proposer des objectifs de délai de récupération (RTO) et des objectifs de point de récupération (RPO) de haut niveau pour assurer la continuité des opérations et l’intégrité des données. Elle doit également proposer une protection de type « set and forget » (configurer et oublier), reposant sur les stratégies et les contrats de niveau de service. Ceci permet de s’assurer que tous les systèmes peuvent être récupérées selon un contrat de niveau de service spécifique en matière de réplication, de rétention et de sauvegarde.

- 3. L’évolutivité du stockage : la plateforme convergée doit proposer différentes capacités évolutives pour les workflows primaires ou secondaires afin d’éliminer les coûts liés aux mises à niveau et nécessitant un provisionnement excessif. Elle doit pouvoir étendre le stockage de façon dynamique et évoluer de façon granulaire, ajoutant un disque à la fois ou plusieurs nœuds dans un cluster, le tout sans apporter de modifications de configuration à l’application.

- 4. La continuité totale des opérations : le cloud est essentiel pour atteindre un temps d’interruption quasi nul. En effet, il peut être utilisé comme un autre niveau, qui offre une capacité de stockage d’objets presque illimitée. De plus, le cloud peut jouer le rôle d’emplacement de réplication, devenant ainsi une solution de sauvegarde hors site. Il peut également jouer celui de récupération, et permettre la reprise après sinistre vers le cloud et les phases de test à l’aide d’une copie de l’environnement de production sur site. La solution convergée doit proposer une intégration parfaite aux fournisseurs de services cloud (et aux tiers) afin d’accélérer et de fluidifier la récupération de l’ensemble de l’infrastructure, tout en offrant des contrats de niveau de services de la plus haute qualité, avec un seul point de contact en cas de problème.

Les plateformes de protection des données convergées peuvent aider à maîtriser la complexité et à réduire de façon significative les coûts liés au stockage secondaire (backups, données non structurées, etc.). Cela est essentiel pour les entreprises de taille moyenne qui souhaitent se lancer dans la transformation numérique en limitant les risques.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants